100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 23.11.2009 14h44
Insister pour avoir une monnaie chinoise plus forte n'apportera rien de bon

Les récentes insistances du Prix Nobel d'économie Paul Krugman pour un yuan plus fort « sont une erreur », et de telles initiatives ne sont un bien ni pour l'économie américaine, ni pour l'économie chinoise, a dit récemment un expert américain dans un article mis en ligne sur le Internet de Forbes.

Shaun Rein, fondateur et directeur Général du China Market Research Group, une société spécialisée dans les renseignements commerciaux stratégiques, pense lui que réévaluer dès à présent le yuan chinois « Mettrait en danger une reprise économique fragile ».

Paul Krugman, qui est aussi chroniqueur au New York Times avait écrit récemment dans un article intitulé « Un monde déséquilibré » que la Chine sous-évaluait fortement le Renminbi et demandait au gouvernement américain d'insister pour obtenir une monnaie chinoise plus forte.

Citant le point de vue de Paul Krugman selon lequel la Chine devait réévaluer le yuan afin de réduire le déficit commercial américain et de donner un coup de fouet à la reprise mondiale, Shaun Rein répond qu'« il vaut mieux pour les affaires américaines en Chine de maintenir le cours actuel du yuan, jusqu'à ce que la reprise mondiale soit mieux assurée ».

Pour lui, réévaluer le Renminbi ferait perdre des milliards de dollars de pouvoir d'achat aux consommateurs américains, ce qui ferait, fait il remarquer ironiquement, que les fêtes de fin d'année à venir « ne seraient pas aussi joyeuses ».

Avec un taux de chômage qui atteint 10,2%, le plus haut depuis 26 ans, les consommateurs américains ont déjà assez de mal à joindre les deux bouts, à un niveau jamais atteint depuis longtemps, écrit-il.

Considérant les conséquences éventuelles d'un Yuan fort sur la Chine, qui n'est pas à l'écart de la crise financière mondiale en cours, M. Rein dit que même une faible réévaluation causerait la fermeture de milliers d'entreprises supplémentaires et des millions de chômeurs en plus.

« Et cela ne serait bon ni pour la Chine ni pour personne d'autre », dit-il, mettant en garde qu'une éventuelle crise de l'économie chinoise aurait aussi des conséquences sur les exportations américaines vers la Chine.

« Même si la monnaie chinoise était réévaluée, la production ne ferait que se déplacer vers des pays à coût de main d'œuvre moins élevé comme le Vietnam, elle ne reviendrait pas aux Etats-Unis », a t-il ajouté

« A moins de réformes structurelles de l'économie américaine, un Renminbi plus fort ne réduira aucunement l'excédent commercial d'une manière significative », a-t-il insisté.

M. Rein a signalé plus tard que le plus gros problème monétaire dans le monde en ce moment « n'est pas un yuan faible mais un dollar faible ».

Un dollar faible est dangereux, « car cela veut dire que moins de pays sont susceptibles d'acheter des Bons du Trésor américains et financer ainsi la reprise aux Etats-Unis », dit-il.

« Un dollar faible n'amènera pas plus d'exportations. Cela ne fera que rendre les produits plus chers pour les Américains », parce que, dit-il, « Les sociétés étrangères se tourneront vers d'autres pays à coût de main d'œuvre moins élevé comme le Vietnam ».

Dans son article, Shaun Rein a aussi exhorté l'Administration du président Obama à se focaliser sur le renforcement du dollar en acquittant ses propres dettes, au lieu de « perdre son temps » sur le problème du Renminbi.

Le déficit américain a justement atteint un record pour l'année fiscale 2009 avec 1 420 milliards de dollars.

Incidemment, de l'autre côté de l'Atlantique, un commentateur financier britannique du très renommé Daily Telegraph a lui aussi écrit un article sur la monnaie chinoise, exprimant un point de vie similaire à celui de son confrère américain. Cet article, intitulé « Il est temps d'arrêter de chercher des noises à la Chine à cause de sa monnaie », a été mis en ligne mercredi dernier sur le site Internet du Daily Telegraph.

Jeremy Warner critique ainsi la presse occidentale qui, dit-il, se ligue contre la conception chinoise de la réforme monétaire et montre beaucoup de compréhension pour le point de vue chinois.

Concernant la réévaluation du Renminbi, il pense qu'il est tout à fait normal que la Chine envisage ce problème à son rythme. « Beijing n'ose pas encore aller trop vite dans ce processus du fait d'une demande intérieure en forte hausse ».

« L'Occident a profité des pays en voie de développement depuis bien trop longtemps », a-t-il dit, appelant à un rééquilibrage des pouvoirs géopolitique et économique pour le salut du monde entier et celui des générations à venir.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Cours de danse des étudiants sourds –muets
Urumqi: réouverture du concessionnaire Geely dévasté lors des émeutes du 5 juillet
Un président pour l'Union européenne, une bonne nouvelle pour les relations avec la Chine
Le football africain connaît un essor prodigieux
Mondial 2010 : la « Main de Dieu » de Thierry Henry offre la qualification à la France, mais elle encoure la réprobation publique
Les matchs de barrage de la Coupe du monde de football sont devenus des luttes politiques
Il sera possible que la Chine remplace l'Europe pour devenir le plus important partenaire de coopération de l'Afrique