100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 23.09.2009 14h31
La rencontre Hu Jintao-Nicolas Sarkozy axée sur trois sujets importants

Le Président chinois Hu Jintao a rencontré le 21 septembre à New York son homologue français Nicolas Sarkozy et c'est la première entrevue entre les plus hauts dirigeants des deux pays depuis la tenue en avril dernier à Londres du Sommet du G20. On a remarqué une grande différence entre les deux rencontres que ce soit en ce qui concerne l'état des relations des deux pays ou que ce soit les sujets de l'entretien.

La rencontre à Londres a pour principal sujet la clarification de la partie française quant à sa position à l'égard du problème du Tibet et de ses engagements pris à cet effet. Lors de la rencontre au sommet le 21 courant à New York, les deux parties chinoise et française ont discuté principalement de la situation économique mondiale, ainsi que des mesures prises par la Chine face à la crise économique, du réchauffement climatique mondial et de la réforme du système monétaire international.

Après la rencontre à Londres en avril dernier de Hu Jintao et de Nicolas Sarkozy, le respect oui ou non par la partie française de ses engagements pris dans le communiqué de presse sino-français est en fait le nœud qui décide et influence le développement continuel des relations bilatérales.

Yan Shuangwu, membre permanent du Conseil de l'Institut d'études de la France de la Société des Affaires européennes de Chine, a déclaré que le Président français Nicolas Sarkozy tend à être plus mûr et plus prudent dans le règlement des affaires internationales et que cette attitude aide et est favorable au développement des relations bilatérales Chine-France.

L'entrevue du début d'avril marque le rétablissement des relations sino-françaises stables et durables et Yan Shuangwu a indiqué que derrière cela la position identique des deux pays sur de nombreux problèmes internationaux, dont la crise financière internationale et la réforme du Fonds monétaire international (FMI), a joué en faveur du règlement rapide du problème. « La rencontre cette fois-ci entre les deux plus hauts dirigeants chinois et français revêt la même signification. », a-t-il dit.

En ce qui concerne la nouvelle structure économique mondiale que le Président étasunien Barack Obama envisage de formuler lors du prochain sommet du G20, que ce soit la Chine ou la France, elles ont chacune son idée différente sur cela. La nouvelle structure économique propose que les membres importants du G20, dont les Etats-Unis et l'Europe, changent chacun de son côté sa politique économique, ce afin de réaliser le rééquilibrage de la structure économique mondiale.

Le 20 courant, lors d'une interview exclusive accordée à CNN, le Président Obama a déclaré: « Nous ne devons pas revenir en arrière à cette époque-là où la Chine, l'Allemagne ou d'autres pays nous vendent tout ce qu'ils ont, que nous utilisons seulement la carte de crédit et les prêts immobiliers de valeur nette, tandis que nous n'avons rien à leur vendre. »

« Cette déclaration produit des impacts négatifs sur la Chine et sur l'Europe », a indiqué Yan Shuangwu qui a poursuivi en disant que les prévisions à moyen terme publiées le 14 septembre par la Commission de l'Union européenne montrent que les deux grandes entités économiques de la France et de l'Allemagne ont eu un comportement meilleur que prévu quant à la réalisation de leur PIB pendant le deuxième trimestre 2009. Le Commissaire européen chargé des affaires économiques Joaquin Almunia a indiqué que l'une des principales raisons de ce succès c'est l'amélioration de la situation commerciale.

Pour ce qui est du problème de faire face au changement climatique mondial, l'Europe a été toujours l'un des promoteurs les plus actifs, tandis qu'en France, Nicolas Sarkozy est en train de faire des efforts en vue de l'application de l'impôt sur les émissions du bioxyde de carbone, et s'il réussit dans cette affaire, la France sera alors la plus grande entité économique à appliquer cette politique.

En dehors des trois importants problèmes qui ont fait le sujet de discussion entre Hu Jintao et Nicolas Sarkozy, la Chine et la France ont une grande potentialité de coopération en Afrique. Selon le Ministère français des Affaires étrangères, il a établi avec son homologue chinois une voie de communication au niveau du travail pour discuter du développement de continent africain.

Bien qu'il existe une assez grande différence de vue sur le concept d'aide entre la Chine et les pays de l'Europe et de l'Amérique du Nord, y compris la France, car la Chine insiste qu'il ne faut pas imposer des conditions politiques à l'aide et au prêt extérieurs, mais Yan Shuangwu indique que la Chine et la France peuvent aboutir à une identité de vue quant aux principes des aides. « Par exemple, tout en aidant les pays africains à développer leur économie, il faut également prendre en considération le développement des autres domaines de leur société. »



Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le président chinois arrive à New York
Retour de Liu Xiang
Les 60 ans de la Chine nouvelle vus par des chiffres
La Chine dépasse pour la première fois les Etats-Unis quant au commerce des articles de luxe
Le PCC adopte une nouvelle mesure pour combattre la corruption