100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 11.11.2009 13h32
Le voyage du président Obama en Chine fait souffler un vent nouveau

Hauts fonctionnaires chinois et officiels américains sont optimistes quant à la visite du Président américain Barack Obama à la fin de cette semaine, sous-entendant qu'il y a de bonnes perspectives quant au renforcement de la collaboration et à l'apaisement de conflits anciens entre les deux pays.

Le Ministère des Affaires étrangères disait le 10 novembre qu'il espérait que la visite du Président Obama serait réellement fructueuse.

Citant les relation positive, coopérative et étendue entre les deux pays que le président Obama et le président Hu Jintao souhaitent construire et dont ils avaient parlé lorsqu'ils s'étaient rencontrés plus tôt cette année, le porte-parole Qin Gang a dit, lors d'une conférence de presse, que la Chine espérait que les deux pays continueraient à développer leurs relations.

Qin Gang a également appelé les Etats-Unis à traiter de manière satisfaisante les problèmes commerciaux bilatéraux, un problème devenu plus aigu récemment, les deux parties ayant imposé une série de droits anti-dumping l'une contre l'autre.

"Comparé aux intérêts communs immenses et aux bénéfices apportés par le commerce bilatéral, les problèmes de relations commerciales sont secondaires", a dit Qin Gang.

Il a dit aussi que les deux Nations devraient négocier sur une base équitable et s'opposer à tout protectionnisme en matière de commerce ou d'investissement, quel qu'il soit.

Ce à quoi Robert Hormats, sous-secrétaire aux affaires économiques, énergétiques et commerciales au Département d'Etat américain, fait écho.

Il a dit le 10 novembre à Beijing que tant les Etats-Unis que la Chine "feront ce qu'ils pourront" pour éviter une guerre commerciale.

Il a dit aussi que des tensions entre des pays qui ont des relations commerciales fortes sont inévitables, et a ajouté que "nombre de ces problèmes peuvent être négociés avant qu'ils n'en arrivent devant l'Organisation Mondiale du Commerce".

Considérant le volume considérable du commerce entre les deux pays, M. Hormats dit qu'une guerre commerciale est une chose qu'aucun des deux pays ne souhaite. Il a aussi souligné que tant la Chine que les Etats-Unis souhaitent coopérer sur le changement climatique et l'utilisation de l'énergie, sujets figurant sur l'agenda chinois du président Obama.

Le président Obama doit visiter la Chine du 15 au 18 novembre lors de son premier voyage en Asie en tant que président.

Son emploi du temps en Chine, qui représente à peu près la moitié de son voyage d'une semaine en Asie, comportera des discussions avec le président Hu Jintao sur de nombreux sujets.

La Chine, un partenaire essentiel

Le président Obama a souligné lors d'un entretien avec l'Agence Reuters lundi qu'il considère la Chine comme un partenaire essentiel, mais aussi comme un concurrent.

Pour le président Obama, les deux pays les plus puissants du monde doivent travailler ensemble sur les grands problèmes, et toute concurrence entre eux se doit d'être loyale et amicale.

"A propos des problèmes cruciaux, que ce soit le changement climatique, la reprise de l'économie, la non-prolifération nucléaire, je vois mal comment nous pouvons réussir, ou comment la Chine peut réussir, dans nos buts respectifs, si nous ne travaillons pas ensemble", a-t-il dit.

Tout en disant que les problèmes monétaires et commerciaux seront au cœur de sa visite, le président Obama a insisté sur le fait qu'il était important que "puisque nous allons entamer des discussions, nous en considérions tous les problèmes que cela implique et non pas juste un seul".

Le président Obama sera la premier président américain à faire une visite d'Etat en Chine depuis près de douze ans. Bill Clinton avait fait une visite d'Etat en 1998.

Les analystes pensent que les deux dirigeants devraient probablement apposer leurs signatures au bas de plusieurs accords avec en toile de fond la récession économique mondiale et des menaces croissantes sur la sécurité.

"Je peux vous fournir une longue liste d'intérêts communs aux deux Nations, allant de l'économie à la sécurité, et des soucis sur les turbulences financières dans la région Pacifique aux problèmes nucléaires en Iran et dans la péninsule coréenne", a dit Pang Zhongying, expert international à l'Université Renmin de Chine.

"Et la liste s'allonge tous les jours. C'est pourquoi nous espérons qu'un large consensus se fera, bien que ce ne sera peut-être pas sous la forme de documents écrits", durant la visite du président Obama.

Mais malgré de nombreux terrains d'entente, les analystes préviennent que les conflits anciens entre les deux pays ne seront pas résolus aussi rapidement.

En réponse au communiqué de l'Agence Reuters selon lequel le président Obama a prévu de placer les problèmes monétaires et commerciaux en tete de son agenda, Qin Gang a souligné que la politique de la Chine envers sa monnaie serait "dynamique, maîtrisable et progressive".

"La Chine ne reculera pas d'un pouce sur le problème monétaire", a dit Zhou Shijian, analyste principal au Centre de recherches sur les relations sino-américaines de l'Université Tsinghua.

Les exportations chinoises ont connu une baisse de 21,3% sur les neuf premiers mois de l'année, comparé avec l'année précédente. Cette chute a été en partie causée par les problèmes liés à la valeur du dollar US.

Pour une devise, l'heure est à la réévaluation, pas à la dévaluation, a dit M. Zhou.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine augmente les prix de l'essence et du diesel
Beijing : Prévenir la grippe via la médecine traditionnelle chinoise avec un yuan
La 'culture chinoise' aux yeux d'un étranger
La vente par la France de 36 Rafale au Brésil connaît des difficultés
La Chine doit-elle vendre ses matières premières à bas prix ?
Faire exploser la bulle immobilière chinoise
Un parc Disneyland à Shanghai : qui va payer pour la flambée des prix fonciers ?