Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 10.06.2009 09h25
Le Dalaï-Lama n'a fait aucun effet en Europe

Le voyage du Dalaï-Lama en Europe qui a commencé le 28 mai dernier, a de nouveau provoqué des ondulations politiques dans les relations Chine-Europe qui se sont à peine stabilisées.

Le 11e Sommet Chine-UE s'est déroulé à Prague, capital tchèque le 20 mai dernier après avoir été reporté de six mois en raison de la rencontre du président français Nicolas Sarkozy avec le Dalaï-Lama qui avait provoqué l'opposition de la Chine. Au sommet, le Premier ministre chinois Wen Jiabao a exprimé l'espoir que les gouvernements européens vont opter pour le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures de la Chine. Le ministère des Affaires étrangères a également réaffirmé à maintes reprises la ferme opposition de la partie chinoise à toute forme de contact des personnalités politiques européennes avec le Dalaï-Lama.

Cependant le Premier ministre danois Anders Fogh Rasmussen avait récemment rencontré le Dalaï-Lama, qui a longtemps été partisan de l'indépendance du Tibet, lors de son escale au Danemark. Lors de la dernière étape de son voyage en Europe, le Conseil municipal de Paris lui a conféré la citoyenneté honoraire. La capitale française avait fait un geste similaire l'an dernier.

Comment se fait-il que le Dalaï-Lama que soit tellement puissant au point que la question du Tibet, qui est l'affaire intérieure de la Chine, soit un point sensible qui est constamment touché dans les relations Chine-UE?

Le camouflage religieux décevant, la position tragique du Dalaï-Lama lui a intentionnellement donné ce rôle de défenseur des slogans de la démocratie et des droits de l'homme, ce qui a contribué au succès de la clique du Dalaï-Lama avec la sympathie des gouvernements européens et le peuple dans sa confrontation avec le gouvernement central chinois.

Le Dalaï-Lama a de multiples identités aux yeux des gens ordinaires. Son statut du "chef spirituel" suprême du Tibet a longtemps été le capital de sa survie politique. Dans une Europe qui a été influencée par la tradition religieuse, l'habit religieux du Dalaï-Lama bénéficie naturellement d'une grande popularité parmi les gens ordinaires. Le Dalaï-Lama est bien conscient de cela, et il a toujours fait usage de son arrière-plan religieux comme un outil pour réaliser certains de ses arrière-pensées quand ses activités politiques ne parvenaient pas à accomplir cette mission.

Par exemple, lorsque le Premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende a refusé de le rencontrer pendant son séjour dans le pays, le Dalaï-Lama a tenté d'expliquer que la rencontre avec le leader néerlandais ne serait pas politique, et il voulait uniquement partager deux choses avec les Européens: des valeurs humaines et l'harmonie religieuse.

La situation tragique dans laquelle le Dalaï-Lama se décrit lui-même sert d'une arme de force pour tromper l'opinion mondiale. Il est bien connu que le Dalaï-Lama avait tiré avantage de son long "exil politique" pour susciter la sympathie des Européens. Il a également essayé de jouer le rôle d'un porte-parole des intérêts des tibétains "opprimés depuis longtemps".

Par ailleurs, le servage féodal, établi depuis très longtemps a été aboli, après qu'il ait fui le Tibet ayant connu un échec lors du soulèvement décrit par lui-même et sa clique comme une sorte de Shangri-la. Dans une certaine mesure, cela correspond à la représentation d'une région himalayenne sacrée et exotique que s'imaginent les Européens. A la suite de ces représentations, le gouvernement central chinois, qui a contribué à la libération des humbles serfs tibétains, a depuis longtemps été dénoncé comme «intrus» dans la terre et de ses "saboteurs".

En outre, la philosophie bouddhiste du Dalaï-Lama et ses slogans sur la non-violence ont eu une résonance chez les Européens obsédés par la psychologie post-moderne.

Indéniablement, les documents écrits par le Dalaï-Lama sur la connaissance du bouddhisme sont très populaires chez une partie d'entre eux. A la différence du christianisme, les principes du bouddhisme sont assez novateurs et de ce fait attractifs pour une Europe qui se trouve à la fin du stade capitaliste avec la diversité idéologique.

En conséquence, le Dalaï-Lama a gagné un haut degré d'admiration auprès des Européens. Aussi, le slogan «la paix, les droits de l'homme et la non-violence», que le Dalaï-Lama a longtemps présenté au monde, avec des rapports biaisés des médias occidentaux, ont fait du soi-disant chef spirituel tibétain une sorte de Gandhi saint - une image qui est profondément enracinée dans le monde occidental.

Toutefois, les émeutes de Lhassa incités par le Dalaï-Lama le 14 mars de l'année dernière et le complot de sa clique pour saboter le relais de la flamme des Jeux Olympiques de Beijing ont dévoilé l'hypocrisie du Dalaï-Lama.

Heureusement, les actions des Chinois dans les pays européens, notamment celles des étudiants chinois en Europe contre la clique du Dalaï-Lama et l'irresponsabilité de certains médias occidentaux, ont permis aux nombreux Européens de réaliser que la politique du Dalaï-Lama a deux visages.

Pourtant son identité religieuse délibérément cultivée et sa duplicité permettent toujours au Dalaï-Lama de garder «son marché» en Europe. Cela signifie que le peuple chinois a un long chemin à parcourir dans cette lutte pour exposer la nature de l'indépendance du Tibet par la clique.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?