100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 29.10.2009 16h17
Les trois grandes erreurs de l'Occident qui exige la 'réévaluation du RMB'

« Economic Information Daily » rapporte que les entreprises sidérurgiques américaines ont une fois de plus, le 26 octobre, lancé un appel au Représentant américain au Commerce Ronald Kirk et au Secrétaire américain au Commerce Gary Faye Locke leur demandant de faire pression à la Chine pour la réévaluation du renminbi (RMB) lors des négociations commerciales américano-chinoises qui se tiendront dans le courant de cette semaine.

Dans les pays occidentaux, que ce soit les officiels ou l'opinion publique tous ils incriminent le taux de change du RMB en lui imputant plusieurs délits : déséquilibre du commerce sino-américain, retard dans le redressement de l'économie mondiale, source de l'éclatement de la crise financière internationale, … etc. Mais si l'on étudie et analyse sérieusement les chefs d'accusation de l'Occident contre la Chine en l'accusant de 'manipuler le taux de change', il n'est pas difficile d'y découvrir de nombreuses erreurs.

La sous-estimation de la valeur du RMB n'est pas à l'origine de la balance défavorable du commerce américano-chinois.

Song Hong, Directeur du Bureau d'études du Commerce international de l'Institut de l'Economie et de la Politique mondiales de l'Académie des Sciences sociales de Chine, a indiqué que le partage de travail dans le commerce est en fait le résultat de la mondialisation économique et que l'apparition de pays orientés pour l'exportation est due au transfert industriel vers l'extérieur des pays développés et en même temps le résultat de la répartition efficace des ressources mondiales.

Tout comme le déclare le quotidien français en chinois « Nouvelles d'Europe », la réévaluation pure et simple du RMB pourrait non seulement détourner le développement économique chinois de sa ligne tracée, alors que cela ne pourrait aider les pays occidentaux à réduire leur balance déficitaire dans le commerce, car les autres grands pays de l'industrie manufacturière pourront à tout moment et très vite combler les lacunes laissées par la Chine.

Le quotidien britannique « The Financial Times » a publié de son côté un article qui touche au vif en indiquant : « Serait-il possible que le problème de la surconsommation de la société américaine pourrait disparaître avec la diminution des exportations chinoises ? En réalité la diminution des exportations chinoises vers les Etats-Unis occasionnera la forte baisse des produits et des articles bon marché dans ce pays, ce qui fera que la surconsommation de la société américaine s'aggravera et deviendra beaucoup plus sérieuse. »

La sous-estimation du taux de change du RMB n'est pas à l'origine de la crise financière internationale.

Une assertion sans fondement, qui dit que les grands pays du monde à balance commerciale excédentaire, ayant à leur tête la Chine, sont à l'origine de l'éclatement de la présente crise financière internationale, circule actuellement à travers le monde. Elle insiste uen fois de plus la réévaluation du RMB est nécessaire pour 'rectifier le déséquilibre économique mondial'.

Certains analystes ont indiqué qu'il est illogique et irresponsable de rejeter entièrement la responsabilité de l'éclatement de la crise financière sur les pays des marchés émergents. Le quotidien français « Nouvelles d'Europe » a publié un article qui indique que la réévaluation du RMB ne peut aucunement apporter une solution au déséquilibre commercial mondial. Et que cela ressemble fort à un geste de rejet de responsabilité sur d'autres, car dès que l'on considère que le déséquilibre commercial est l'une des principales causes de la présente crise financière internationale, les défauts et les vices du système financier occidental, qui prône la surconsommation et qui n'a pas été contrôlé depuis de longues années, trouveront alors une sortie leur permettant de s'‘esquiver' et d'échapper à leur responsabilité.

En réalité, il s'est formé des idées unifiées à peu près semblables dans le milieu quant à la source de la présente crise financière, telles que la théorie de la crise périodique et l'innovation excessive des produits financiers américains.

La réévaluation rapide du RMB n'est dans l'intérêt ni de la Chine ni du monde, elle leur causera au contraire du tort.

« The Wall Street Journal » rapporte que dans son allocution prononcée lors d'une réunion de la Chambre de Commerce américaine en Chine et du Conseil de Commerce Etats-Unis—Chine, le Secrétaire américain au Commerce Gary Faye Locke a déclaré que si la Chine permettrait au Renminbi d'avoir un taux de change beaucoup plus souple et qu'elle ouvrirait davantage ses marchés intérieurs aux investissements directs des importateurs et des commerçants étrangers, cela contribuera alors à accélérer le processus de redressement de l'économie mondiale.

Mais la réalité c'est que dans le cas où la Chine hausse de façon démesurée et de manière excessivement rapide le taux de change du RMB, cela détournerait alors gravement et sérieusement le développement économique chinois de la ligne tracée normale, tandis que le déficit commercial des pays occidentaux ne pourrait aucunement diminuer à cet effet. Par contre, du moment où l'économie chinoise s'affaiblit et régresse, les entreprises occidentales concernées subiront certainement de grandes pertes. C'est pourquoi l'intention de l'Occident de régler les problèmes par le biais de la réévaluation du RMB n'est ni dans les intérêts des autres ni dans leurs propres intérêts et au contraire cette façon de faire nuira à tout le monde.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Première publication en Chine du salaire moyen des entreprises privées
Survenance du pic de propagation de la grippe saisonnière à Beijing
Un pas de plus vers l'égalité
Nicolas Sarkozy brandit "la Douce France" comme étendard de l'identité nationale
L'élection de Jean Sarkozy en tant qu'administrateur de l'EPAD suscite controverse et suspicion