Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Horizon
Mise à jour 06.05.2008 13h50
La Chine ne craint aucunement les reportages négatifs sur elle, mais les médias occidentaux doivent fonder leurs raisonnements sur des preuves et des arguments solides

Selon une information en provenance du site web officiel du Ministère chinois des Affaires étrangères, l'Ambassadrice de Chine en Grande-Bretagne Fu Ying a indiqué récemment à Londres que les droits de l'homme en Chine concernent les intérêts fondamentaux des larges masses populaires, que les médias chinois sont à l'avant-garde de la protection de ces droits dans le pays et que ces derniers ont dénoncé et dévoilé un grand nombre de cas de pollution de l'environnement, de cas de corruption, de malversation et de dépravation, de cas de travail forcé et d'autres cas. Et d'insister sur le fait que le gouvernement chinois ne craint aucunement les reportages négatifs et n'a rien à dissimuler, car ce qu'il désire c'est de régler les problèmes de façon active et positive et de préserver les intérêts fondamentaux du peuple chinois. Les médias occidentaux ont le droit de critiquer la Chine, mais ils doivent au moins fonder leurs raisonnements sur des arguments solides et commenter les faits preuve à l'appui. En faisant des reportages sur la Chine, ils doivent également respecter rigoureusement le principe d'objectivité et d'équité et observer les lois chinoises. La Chine désire ouvrir toute grande la porte aux médias du monde entier qui pourront amplement et en toute liberté faire les reportages sur les Jeux Olympiques, alors que pour les médias occidentaux, ils doivent apprendre à gagner la confiance de la masse populaire chinoise.

L'Ambassadrice chinoise a tenu ces propos le 1er mai lors de la cérémonie du lancement du projet « The Young Icebreakers Launch » organisé par The 48 Group Club qui l'a invité en tant qu'hôte de marque.

En prenant la parole Fu Ying a tenu tout d'abord à présenter ses félicitations à The 48 Group Club pour le 55ème anniversaire de sa fondation. Elle a fait remarquer que 55 ans auparavant Perry père avait mis sept jours arriver de Londres à Hong Kong et encore quatre jours pour atteindre Pékin (Beijing). Aujourd'hui, il suffit à Perry fils de plus de neuf heures seulement pour couvrir la distance entre la capitale britannique et la capitale chinoise. Cela est le symbole du courage et de l'audace de Perry père et des autres élites du milieu commercial britannique qui ont fait preuve de clairvoyance et de témérité en brisant les premiers la barrière ferme et solide qui se dressait entre les deux pays et les deux peuples et en construisant un pont de communication qui les relient désormais, et c'était ainsi que la distance a été réduite et que les deux pays ne se considèrent plus tellement éloignés d'un de l'autre.

Un demi siècle s'est écoulé, la Chine tout comme le monde entier ont connu de grand et profonds changements. Si on dit que plus de 50 ans auparavant la Chine et le monde occidental étaient séparés par une glace dure, solide et épaisse, il existe toujours aujourd'hui une couche de glace invisible qui provient de la méconnaissance et de l'ignorance des peuples occidentaux sur la Chine et de la méfiance que les deux parties éprouvent réciproquement.

Fu Ying a cité les résultats de la dernière enquête menée par Horizon Research Consultancy Group, lesquels indiquent que 80% des Chinois enquêtés ont exprimé leur aversion, leur répulsion et leur antipathie à l'encontre de l'Occident, tandis que depuis l'année dernière, le nombre des Européens qui considèrent que la Chine constitue la plus grande menace pour eux a presque doublé. Aux Etats-Unis, 31% des personnes sondées pensent que la menace de la Chine dépasse celle d l'Iran et de la Corée du Nord. L'opposition de sentiment entre le peuple chinois et les peuples occidentaux s'est tellement aggravée qu'elle a atteint un degré sans précédent.

Ces derniers temps, les attaques calomnieuses de l'Occident contre la Chine quant aux Jeux Olympiques et au problème du Tibet ont gravement blessé et porté atteinte au sentiment de la plupart des Chinois. On peut dire sans exagération que les Jeux Olympiques sont une grande fête pour tout le peuple chinois, surtout pour les jeunes, et également pour tous les peuples du monde. Il y a huit ans lorsque la Chine a remporté le droit d'organisation des 29èmes J.O., c'étaient surtout les jeunes, les adolescents et les enfants chinois s'étaient précipités à la Place Tian An men pour fêter cet événement et ils avaient épanché leur joie jusqu'à la nuit avancée. Maintenant huit ans ont passé et lorsque tout le peuple chinois pense montrer aux peuples du monde la réalité chinoise d'aujourd'hui et souhaite sincèrement du plus profond de son cœur accueillir dans son pays les athlètes, les sportifs, les spectateurs, les visiteurs et les touristes venus du monde entier pour participer et pour assister à ces jeux, il s'aperçoit que certains Occidentaux surgissent de nulle part pour perturber et saboter les Jeux Olympiques. Devant cette situation comment les Chinois pourront-ils se contenir et ne pas manifester leur indignation et leur horreur à l'encontre des politiciens occidentaux qui utilisent les J.O. pour atteindre leur but politique, et envers les médias occidentaux qui ne savent que publier des reportages négatifs, déformés et calomnieux sur la Chine. En même temps à l'Occident, nombreux sont les gens du peuple qui ignore tout sur la Chine et qui croient d'après les informations qu'on leur bourre dans la tête qu'il n'y a pas de liberté d'expression en Chine, qu'on a lavé le cerveau au peuple chinois et que l'indignation et l'aversion des Chinois envers l'Occident est une manifestation du nationalisme.

L'Ambassadrice chinoise a poursuivi en indiquant que si l'on imagine que le cerveau de 1,3 milliards de personnes peut être lavé cela prouve que celui qui pense ainsi est ou bien naïf et niais, ou bien arrogant et insolent et ou bien hypocrite et malveillant. La seule explication de cela c'est la méconnaissance et l'ignorance des Occidentaux pour les problèmes qui concernent la Chine. Pour ce qui est des informations et des connaissances sur la Chine actuelle, il existe un écart extrêmement grand. Les connaissances sur la réalité chinoise d'un grand nombre de médias et du public occidentaux sont en retard au moins de vingt ans. De son côté la partie chinoise doit quant à elle bien réfléchir à faire des efforts pour transmettre plus efficacement des informations sur elle.

Elle a dit : avant de venir à Londres pour assumer mes fonctions, je suis allés dans plusieurs librairies pour y acheter une dizaine de livres et d'ouvrages sur le Royaume-Uni, ce qui m'a permis de le mieux connaître et de le mieux comprendre et lorsque je suis arrivée dans votre pays j'avais déjà une idée d'ensemble sur lui. J'ai constaté que vos concitoyens aiment la lecture, mais j'ai remarqué également qu'on ne peut trouver dans vos librairies des livres qui donnent une idée claire, objective et juste sur la Chine d'aujourd'hui. Il y en a de livres sur la Chine, mais leurs auteurs ont un sentiment de haine envers celle-ci, alors croyez-vous qu'ils pourraient dire des choses exactes, réelles et raisonnables sur un pays qu'ils détestent au plus haut point. Quant à la Chine, elle publie chaque année quelques 230.000 sortes de livres, ainsi que près de 2.000 sortes de journaux et plus de 9.000 espèces de revues et de magasines. Les principaux portails site web chinois, tels que Sina.com et Sohu.com, diffusent respectivement chaque jour sans arrêt plus d'une dizaine de milliers d'informations, lesquelles d'après ce que je pense la plus grande partie ne peut parvenir dans les pays occidentaux et je crois que chez vous en Angleterre, peu de gens connaissent et s'intéressent à ce qui ce passe en Chine : les films qui y sont en vogue, les stars de cinéma chinois, … etc.

Certains médias occidentaux critiquent l'état des droits de l'homme en Chine, souvent ils commentent les droits de l'homme d'un peuple de 1,3 milliards d'habitants en les simplifiant sur les cas de certains individus. Les droits de l'homme en Chine concernent les intérêts fondamentaux de tout un peuple. Les médias chinois sont à l'avant-garde de la protection de ces droits dans le pays et que ces derniers ont dénoncé et dévoilé un grand nombre de cas de pollution de l'environnement, de cas de corruption, de malversation et de dépravation, de cas de travail forcé et d'autres cas. Et d'insister sur le fait que le gouvernement chinois ne craint aucunement les reportages négatifs et n'a rien à dissimuler, car ce qu'il désire c'est de régler les problèmes de façon active et positive et de préserver les intérêts fondamentaux du peuple chinois. Les médias occidentaux ont le droit de critiquer la Chine, mais ils doivent au moins fonder leurs raisonnements sur des arguments solides et commenter les faits preuve à l'appui. En faisant des reportages sur la Chine, ils doivent également respecter rigoureusement le principe d'objectivité et d'équité et observer les lois chinoises. La Chine désire ouvrir toute grande la porte aux médias du monde entier qui pourront amplement et en toute liberté faire les reportages sur les Jeux Olympiques, alors que pour les médias occidentaux, ils doivent apprendre à gagner la confiance de la masse populaire chinoise.

En 1953, une délégation de personnalités du milieu commercial britannique, conduite par Jack Perry qui était le Président Directeur Général de la Société d'exportation de Londres avait surmonté de grandes difficultés pour pouvoir effectuer une visite d'exploration en Chine et elle a été appelée par la suite « brise-glace » de l'établissement des relations de coopération sino-anglaise. L'année suivante, 48 entreprises commerciales britanniques qui souhaitaient faire le commerce avec la Chine ont créé le « Groupe de commerce anglo-chinois des 48 » dont le nom a changé en 1991 en celui de « The 48 Group Club ».




Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Raffarin recommande Sarkozy de participer à la cérémonie d'ouverture des J.O. de Beijing

 Les visages réels derrière la flamme olympique

 La politisation des Jeux Olympiques est un blasphème contre l'olympisme

 Paris joue la grande provocation

 Pourquoi les Chinois boycottent-ils les produits français ?

 Jack Cafferty : ignorant ou ignoble ?

 Les volontaires gardent la flamme sacrée

 CNN disculpe son animateur des accusations contre lui au sujet de ses propos insultants et venimeux à l'encontre du peuple chinois

 Mise en garde sévère à l'encontre de CNN

 Gardons la tête froide devant le tapage soulevé par l'opinion publique occidentale
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.