100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 08.12.2009 08h59
Un nouvel échiquier international se profile à l'horizon -- Regard rétrospectif et réflexions sur la situation internationale en 2009

Par Wu Jianmin, président du Conseil d'administration du Centre d'études internationales de Shanghai et professeur à l'Institut de diplomatie de Chine.


L'année 2009 s'achève. En examinant l'évolution de la situation internationale au cours de cette année, je trouve que le trait le plus marquant en est l'apparition balbutiante d'un nouvel échiquier international.

L'échiquier international désigne une situation relativement stable des relations internationales, qui doit se prolonger assez longtemps. Le 25 décembre 1991, Mikhaïl Gorbatchev a démissionné de son poste de président de l'Union soviétique, qui s'est officiellement désagrégée. Le drapeau rouge a été enlevé du Kremlin. Cela marqua la dislocation de l'échiquier de l'après-guerre consécutif à la conférence de Yalta et l'entrée du monde dans une nouvelle ère. Cet état relativement stable des relations internationales signifie que les forces en présence sont parvenues à un équilibre qui pourrait se maintenir assez longtemps. La désintégration de l'ancien échiquier signifie la rupture de l'ancien équilibre. Si l'on peut passer effectivement à un nouvel équilibre, un échiquier nouveau verra le jour.

Comment envisager les signes annonciateurs du nouvel échiquier international ? Il faut distinguer, premièrement, les pays qui se trouvent au centre de la scène internationale ; deuxièmement, dans quelles régions se trouve le centre de gravité des relations internationales ; et troisièmement, quels sont les pays qui voient leur statut décliner. Si nous observons la situation mondiale de l'année qui vient de s'écouler selon les trois critères susmentionnés, nous pourrons nous rendre compte que 2009 pourrait voir se profiler un nouveau contexte international.

Il revient généralement aux pays situés au centre de la scène internationale de se prononcer d'abord sur les grands problèmes mondiaux. Leurs points de vue deviennent, par le truchement d'un certain mécanisme et après discussions et amendements de la communauté internationale, le consensus du monde entier.

La paix et le développement sont les deux thèmes majeurs de notre planète. En 2009, suite à une grave récession économique, les problèmes économiques et financiers revêtent une importance primordiale. Toute l'attention a été concentrée sur les sommets du G20 qui ont eu lieu à Londres et à Pittsburgh, respectivement le 2 avril et le 24 septembre. L'opinion internationale a fait le constat qu'avant ces sommets, les États-Unis et la Chine se sont fréquemment consultés et que leurs avis ont servi de base aux accords conclus par les sommets du G20.

La prolifération d'armes de destruction massive fait peser une menace sur la paix mondiale. Le 25 mai, la Corée du Nord a procédé à un deuxième essai nucléaire souterrain, et a suscité une opposition véhémente de la communauté internationale. Le 12 juin, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité la résolution 1874, condamnant le plus sévèrement la Corée et lui infligeant des sanctions. L'opinion internationale a également constaté que Washington et Beijing avaient joué un rôle essentiel dans la rédaction de la résolution.

Le sommet de Copenhague sur le changement climatique, qui a lieu du 7 au 18 décembre, sera probablement la plus importante conférence multilatérale de notre siècle. Les États-Unis et la Chine ont également procédé à de multiples échanges de vues. Nous pouvons imaginer l'impact qu'exercera le consensus de ces deux pays sur les résultats de cette conférence.

Après la guerre de l'Opium en 1840, la Chine a été marginalisée sur la scène internationale. Le peuple chinois a lutté durant un siècle pour son indépendance et sa libération. Après la fondation de la République populaire de Chine en 1949, le pays s'est engagé sur la voie du redressement. Durant ces 60 dernières années, la Chine est progressivement passée de la marge au centre de la scène internationale. Tel est le constat que l'on peut tirer des commentaires de l'opinion internationale. Cet état de fait est apparu beaucoup plus vite que nous aurions pu nous l'imaginer.

[1] [2] [3] [4]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La conférence de Copenhague tente de conjuguer les efforts pour lutter contre le changement climatique (AVANT PAPIER)
Chine: la mise en oeuvre du plan d'action sur les droits de l'homme progresse
Chine : il est indispensable que le travail soit vraiment rémunéré
Croissance à contre-courant des investissements chinois à l'étranger
La crise financière de Dubaï produit des effets limités sur la Chine
La crise de la dette de Dubaï : qui court le plus grand risque ?
Les taxes commerciales imposées du fait des surcapacités de production chinoises ne sont qu'une « excuse »