Dernière mise à jour à 15h12 le 10/03

Page d'accueil>>Economie

Sorts et magie noire en ligne

le Quotidien du Peuple en ligne | 10.03.2017 15h07

Un certain nombre de boutiques en ligne vantent des pouvoirs magiques tels que l'offre de malédictions, le lancement de sorts et la fabrication de poupées vaudou, a rapporté le Beijing Youth Daily.

Les propriétaires de magasins se font souvent passer pour des prêtres taoïstes ou maîtres bouddhistes. Ils font payer les clients entre 20 (2,7 euros) et 2 000 yuans (273 euros) pour un produit ou un service. Les acheteurs sont invités à donner la date d'anniversaire d'une personne ciblée, ainsi que son nom ou image.

Un prétendu maître de Hong Kong offre un large éventail de services, comment briser une relation, récupérer de l'argent dû, ou rendre quelqu'un insomniaque. Ses poupées vaudou peuvent, comme il aime s'en vanter, ont le don d'éloigner les méchants et d'attirer la chance dans un délai de 49 jours. Les données ont montré 1 115 transactions mensuelles via sa boutique.

Un autre vendeur - un pseudo prêtre taoïste - dans la province du Guizhou (sud-ouest de la Chine) a expliqué qu'il pouvait jeter un sort sur les maîtresses pour mettre fin aux relations extra-conjugales.

Promettant même d'exercer sa magie sur une journée choisie, et d'en faire un enregistrement vidéo pour son client. Ce service coûte 198 yuans, et évoque un remboursement s'il ne parvient pas à exhorter la femme à quitter l'homme marié.

Info ou intox, difficile de le dire car certaines boutiques font paraître de fausses offres et commentaires pour tromper les consommateurs.

Pour Xiao Rao, enseignant la sociologie au Collège d'Administration du Sichuan, le fait de jeter le mauvais sort sur quelqu'un n'est pas une pratique du taoïsme mais plutôt de la magie noire sans aucun fondement scientifique. L'achat de tels services surnaturels en ligne se révèle davantage être une recherche d'un confort psychologique, a-t-il rajouté. 

(Rédacteurs :Qian HE, Guangqi CUI)
Partez cet article sur :
  • Votre pseudo
  •     

Conseils de la rédaction :