Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Horizon
Mise à jour 26.08.2008 16h36
Les économies émergentes redessinent la carte économique mondiale

Liu Hong


Dans le passé, un ralentissement rapide aux Etats-Unis pouvait déclencher un déclin sérieux de la croissance mondiale. Mais aujourd'hui la dynamique du monde a changé avec un changement fondamental en cours.

LE COMMERCE AVEC LES ECONOMIES EMERGENTES A SAUVE L'AMERIQUE

"Nous éprouvons le premier épisode dans l'histoire d'un attelage renversé, selon lequel le reste du monde tire les Etats-Unis en avant plutôt que de les opposer", a indiqué Fred Bergsten, directeur de l'institut Peterson pour les économies internationales, un groupe de réflexion aux Etats-Unis.

M. Bergsten a indiqué à Xinhua qu'il estimait que "le commerce a sauvé l'Amérique de la récession", parce que "l'amélioration dans la balance commerciale représentait pour la totalité de la croissance économique des Etats-Unis au cours des trois premiers trimestres".

L'opinion de M. Bergstan a fait écho avec des avis de beaucoup d'économistes et responsables américains.

Le secrétaire au Trésor Henry Paulson a souligné à maintes reprises qu'il estimait que l'économie américaine ne tomberait pas dans une récession, étant donné que l'économie mondiale, notamment les économies dans les pays émergents, est fondamentalement forte.

Malgré la proclamation de bon nombre d'observateurs selon laquelle la récession a déjà eu lieu, la croissance économique des Etats-Unis a enregistré un taux annuel de 1,9% au cours du deuxième trimestre de cette année, supérieur à 0,6% du premier trimestre et à un déclin de 0,2% au quatrième trimestre de l'année dernière.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a conclu que le ralentissement était principalement dû à la forte croissance des exportations américaines, notamment celles vers les marchés émergents.

La Chine, le plus grand marché émergent, contribue plus que les Etats-Unis à la demande globale, a souligné Jim O'Neill, chef économiste à Goldman Sachs.

Le dynamisme énergique de la demande intérieure au sein des économies émergentes et au développement a fourni un "amortisseur commercial", permettant une expansion robuste des exportations américaines au cours des dernières années même si la demande intérieure aux Etats-Unis a ralenti, a également indiqué un récent rapport par le Fonds monétaire international (FMI).

LES ECONOMIES EMERGENTES DESORMAIS LOCOMOTIVES DE L'ECONOMIE MONDIALE

Des analystes estiment qu'il y a deux changements importants dans la croissance dynamique de l'économie mondiale.

Le premier porte sur les économies émergentes qui se sont transformées en locomotives de l'économie mondiale, comme la Chine représentait près d'un quart de la croissance mondiale au cours des cinq dernières années, selon des données fournies par le FMI.

Actuellement, les économies émergentes et en développement ensemble représentent les deux tiers de l'économie mondiale, contre près de la moitié dans les années 1970.

Deuxièmement, le modèle des échanges du commerce a changé. Presque la moitié des exportations des économies émergentes et en développement sont orientées vers d'autres économies de ce genre, avec une hausse du commerce intra-régional au sein de l'Asie émergente notamment.

"Alors que certaines entreprises américaines peuvent encore supprimer des emplois en externalisant en Chine, imaginons que de combien de plus d'emplois ils pourraient réduire si elles perdaient de l'argent ou étaient à peine rentables", a indiqué Zachary Karabell, président de River Twice Research.

L'Afrique a également profité des économies émergentes.

Les investissements engagés en Afrique par les financiers originaires des pays émergents ont augmenté de moins de 1 milliard de dollars par an avant 2004 à 8 milliards de dollars en 2006 et à 5 milliards en 2007, a fait savoir un récent rapport de la Banque mondiale.

Les engagements dans les infrastructures par les économies émergentes en Afrique aident à résoudre l'énorme déficit en infrastructures du continent, a souligné à Xinhua Obiageli Katryn Ezekwesili, vice-président de la Banque mondiale pour la région de l'Afrique.

Comme résultat, l'économie mondiale s'est clairement détachée des Etats-Unis et la croissance mondiale pourrait approcher 4% en 2008 et en 2009 en dépit du ralentissement aux Etats-Unis, a noté M. Bergstan.

"Les relations traditionnelles où le monde prend froid quand les Etats-Unis éternuent ne sont plus vraies", a-t-il souligné.

"La Chine joue un rôle décisif dans l'économie mondiale comme indiqué par son rôle dominant dans la croissance économique mondiale", a-t-il indiqué à Xinhua.

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 Célébration de la fin des 16 jours de compétitions
 Les neuf grands apports des Jeux Olympiques de Beijing
 Les fans chinois ont besoin de plus de moyens de soutien
 La branche d'olivier illusoire de la part du Dalai Lama
 SYNTHESE: La Chine et le Mali renforcent leur coopération en matière de formation
 Commentaire: les Jeux olympiques de Beijing brilleront dans l'histoire
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.