Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Horizon
Mise à jour 19.03.2009 13h53
Quel sens revêtent les « offrandes d'anniversaire » au Dalai Lama ?

La Chambre des représentants du Congrès américain et le Parlement européen ont adopté successivement récemment une proposition au sujet du problème du Tibet : d'un côté, elle couvre d'éloges le Dalai Lama de façon écœurante et répugnante, de l'autre côté, elle condamne la Chine quant à sa note des droits de l'homme au Tibet et demande au gouvernement chinois de protéger les particularités typiques tibétaines.

Parmi les parlementaires qui ont ou bien présenté ou bien soutenu la proposition, la grande majorité n'ont jamais foulé le sol tibétain, c'est pourquoi ils n'ont aucune ou très peu de connaissance sur l'histoire et la réalité actuelle au Tibet. Les informations qu'ils ont obtenues proviennent principalement des rumeurs et des ouï-dire infondés et contraires à la réalité ou de la propagande malveillante de la clique du Dalai Lama. La connaissance sur le Tibet de ces gens-là vient de deux principales sources : l'une, ce sont les reportages faux et déformés publiés par des médias occidentaux qui envisagent les choses sous une optique tendancieuse ; et l'autre, celle qui influence le plus l'opinion publique occidentale, c'est la propagande mensongère, hypocrite et fallacieuse du Dalai Lama lui-même, du TYC (Tibetan Youth Congress) et du TWC (Tibetan Women Congress). Les médias et les politiciens américains et européens hostiles à la Chine, harcelés de préjugés à l'encontre du système socialiste et du pouvoir communiste, ne font aucune confiance aux publications d'autorité du gouvernement central chinois, du gouvernement local tibétain et même des institutions de recherches scientifiques, dont les études tibétologues. Ils savent parfaitement que la propagande de la clique du Dalai Lama et les reportages des médias occidentaux sont remplis de mensonges et d'inepties absurdes, mais ils préfèrent quand même les citer et les utiliser dans leur but de dénigrer et de contrer la Chine. Cette façon de faire leur permet d'un côté d'atteindre leur but politique de s'opposer à la Chine et d'empêcher son développement, et de l'autre côté, cela contribue à relever leur réputation et leur renommée.

Par exemple, le Dalai Lama a dit récemment que le peuple tibétain vit actuellement dans l' « enfer de la terre », les médias et les politiciens antichinois constatent tout de suite que c'est une aubaine pour eux et s'emparent vivement de ce propos pour le répandre partout de manière à ce que tous ceux qui ne sont jamais allés au Tibet croient que c'est la vérité et exprime leur indignation à l'égard du gouvernement chinois. En fait, tous ceux qui sont allés au Tibet et qui ne sont pas nourris de préjugés, ils comprennent que c'est un mensonge entièrement contraire à la vérité fabriqué de toute pièce par le Dalai Lama pour pouvoir obtenir le soutien de l'Occident. La vérité c'est qu'après la fuite du Tibet de ce dernier et de son exil à l'étranger, le peuple tibétain a été réellement libéré et les serfs émancipés et sauvés de l' « enfer de la terre ». En réalité, les « particularités typiques tibétaines » qu'à l'époque le Dalai Lama souhaitait préserver leur « invariabilité constante, durable et éternelle » et qu'il déclare aujourd'hui vouloir protéger à tout prix sont justement le système théocratique de servage féodal qui était alors l' « enfer de la terre » le plus le plus, sauvage, le plus cruel, le plus barbare, le plus impitoyable, le plus inhumain et le plus arriéré du monde, alors qu'il était lui-même le plus haut dominateur et le représentant en chef de ce système.

Quel est le vrai visage du Dalai Lama et qui est-il en fait ce quelqu'un qui prétend être un chef religieux ? On n'a qu'à remémorer le passé et à se rappeler un « petit souvenir » ayant rapport avec lui. Au début des années 50 du siècle dernier, les autorités concernées du gouvernement local tibétain dominé par le Dalai lui-même a publié, à l'occasion de l'anniversaire de naissance de celui-ci, un avis demandant aux sujets subordonnés et subalternes de lui présenter les « offrandes d'anniversaire » suivantes : un gros intestin tout frais, deux têtes, du sang de divers types et une pièce de peau humaine ». Ce quelqu'un qui parle à tout bout de champ de l'humanité et de la pitié, pourquoi a-t-il besoin de ce genre d' « offrandes » pour fêter le jour anniversaire de sa naissance ? Qu'a-t-il à répondre quant à son besoin cruel, impitoyable et inhumain ?

Pourtant, c'est justement la même personne qui revêtu de son kasaya (surplis de moine bouddhique) parcourt le monde occidental et déclare partout qu'il n'y a pas des droits de l'homme au Tibet dont le peuple est aujourd'hui le maître. Et certains médias et politiciens occidentaux, pour leurs besoins de s'opposer à la Chine et d'empêcher son développement, souhaitent non seulement ne pas le démasquer, mais au contraire à se servir de lui comme personnalité religieuse, laquelle revêt un caractère trompeur facile à induire les gens en erreur.

En réalité, les politiciens hostiles à la Chine qui activent au sein des parlements américain et européen ont commis de graves erreurs non seulement en préférant utiliser les mensonges fabriqués de toute pièce par la Dalai Lama à leur fin personnelle, ce qui est beaucoup plus absurde, c'est qu'ils le considèrent comme le représentant de l'ensemble du peuple tibétain. La vérité c'est que même avant sa fuite en Inde en 1959, le Dalai Lama représentait seulement les intérêts des trois grandes classes dominantes de la société tibétaine, à savoir, l'aristocratie, le haut clergé et la seigneurie, lesquelles occupaient moins de 5% de la population globale tibétaine. Aujourd'hui, il est le représentant d'un petit nombre d'anciens aristocrates tibétains exilés et de séparatistes tibétains qui activent à l'intérieur du Tibet. Vouloir présenter comme chef de tous les Tibétains un ancien propriétaire de serf en fuite et exilé, n'est-ce pas quelque chose d'absurde, de ridicule et de grotesque totalement et complètement dénuée de bon sens ? Les médias et les politiciens occidentaux, ne tenant aucunement compte des aspirations à la paix et des droits à la vie et au développement du peuple tibétain de plus de 2 millions d'habitants qui vit de façon stable et harmonieuse au sein de la grande famille de la nation chinoise, se démènent au contraire pour préserver les soi-disant droits de l'homme d'un très petit nombre de criminels qui ont commis des actes de violence, de destruction, de pillage, d'incendie et de meurtre. On constate par là les intentions malveillantes, perfides et méchantes de ces soi-disant « représentant de l'opinion publique » des pays occidentaux. Dans le cas où les Etats-Unis sont dans leur droit d'emprisonner et de juger les criminels qui ont tramé l' « incident du 11 septembre », alors pourquoi la Chine ne peut-elle pas capturer les comploteurs et les activistes qui ont déclenché l' « incident du 14 mars » qui vise à diviser la patrie et à séparer le Tibet de la Chine ? Ce genre de crime qui porte atteinte à l'Etat n'est-il pas interdit dans n'importe quel pays ? Il est de toute évidence que c'est une attitude à double critère adopté par des politiciens américains et européens qui agissent toujours en despotes et en tyrans et qui ne renoncent jamais à leur rêve de l'hégémonie et de la domination de l'Occident sur le reste du monde.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Quelle échappatoire possible pour le Dalai Lama
 La réincarnation du Dalai Lama doit observer trois principes
 La réalité tibétaine et le « concept historique » du Dalai Lama
 "Ce que je vois et entend au Tibet est différent de la propagande assénée par le Dalai Lama " (Tibétologue espagnol)
 Le dalaï lama est un homme politique pas un personnage religieux
 Le dalai lama n'est pas qualifié pour parler des droits de l'homme
 La coopération Chine-UE sera bénéfique, explique un diplomate
 Le problème de Dalai Lama ne doit pas perturber les relations, dit l'ambassadeur tchèque
 La vieille camaraderie du Dalai Lama avec le nazisme et avec « Aum Shinri Kyo »
 L'ambassadeur de France en Chine et les relations bilatérales
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.