100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 23.11.2009 11h10
Un président pour l'Union européenne, une bonne nouvelle pour les relations avec la Chine

La désignation du Premier Ministre belge Herman Van Rompuy comme président de l'Union européenne aidera les Nations membres à se mettre d'accord sur une politique unifiée avec la Chine et réduira les risques de brouilles relationnelles, ont dit diplomates et experts vendredi 20 novembre.

Les dirigeants des pays membres de l'Union européenne en ont confié les rênes à Herman Van Rompuy jeudi (vendredi, heure de Beijing). Ils ont aussi nommé la Britannique Catherine Ashton, Commissaire européen au commerce, comme nouveau chef de la diplomatie européenne.

Ces deux hautes fonctions avaient été créées sur la base du Traité de Lisbonne, réformant l'Union Européenne, qui prendra effet à compter du 1er décembre prochain.

François Godement, directeur et professeur de l'Asia Center, qui dépend de Sciences Po à Paris, pense qu'une présidence de l'Union européenne stable aidera l'Europe à stabiliser des relations avec la Chine par trop fluctuantes.

Les liens entre la Chine et certains pays de l'UE avaient été affectés l'année dernière après que certains dirigeants aient soutenu les séparatistes de la Région autonome du Tibet et appelé au boycott des Jeux Olympiques de Beijing. Certains dirigeants de l'Union européenne avaient même rencontré le Dalai Lama.

« En ce qui concerne les relations sino-européennes, ce qui compte le plus est une approche politique descendante du problème », a dit M. Godement en marge d'un Forum sur les relations sino-européennes qui s'est conclu vendredi à Beijing.

L'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne rendra la coordination entre la Chine et l'Union européenne plus directe et plus efficace, et particulièrement à une époque où les deux parties rencontrent des difficultés dans leurs relations, a dit Yang Jiemian, président de l'Institut d'Etudes Internationales de Shanghai.

Une politique européenne chinoise mieux coordonnée réduira sans aucun doute les risques de détérioration des relations causée par des initiatives inamicales de certains pays, a-t-il ajouté.

Point de vue partagé par James Kynge, éditeur au Financial Times. « Je pense qu'une des grandes frustrations dans les relations sino-européennes vient du fait qu'on n'a jamais vraiment su qui était le patron en Europe », a-t-il dit lors du Forum.

« Mais maintenant que l'Union européenne a un président, la Chine aura peut-être plus de facilité à s'engager ... tout au moins avons-nous quelqu'un qui est supposé parler au nom de l'Union européenne entière ».

Bart Pennewaert, Conseiller à l'Ambassade de Belgique à Beijing pense lui, toutefois, qu'il est difficile de dire si une politique chinoise est la tâche la plus urgente pour le président Van Rompuy. A ses yeux, le plus important pour l'heure semble être l'économie.

Pour autant, d'après les experts, la rencontre d'Herman Van Rompuy avec le Vice-président Xi Jinping lorsque ce dernier était en Belgique le mois dernier a montré que le nouveau président de l'Union européenne, âgé de 62 ans, soutenait clairement la politique d'une seule Chine et ne soutenait aucune des activités séparatistes menées à l'encontre de la Chine.

La nomination d'Herman Van Rompuy vient juste après la visite en Chine du président américain Barack Obama. L'importance qu'attache ce dernier à la Chine - et vice-versa - a fait se demander aux Européens si le rôle de l'Union européenne dans les affaires internationales n'en serait pas réduit.

Mais pour Jean-Pierre Raffarin, l'ancien Premier ministre français qui était à Beijing récemment, « Les relations sino-européennes ne sont pas moins importantes que les relations sino-américaines ... le prochain Sommet Union Européenne-Chine montrera l'importance des relations sino-européennes ».

Le 12e Sommet Chine-Union Européenne se tiendra le 30 novembre à Nanjing, capitale de la province du Jiangsu. Le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt mènera la délégation de l'Union européenne et rencontrera le Premier ministre chinois Wen Jiabao.

Jean-Pierre Raffarin pense que « l'Union Européenne et la Chine ont trouvé un consensus pour bâtir un monde multipolaire plutôt qu'unipolaire. Nous sommes tous d'accord pour dire qu'il n'y a ni G1, G2 ou G3 dans le monde, mais que c'est un monde multipolaire ».

Gustaaf Geeraerts, directeur de l'Institut d'Etudes chinoises contemporaines de Bruxelles a lui déclaré lors du Forum que la synergie grandissante entre Beijing et Washington avait donné lieu à des spéculations sur un nouvel axe trans-Pacifique.

« Le partenariat entre la Chine et l'Union européenne n'est peut-être pas stratégique, mais son potentiel est grand », a-t-il dit, « et, afin de renforcer leurs liens, la Chine et l'Union européenne doivent s'entendre sur les zones sur lesquelles elles souhaitent bâtir leur partenariat ».

Et pour Eberhard Sandschineider, directeur de l'Institut de recherché du Conseil Allemand des Relations Etrangères, « l'importance stratégique des relations sino-européennes a encore besoin d'efforts constants de rééquilibrage ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Cours de danse des étudiants sourds –muets
Urumqi: réouverture du concessionnaire Geely dévasté lors des émeutes du 5 juillet
Le football africain connaît un essor prodigieux
Mondial 2010 : la « Main de Dieu » de Thierry Henry offre la qualification à la France, mais elle encoure la réprobation publique
Les matchs de barrage de la Coupe du monde de football sont devenus des luttes politiques
Il sera possible que la Chine remplace l'Europe pour devenir le plus important partenaire de coopération de l'Afrique
Un heureux présage pour le développement des relations sino-américaines