100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 18.11.2009 10h43
Les matchs de barrage de la Coupe du monde de football sont devenus des luttes politiques

Lors de l'ouverture en Allemagne de la Coupe du monde de football de 2006, Kofi Annan, qui était alors le Secrétaire général de l'ONU, a déclaré : « Je suis tellement envieux, car la Coupe du monde de football exerce une puissance beaucoup plus grande que celle de l'ONU ! », et c'est une réalité, car depuis le commencement des matchs éliminatoires de la présente coupe, le football est devenu quelque chose qui n'est plus aussi simple ni aussi pure. La politique est liée à la Coupe et cela est devenu un sujet sensible de discussion.

Déjà à quatre ou à cinq ans de l'ouverture de la Coupe mondiale 2010, cette grande scène qui se rapporte à la politique a déjà ouvert ses rideaux. Que ce soit les Européens, les Asiatiques, les Africains, les Océaniens, les Nord-Américains ou les Sud-Américains, tous ils se sont réunis avant l'ouverture de la Coupe pour débattre et disputer de façon animée et vigoureuse du nombre d'équipe, et même d'une demie équipe de chaque continent à participer à la Coupe. Comme l'a rapporté « Reuters », comparé à ce genre de débats et de disputes, les discussions antérieures à la signature de la Convention de Genève avaient été d'un degré de violence beaucoup moindre !

On peut faire une comparaison simple. Lors des matchs de barrage des éliminatoires de la Coupe du monde 2006 en Allemagne, le cinquième au classement de la Zone de l'Amérique du Sud a dû affronter le premier de la Zone de l'Océanie, tandis que le quatrième de la Zone de l'Amérique du Nord et des Caraïbes a disputé avec le gagnant des matchs de barrages des matchs de présélection de la Zone de l'Asie. Comparée à la Coupe du monde de 2002, il y a eu une petite modification. Lors de la Coupe 2002, c'était une équipe de la Zone de compétition de l'Europe qui a disputé le billet de qualification avec le gagnant des matchs de barrage de la Zone d'Asie. Le résultat a été que l'Irlande était sortie vainqueur de sa rencontre avec l'Iran et qui s'était qualifiée pour la phase finale.

Il ne faut nullement mépriser le réajustement de ce titre à demi de qualification. Vu que les équipes européennes sont d'une force à peu près égale, c'est pourquoi leurs équipes qui vont au barrage sont assez puissantes, tandis qu'il est difficile aux équipes de la Zone d'Asie de résister à leurs sœurs européennes, et c'est la raison pour laquelle, aux yeux d'un grand nombre de gens le soi-disant ‘titre à demi' de qualification obtenu par l'Europe était en réalité une qualification pure et simple. Depuis trois années consécutives, ce titre à demi de qualification disputé avec les équipes de la Zone d'Asie avait toujours été le centre de dispute des fédérations de football des autres continents. En 2002, le titre à demi de qualification avait été arraché par l'Europe. Puis quatre ans plus tard en 2006, il a appartenu à la Zone de l'Amérique du Nord et des Caraïbes.

Cette fois-ci à la Coupe du monde 2010 qui se tiendra en Afrique du Sud, le titre en question est revenu à l'Océanie. On peut dire que ce titre ressemble à un cadeau qu'on offre à travers le monde. A travers ces luttes politiques intestines, on s'aperçoit que c'est la Fédération internationale de Football qui est en train de procéder à l'équilibrage des intérêts et on remarque également que les divers fédérations de football et tous les pays du monde désirent gagner ledit grand gâteau de la Coupe du monde.

Evidemment, tout en offrant comme cadeau à d'autres le titre à demi de qualification de la Zone d'Asie, la Fédération internationale de Football doit faire preuve d'impartialité en laissant un assez grand marge d'avantages à la Fédération asiatique de Football. Et c'est la raison pour laquelle certains pays qui n'appartiennent géographiquement pas à l'Asie ont été placés sous le contrôle de ladite fédération et l'objectif c'est que les équipes de football de ces pays puissent apporter à celle-ci encore plus de notes, alors qu'en réalité l'augmentation du droit à la parole apporte davantage d'intérêts. Ce genre d'échange sensible d'intérêts répond tout à fait aux points essentiels de la politique.

En réalité, cette scène est tout à fait prévisible pour les gens qui n'en sont aucunement surpris et étonnés. Tout le monde a les yeux fixés sur la Coupe du monde qui a lieu tous les quatre ans et les mordus du football qui se comptent par milliard à travers le monde ne veulent en aucun cas rater l'occasion d'assister à ce grandiose événement. Dès après avoir éveillé l'attention et l'intérêt du public, il sera facile de trouver le filon commercial qui suscitera des intérêts. Une fois qu'il y aura des intérêts, il est tout à fait naturel qu'il se produise des événements politiques. Lors de la Coupe du monde 2006, le Président américain a voulu inspecter personnellement l'équipe nationale américaine, le Premier Ministre britannique a fait hisser le drapeau national anglais à Downing Street et même le Président iranien, qui était mis au ban par ses homologues occidentaux, a voulu se déplacer en Allemagne …… et soyez persuadé que tout cela n'était pas dû au fait que ces dirigeants sont des fanas du foot, non c'était plutôt parce qu'ils sont des hommes politiques. La coupe du monde ne constitue pas seulement une scène pour les joueurs de football, mais également un banquet du soir pour les hommes politiques, alors que le match de barrage des éliminatoires de la Coupe ressemble à une transaction faite ou à un cadeau offert lors de ce banquet, et surtout à un grand gâteau succulent sur lequel sont rivés les yeux pleins de convoitise.

Page spéciale: Coupe du monde de football : Afrique du Sud 2010

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
José Mourinho est le meilleur entraineur du monde et il le restera ainsi je croit qu'avec ...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao et Wen Jiabao appellent à n'épargner aucun effort pour sauver les blessés d'un crash aérien
La Chine et l'Afrique du Sud nouent un "partenariat stratégique global"
Le rapatriement de Roms ternit l'image de France
Il faut arrêter les propos disant que l'environnement d'investissement en Chine empire
Instituts Confucius : pourquoi faire tant d'histoires ?
Les travailleurs chinois à l'étranger rencontrent trois difficultés dans la défense de leurs droits et intérêts légitimes
L'appartenance de la Chine au pays en voie de développement ne doit pas être ignorée ni démenti