Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Plan du Site Aide Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Portraits

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS
 Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)

 Radio Chine Internationale

 Centre d'Information et d'Internet de Chine

 Beijing Information

 Ambassade de France en Chine

Français>>Horizon
Mise à jour 09:26
Publication de l'essai de Deng Xiaoping "un Etat, deux systèmes"
Entretien entre Deng Xiaoping et Mme Thatcher en 1984

L'Agence de presse Xinhua est autorisée à rendre public l'essai important de Deng Xiaoping intitulé "un Etat, deux systèmes", à l'occasion du 14ème anniversaire de la publication de la Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Hongkong.

Deng Xiaoping a formulé le principe dit "un Etat, deux systèmes ", lors de ses rencontres il y a 20 ans avec une délégation des industriels hongkongais et les personnalités de Hongkong.

Voici des extraits de ses propos:

"La position, les principes et la politique adoptés par le gouvernement chinois en vue de résoudre le problème de Hongkong sont nets et clairs. Nous avons déclaré à plusieurs reprises qu'après le recouvrement par le gouvernement chinois en 1997 de l'exercice de sa souveraineté sur Hongkong, le système socio-économique actuellement en vigueur à Hongkong et le mode de vie qui y prévaut ne changeront pas, que ses lois actuelles resteront pratiquement les mêmes, que Hongkong demeurera un port franc et un centre financier et commercial international et entretiendra ses propres relations économiques avec les divers pays et territoires. Nous avons également déclaré à maintes reprises que, si quelques unités de notre armée seront stationnées à Hongkong, Beijing n'enverra pas de cadres occuper des fonctions dans le gouvernement de cette région administrative spéciale; cet engagement sera également respecté. Le stationnement de troupes à Hongkong aura seulement pour objet de préserver la sécurité du pays, et non pas d'intervenir dans les affaires intérieures de cette région. Notre politique à l'égard de Hongkong restera immuable pendant 50 ans. Nous tiendrons parole.

"Notre politique consiste à appliquer le principe dit " un Etat, deux systèmes"; pour parler plus précisément, cela signifie qu'au sein de la République populaire de Chine, le milliard de Chinois habitant la partie continentale vit sous un régime socialiste, tandis que Hongkong et Taiwan sont régis par un système capitaliste. Ces dernières années, la Chine s'est attachée à redresser les erreurs "de gauche" et a élaboré, dans tous les domaines, une politique qui tienne compte des conditions réelles. Cinq ans et demi d'efforts ont porté des fruits. C'est précisément dans cette conjoncture que nous avons avancé la formule "un Etat, deux systèmes" pour régler le problème de Hongkong et de Taiwan.

"Nous avons exposé maintes fois la politique dite "un Etat, deux systèmes". Celle-ci a été approuvée par l'Assemblée populaire nationale. Certains craignent que cette politique ne vienne à changer. Je peux affirmer qu'il n'en sera rien. La clé du problème, le facteur décisif, réside dans la justesse de cette politique. Il n'y a pas lieu de l'abandonner si elle est juste. Dans le cas contraire, il pourrait sans doute y avoir changement. Par ailleurs, la Chine applique, à l'heure actuelle, une politique d'ouverture sur l'extérieur et de réactivation de l'économie à l'intérieur, comment imaginer qu'on désavoue cette orientation? Si on renonçait à cette politique, 80 pour cent des Chinois verraient baisser leur niveau de vie et nous perdrions alors le soutien de la population. Nous suivons une voie correcte que le peuple approuve; il n'y a donc pas de raison de changer d'orientation.

"Nous maintiendrons pendant longtemps notre politique à l'égard de Hongkong, mais cela n'aura aucune incidence sur le système socialiste de la partie continentale. Le système fondamental de la Chine, c'est le socialisme. Pourtant, nous admettons aussi que certaines régions du pays- par exemple Hongkong ou Taiwan- soient régies par un système capitaliste. L'ouverture d'un certain nombre de villes de la partie continentale et l'autorisation d'y introduire des capitaux étrangers tendent à faire de ceux-ci un appoint à l'économie socialiste, ce qui favorisera la croissance des forces productives de la société socialiste. Ainsi, l'apport d'investissements étrangers à Shanghai ne signifie nullement que tout Shanghai pratique un système capitaliste. Il en va de même pour Shenzhen qui est toujours régi par le système socialiste. Le système fondamental de la Chine, c'est le socialisme.

"Le concept dit "un Etat, deux systèmes" est né d'un examen approfondi des réalités chinoises; ce concept attire l'attention internationale. La Chine a son problème: Hongkong et Taiwan. Comment le régler? Est-ce le socialisme qui absorbera Taiwan? Ou la doctrine dite des trois principes du peuple prônée par Taiwan qui absorbera la partie continentale? Ni l'un ni l'autre. Si l'on ne trouvait aucune solution pacifique, il faudrait recourir à la force, ce qui serait préjudiciable aux deux parties concernées. L'ensemble de la nation aspire à la réunification du pays. Si elle ne s'accomplit pas avant la fin de ce siècle, elle finira bien par se réaliser dans les siècles futurs. Comment résoudre ce problème? A mon sens, on ne peut qu'appliquer la formule "un Etat, deux systèmes". Deux possibilités se présentent dans la solution de la plupart des problèmes du monde: user de moyens pacifiques ou prendre une voie non pacifique. Il faut, de toute manière, trouver une solution. A problèmes nouveaux, solutions nouvelles. Cette réussite que constitue le règlement du problème de Hongkong peut fournir des références utiles pour la solution de beaucoup de problèmes internationaux. Si nous jetons un regard rétrospectif sur l'histoire mondiale, quel gouvernement a-t-il jamais élaboré une politique aussi pondérée que la nôtre? Si l'on considère l'histoire du capitalisme, si l'on regarde les pays occidentaux, quel pays a-t-il jamais tenté une expérience pareille? La formule "un Etat, deux systèmes" pour résoudre le problème de Hongkong n'a pas été lancée dans un moment d'exaltation; elle ne cache pas, non plus, d'autres intentions; il s'agit tout simplement d'une démarche inspirée par les conditions spécifiques de la Chine qui tient pleinement compte du passé historique et de la situation actuelle de Hongkong.

"Il est certain que les Chinois de Hongkong sauront gérer leur ville comme il faut. Avoir des doutes là-dessus reviendrait à témoigner d'une mentalité héritée du colonialisme de la vieille école. Pendant plus d'un siècle à partir de la Guerre de l'Opium, les étrangers ont méprisé et humilié les Chinois. La fondation de la République populaire de Chine a transformé la physionomie de la Chine. L'image de la Chine d'aujourd'hui n'est pas l'oeuvre du gouvernement de la dynastie décadente des Qing, ni des seigneurs de guerre du Beiyang, ni de Jiang Jieshi ou de son fils. C'est la République populaire qui a transformé la Chine. Tous les enfants de la nation chinoise, quels que soient leurs costumes ou leurs positions, ont au moins en commun un sentiment de fierté nationale. Les habitants de Hongkong ne font naturellement pas exception à la règle. Ils sont capables de bien administrer Hongkong; nous devons avoir confiance en eux. La prospérité que ce territoire a connue jusqu'à présent est le fruit du labeur de sa population constituée essentiellement de Chinois. Les capacités intellectuelles de ceux- ci ne le cèdent en rien à celles des étrangers; sous ce rapport, les Chinois ne se situent pas au-dessous de la moyenne; il ne faut pas imaginer que seuls les étrangers sont capables de diriger les affaires comme il faut. Nous, Chinois, nous devons avoir confiance en notre propre capacité de faire du bon travail. Prétendre que les habitants de Hongkong manquent de confiance dans l'avenir, c'est une affirmation qui ne traduit pas leur véritable opinion. Le contenu des négociations sino-britaniques n'a pas encore été rendu public; beaucoup d'habitants de Hongkong ne connaissent pas la politique du gouvernement central, mais une fois qu'elle aura été portée à leur connaissance, ils feront entièrement crédit au futur. La politique que nous adoptons pour régler le problème de Hongkong a été annoncée par le Premier ministre du Conseil des Affaires d'Etat dans son rapport sur les activités du gouvernement, présenté à la deuxième session de la VIème Assemblée populaire nationale, et elle a été solennellement approuvée séance tenante. Si certains parlent aujourd'hui encore d'un problème de confiance, s'ils ne font pas crédit à la République populaire de Chine et au gouvernement chinois, c'est qu'ils ne veulent rien entendre. Nous sommes convaincus que les habitants de Hongkong sont capables de bien gérer cette ville; la laisser sous domination étrangère serait inadmissible; la population de Hongkong ne l'accepterait pas.

"Pour la gestion de Hongkong par ses habitants, la limite et le critère, c'est que Hongkong devra être géré par sa population avec les patriotes comme groupe principal. Le gouvernement de la future région spéciale de Hongkong sera surtout constitué de patriotes; naturellement, il admettra aussi d'autres éléments en son sein; il pourra même engager des étrangers à titre de conseillers. Qu'entendons-nous par patriotes? Ceux qui respectent leur propre nation, qui sont sincèrement partisans du recouvrement par la Chine de l'exercice de sa souveraineté sur Hongkong et qui ne portent pas atteinte à la prospérité et à la stabilité de Hongkong. Ceux-là sont des patriotes même s'ils croient au capitalisme ou au féodalisme, voire même à l'esclavagisme. Nous ne leur demandons pas d'approuver le système socialiste de la Chine, mais seulement d'aimer la patrie et d'aimer Hongkong.

D'ici à 1997 s'écouleront encore treize années. Il nous faut, dès maintenant, régler graduellement et comme il faut les modalités de cette période de transition. Durant celle-ci, il faut en premier lieu éviter toute agitation et tout remous sérieux afin de maintenir la prospérité et la stabilité de Hongkong; il faut en second lieu créer les conditions permettant aux habitants de Hongkong de prendre en charge l'administration sans à-coup. Les personnalités des divers milieux de Hongkong doivent faire des effort s à cette fin.





Copyright © 2000-2004 Tous droits réservés.