100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 05.03.2010 10h00
Vivre avec plus de dignité

La Fête du Printemps qui vient de passer a été la source d'une immense joie pour tout le monde. Mais, ce qui a le plus réchauffé le cœur des Chinois ce sont les paroles dites par le Premier Ministre Wen Jiabao dans le toast qu'il a prononcé à la cérémonie de présentation des vœux de bonne année. Il a dit : « Tous ce que nous faisons, c'est pour que notre peuple puisse connaître un plus grand bonheur et une plus grande dignité dans la vie. ». Puis, le 28 février, dans son entretien en ligne avec des internautes, il a dit : « Il est très important pour chacun d'avoir un emploi, car le travail peut l'aider non seulement à résoudre les problèmes de la vie, mais encore à conserver sa dignité. ». Dans les deux occasions, Wen Jiabao a prononcé nettement le mot « dignité ». Ses paroles ont remué la corde la plus sensible et la plus solennelle des pouls de notre époque. Au cours des cinq millénaires écoulées en Chine, d'innombrables patriotes aux nobles idéaux se sont sacrifiés et ont versé tout leur sang pour préserver la dignité de la nation chinoise et la dignité de l'ensemble des Chinois. Et c'est justement à cause de cela qu'en entendant la voix qui annonce le lever du soleil déclarer : « Le peuple chinois est désormais debout ! » que des centaines de millions de Chinois, le visage baigné de larmes, débordent de joie et d'enthousiasme et poussent des acclamations tonitruantes.

La vie que mènent les Chinois depuis plus de soixante ans, c'est-à-dire après l'avènement de la Chine nouvelle en 1949, montre qu'ils se tiennent effectivement debout, qu'ils sont devenus plus riches et qu'ils sont devenus plus forts, les trois intimement liés. Pour garder notre dignité, il faut tout d'abord préserver fermement et résolument l'intégralité de notre souveraineté. Bien que les pancartes portant les mots « Défendus aux Chinois et aux chiens d'y entrer. » ont disparu depuis longtemps, mais la situation internationale est complexe et en mutation perpétuelle. Certains gens dans notre monde agitent et nous tendent souvent le rameau d'olivier, mais ils peuvent tout d'un coup changer de visage pour nous provoquer en lésant nos droits et nos intérêts vitaux et fondamentaux. C'est pourquoi il faut que nous soyons plus riches et plus puissants, ce qui nous permettrait d'inspirer de la crainte respectueuse et personne n'oserait alors nous attaquer. Pour pouvoir vivre dans la dignité, il est nécessaire tout d'abord de réaliser l'enrichissement en commun. www.sina.com a rapporté le 13 février que les familles riches chinoises détiennent des fortunes colossales qui s'amplifient rapidement et continuellement et qu'en Chine, les familles dont la fortune dépasse le million de dollars US ont beaucoup augmenté pour atteindre actuellement le nombre de 788.000. Mais au même moment, il est apparu en ligne des termes moqueurs, tels que « esclave de logement », « esclave de voiture » ou bien « esclave d'enfant ». De toute évidence, ce n'est qu'après que toute la population s'«enrichit» que notre peuple puisse se tenir réellement debout et que notre pays puisse devenir réellement riche et prospère. Pour pouvoir vivre dans la dignité, il est nécessaire alors de faire ressortir les droits des citoyens. La presse locale a rapporté le 8 février que Zhang Zhi'an, ancien secrétaire du comité du PCC (Parti communiste chinois) de l'arrondissement Yinquan de la ville de Fuyang, Province de l'Anhui, a été condamné en première instance à la peine capitale avec sursis. Il a été condamné à cette lourde peine en raison de sa cupidité et de sa cruauté : abusant de ses pouvoirs, il a extorqué une somme de plus de 3,59 millions de yuans, puis, sachant que Li Guofu, un courageux entrepreneur, l'a dénoncé, il a ordonné à des subordonnés de calomnier, de diffamer et de poursuivre en justice le dénonciateur et sa famille, ce qui a obligé Li Guofu de mettre fin à ses jours en se suicidant. Le dix septième Congrès du PCC a insisté sur l'importance des quatre droits fondamentaux des citoyens : droit de connaissance, droit de participation, droit d'expression et droit de supervision. Ce n'est qu'en utilisant le pouvoir pour contrôler et superviser le pouvoir et former ainsi une puissante force combinée de chaîne de supervision qu'on pourra permettre à notre peuple et à notre pays de se tenir de façon plus ferme et plus imposante et d'être plus et d'être plus énergique et plus inébranlable.

Naturellement, pas mal de problèmes ne sont pas dus à la réforme, mais à nos défauts et à nos insuffisances dans la réforme ; ils ne sont également pas le résultat de la marchéisation, mais de l'atteinte à la loi du marché. A cet effet, le Comité central du PCC a avancé les idées « Accorder la primauté à l'homme », « Concept du développement scientifique » et « S'en tenir fermement et inébranlablement à la réforme », et maintenant, il suggère en plus qu'il faut faire en sorte que « tout le monde vive dans la dignité ». Compte tenu de la décision du Comité central du PCC de développer tout d'abord la démocratie au sein du Parti pour entraîner ensuite la démocratie populaire, il est certain que nous pourrons faire de grands progrès pour contrebalancer le pouvoir, pour maîtriser les capitaux, pour éradiquer la corruption et pour éliminer la polarisation sociale. Car, « Pour celui qui se réjouit de la joie du peuple, le peuple se réjouit avec lui de sa joie ; Pour celui qui s'afflige du chagrin du peuple, le peuple s'afflige avec lui de son chagrin » et ce n'est qu'après que notre peuple vive dans la dignité que la dignité de notre pays puisse s'accroître énormément.

« Vivre avec plus de dignité », cela vient de la force combinée de toute la nation et dépend en même temps des efforts de l'Etat déploie et de la « responsabilité de chacun ». Que ce soit la lutte contre le séisme de Wenchuan ou bien l'organisation des Jeux Olympiques de Beijing, elles ont remporté toutes les deux une victoire éclatante due à un peuple dont le « cœur bat à l'unisson ». Lors des Jeux Olympiques d'hiver tenus à Vancouver, au Canada, Wang Meng, qui vient de remporter le titre de championne, se jette à genoux sur le terrain en glace, son geste a pour but de remercier le pays, de remercier son entraîneur et de remercier elle-même. Dans la philosophie de contact humain, « le respect de soi-même » ou bien « l'irrespect envers soi-même », la trace de conduite et le dénouement sont complètement différents. Lorsque je faisais du reportage à Tianjin, j'ai rencontré an ancien maire adjoint de la ville qui a pris sa retraite et qui se consacre aux œuvres de bienfaisance. Face à des sommes colossales de dons en argent, il a établi des règles sévères et rigoureuses et il se donne en exemple. Tout son personnel observe strictement ces règles et personne ne fume une cigarette achetée avec l'argent venu des dons. Ces dernières années, il souffre de la jambe et a beaucoup de difficultés de marcher, mais il se déplace constamment partout pour s'occuper de ses affaires de bienfaisance. Par contre, j'ai eu des contacts avec un autre haut fonctionnaire qui est issu d'une famille pauvre et qui a fait ses études avec assiduité et avec beaucoup d'application. Il était studieux dans son travail et il possède un esprit créatif et novateur, ce qui lui a permis d'obtenir de grands succès. Dans les années 80 du dernier siècle, j'ai écrit des articles sur lui présentant ses succès et faisant son éloge. Cependant, Vers la fin des années 90, alors qu'il détenait un pouvoir absolu, il s'est relâché de plus en plus et a profité du manque de contrôle sévère et rigoureux pour enfreindre la loi et commettre des méfaits en toute connaissance de cause. Sa cupidité insatiable et son appétit sexuel l'ont conduit directement dans le précipice et du sommet il est tombé dans le gouffre qui l'a complètement englouti. La dernière fois que je l'ai vu, c'est sur une bande de vidéocassette présentant la vie des détenus dans une prison. Condamné à la peine de mort avec sursis, lui, qui avait été débordant de vie et plein d'énergie, est devenu maintenant presque chauve et un peu de cheveux blancs. Son aspect de vieillard gâteux et son visage inondé de larmes montrent son repentir venu trop tard !

La dignité, c'est en fait l'épine dorsale d'un pays de même que d'un être humain. Si on l'enlève, il ne reste alors qu'une carcasse branlante et chancelante avec seulement de l'argent. Un milliard trois cent millions de Chinois se tiennent debout, animés d'un esprit de démocratie, d'harmonie, de richesse, de puissance et de civilisation, avancent résolument main dans la main dans le chemin radieux qui les conduit vers la prospérité, le bonheur, la dignité et le redressement de la grande nation chinoise !

Sessions de l’APN et de la CCPPC 2010

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les "deux sessions" favorables à un mode de vie "à bas carbone"
La Chine insiste pour une solution diplomatique à la question nucléaire iranienne
Vivre avec plus de dignité
Revirement des relations franco-russes qui ont dépassé la « période de gel »
Le « soulence » va-t-il enfin disparaitre des sessions annuelles ?
Le projet de reprise de Hummer était voué à l'échec selon les analystes
Les rappels de véhicules Toyota nous poussent à l'introspection