100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 25.11.2009 14h48
Débats houleux autour du sujet concernant la castration chimique obligatoire

L'Assemblée nationale française vient d'adopter le 24 novembre, avec 325 voix pour et 201 voix contre, le projet de loi sur la récidive en y incluant la castration chimique et la création d'un fichier pour faciliter l'évaluation de la dangerosité des personnes. Ce projet de loi, qui vise à "amoindrir le risque de récidive criminelle", prévoit des peines plus sévères et plus lourdes pour les criminels récidivistes qui refusent les soins médicaux, ou 'castration chimique' qui ne leur permettront plus de commettre le même crime (abus sexuels, viol).

L'amendement prévoit en outre d'abaisser les seuils à partir desquels une surveillance judiciaire ou une surveillance de sûreté pourront être ordonnées. Une personne condamnée à une peine inférieure ou égale à sept ans de prison (10 actuellement) pourra ainsi être soumise à la surveillance judiciaire. Le seuil sera abaissé de 15 à 10 ans pour la surveillance de sûreté, décidée à l'expiration de la totalité de la peine. Le texte, dont l'objectif initial était de renforcer la surveillance des récidivistes potentiels, a été complété par de nombreuses dispositions et un amendement a été adopté pour développer la prise de médicaments antihormonaux - ou castration chimique - après la fin de la peine. Le traitement sera obligatoire, toute personne refusant de s'y soumettre ou l'interrompant pouvant être punie par un retour en prison.

Ce projet de loi, qui dormait dans les cartons depuis novembre 2008, a été exhumé début octobre, à la suite du viol et du meurtre de Marie-Christine Hodeau, une joggeuse âgée de 47 ans, enlevée en forêt de Fontainebleau, par un délinquant sexuel récidiviste. Cet odieux crime a poussé la Commission des Lois de l'Assemblé nationale à accélérer la procédure législative de l'examen de la loi sur la surveillance et le contrôle des récidivistes sexuels.

D'après les statistiques établies, le taux de récidive des délinquants sexuels est de 2,6% en France.

Le projet de loi en question n'entrera officiellement en vigueur qu'après son adoption par vote au Sénat français.

Débats houleux autour du sujet concernant la castration chimique obligatoire à l'encontre des criminels sexuels récidivistes.

Bien que personne ne peut nier l'efficacité de la castration chimique, mais la 'faisabilité' de cette pratique a tout de même suscité des débats animés et houleux dans plusieurs pays occidentaux. Le vif du débat touche le problème de savoir si la castration chimique est contraire à la conscience morale médicale et si elle viole les droits de l'homme.

De 2000 à 2006, on a compté au total au Tchèque près de trois cent récidivistes sexuels qui ont été cartés par moyen chimique. En 2007, le Comité contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants du Parlement européen a accusé et condamné cette manière de faire 'cruelle et inhumaine' des autorités des autorités tchèques. Un rapport ouvert a exprimé son immense scepticisme à l'endroit de l'utilisation à l'égard d'un être humain de cette ‘opération chirurgicale irréversible'.

D'autre part, en septembre dernier, lorsque le gouvernement polonais a décidé d'appliquer ce traitement à l'encontre de certains criminels sexuels récidivistes, la Fondation des droits de l'homme d'Helsinki a tout de suite manifesté son opposition en déclarant : « L'utilisation de tout traitement médical obligatoire est sujet à caution, car cette façon de faire ne revêt aucune nécessité rationnelle, alors que l'homme peut toujours créer des cas inimaginables pour ceux qui élaborent les mesures politiques ».

Avec la génération graduelle de la castration chimique, de plus en plus de spécialistes de la médecine ont exprimé leur inquiétude quant aux effets secondaires des médicaments antihormonaux. En dehors de la possibilité de féminisation du concerné, c'est que ce genre de médicaments agissent sur le foie et le cœur du patient qui pourrait devenir un diabétique ou attraper la maladie de foie. En plus de cela, lors du traitement voulu, la dose par injection ou par absorption doit être rigoureusement contrôlée, car en cas de trop fortes doses, le patient pourrait perdre pour toujours sa fonction sexuelle.

Du point de vue des psychologues, la délinquance sexuelle, dans un grand nombre de cas, est due à des facteurs complexes familiaux ou sociaux. Si on la considère seulement du point de vue physiologique et néglige en même temps les autres facteurs d'où elle tire son origine, il serait difficile alors aux violeurs de reconnaître leur méfait et de s'acheter par la bonne conduite. Pourvu que le penchant à l'agression d'un récidiviste sexuel demeure, même s'il ne peut plus agresser les femmes avec son organe sexuel, il peut utiliser d'autres outils ou armes pour commettre des actes plus violents et plus féroces encore.

Que ce soit les organisations des droits de l'homme, les spécialistes en médecine ou bien même les psychologues, tous ils ne considèrent pas la castration chimique comme une panacée universelle. La raison c'est qu'ils pensent qu'il faut effectivement punir et châtier les criminels, et qu'en dehors de cela, et même plus important, c'est qu'il faut les soigner en tenant compte de leur état d'âme. Les moyens physiologiques glacés et simplistes ne servent à rien et ne pourront jamais guérir les malades en enlevant de leur cœur les idées moroses, sombres et obscurs, tout comme on ne peut pas régler le problème des pickpockets en leur coupant les deux mains. Après tout, la nature humaine est compliquée et n'est pas aussi simple qu'on le croit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine réfute les accusations des Etats-Unis de cyberespionnage et de manipulation de la monnaie
Chine: 139 mineurs pris au piège lors d'un coup de grisou (nord-est)
Paris discute de projets de nouveau métro
Match France-Eire : pourquoi on s'en prend seulement à Thierry Henry ?
Un président pour l'Union européenne, une bonne nouvelle pour les relations avec la Chine
Le football africain connaît un essor prodigieux
Mondial 2010 : la « Main de Dieu » de Thierry Henry offre la qualification à la France, mais elle encoure la réprobation publique