100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 09.09.2009 13h29
Les cols blancs chinois vivent-ils plus mal que les paysans ?

Le rapport «enquête d'études sur le mode de vie des cols blancs de la Région de la Chine orientale » montre qu'à Shanghai plus de 80% des cols blancs croient qu'ils vivent plus mal que les paysans, 58% admirent, apprécient et envient la vie que mènent les paysans qui, tous les jours, partent travailler aux champs au lever du soleil et rentrent à la maison au coucher du soleil, 53% pensent que les paysans mènent une vie meilleure, car « ils n'ont pas à se soucier de la radiation, ni de la pollution due au trafic routier » et 43% souhaitent pouvoir, comme les paysans, prendre normalement les trois repas de la journée à des heures fixes.

Les cols blancs pensent à leur façon et voient seulement le bon côté de la vie rustique et champêtre poétique où l'on commence le travail au lever du soleil et le termine au coucher de celui-ci, et ils oublient, ou fait semblant de négliger, la réalité des dures travaux agricoles lorsqu'on est obligé de travailler en se courbant vers la terre et en faisant rôtir sous un soleil ardent. Ils croient que les paysans « n'ont pas à se soucier de la radiation, ni de la pollution due au trafic routier », alors que ce qui compte pour les paysans c'est justement la grande quantité de ‘choses futiles' qu'ils méprisent : un revenu stable, une bonne qualité de vie, un environnement de travail agréable et confortable, … etc., car c'est cela qui intéresse la grande majorité de la population rurale qui n'a pas le bonheur d'en jouir.

Ce genre de choix comparatif peut-être considéré comme de la plainte, alors qu'en réalité il est plutôt une façon de faire étalage d'un ‘bonheur ennuyeux et tracassant', et la preuve la plus directe c'est qu'on a jamais entendu dire qu'un col blanc veut à tout prix devenir un paysan (n'y est pas compris le pseudo-paysan qui va à la campagne le week-end ou les jours de fête pour faire semblant de travailler la terre et qui mange à la table des campagnards). Au contraire, on voit toujours l'afflux impétueux et déferlant dans les villes de paysans qui y viennent pour chercher du travail et qui aspirent à devenir un ‘citadin', même si c'et un citadin de al couche la plus démunie. Ce rêve et cette aspiration de la population rurale sont devenus un signe marquant de notre époque.

Toutefois, il nous faut faire preuve d'indulgence à l'égard des cols blancs, dont 80% pensent qu'ils vivent plus mal que les paysans, en faisant croire que ce ne sont pas seulement des plaintes qu'ils émettent et que ce sont de petits malheurs et des inconvénients qu'ils rencontrent dans la vie quotidienne. Par exemple, les trois repas de la journée sont une exigence de la vie, mais « la moitié des cols blancs n'ont aucune notion de l'importance du petit-déjeuner et que 56% d'entre eux ne peut garantir qu'ils puissent prendre normalement leur déjeuner à midi. ». Ce résultat de l'enquête est de toute évidence reconnu et accepté par le public.

On peut citer un autre exemple, 15% des cols blancs ne consultent le médecin même s'ils sont malades. Dans le cas actuel où les frais médicaux et les frais d'achat des médicaments sont anormalement élevés, cette donnée fait qu'il semble aux gens qu'ils témoignent leur reconnaissance à la place d'un autre. Cela montre que sous l'apparence d'un aspect extérieur rayonnant et éclatant, les cols blancs ont un autre côté inconnu des autres. Et dans ce cas-là, peut-on toujours insister que les cols blancs n'ont pas le droit de se plaindre ?

En réalité, sous le prétexte de faire la comparaison de leurs conditions avec celles des paysans, les cols blancs laissent éclater leur insatisfaction dans la vie. Leur seule faute c'est de faire preuve de d'égoïsme et de mesquinerie en faisant la comparaison avec les paysans qui sont dans de pires conditions, mais les messages qu'ils désirent transmettre, ce sont leurs sentiments sociaux véridiques. Derrière leur difficulté de prendre les trois repas à des heures fixes c'est l'inégalité qui existe entre l'employeur et l'employé et c'est l'insuffisance dans la protection des droits et des intérêts des travailleurs. Ne pas aller à l'hôpital lorsqu'on est malade signifie l'importance de l'amélioration et du perfectionnement du système de la protection sociale et de la garantie sociale. Quant à l'admiration des cols blancs pour les paysans qui « n'ont pas à se soucier de la radiation, ni de la pollution due au trafic routier », elle reflète la douleur cuisante d'un patient qui attend que les autorités gouvernementales concernées améliorent ses conditions d'existence. Il n'est pas difficile de voir que les cols blancs ne veulent pas seulement se plaindre pour eux-mêmes et qu'en réalité c'est une profonde inquiétude à caractère social commun. Dans une société où il manque en général un sentiment d'égalité, un sentiment de règle et un sentiment d'ordre, tout le monde ressent alors un sentiment d'abandon et d'impuissance.

Il existe toujours un écart entre homme et homme, c'est pourquoi se plaindre n'est pas quelque chose de tellement terrible. Au contraire, on peut même dire que c'est une marque de la montée vers le haut des personnes compétentes et talentueuses et un progrès continu de la société. Il y a dix ans, il circulait dans la société chinoise la phrase « Je travaille d'arrache-pied durant dix huit ans, c'est seulement pour pouvoir boire une tasse de café avec toi. », c'était au moins une histoire attristante mais encourageante. Aujourd'hui, le sujet de discussion en vogue concerne directement « la deuxième génération de riches et la deuxième génération de pauvres ». Avec ce thème-là, nous sommes obligés de reconnaître avec chagrin et avec tristesse que vu simplement de leur caractère professionnel, il n'y a pas un grand écart substantiel entre un col blanc et un paysan.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Certes, mais il existe des niveaux dans la hiérarchie des besoins: d"abord assurer à ...
Voilà un article qui m"instruit beaucoup sur la Chine.Je retiens en particulier cette...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les salaires des dirigeants des entreprises d'Etat chinoises vont être encadrés
Hu Jintao sera aux Nations unies et au G20 sur le changement climatique et le désarmement nucléaire
Le PCC adopte une nouvelle mesure pour combattre la corruption
Développement du Grand Paris : un projet qui comblera le rêve des Français
La Chine montre de plus en plus d'assurance en soi