Dernière mise à jour à 08h38 le 10/03

Page d'accueil>>Economie

Les objectifs de croissance de la Chine sont réalisables mais nécessitent davantage de réformes, selon le FMI

Xinhua | 10.03.2017 08h35

La forte dynamique de croissance actuelle de la Chine devrait permettre de maintenir son objectif de croissance aux alentours de 6,5 % pour l'année 2017, mais le pays a besoin de davantage de réformes pour mettre en place un plan de croissance plus inclusif et plus durable, a déclaré jeudi le Fonds monétaire international (FMI).

"Nous continuons à conseiller à la Chine de moins se focaliser sur des objectifs de croissance élevés en terme de PNB, mais d'accorder davantage d'attention à la limitation de la croissance excessive du crédit, au durcissement des contraintes budgétaires des entreprises d'Etat, et au renforcement du système de sécurité sociale", a déclaré à Xinhua Gerry Rice, porte-parole du FMI, au cours d'une conférence de presse de routine.

Dans un rapport de travail publié dimanche par le gouvernement, la Chine a fixé son objectif de croissance à environ 6,5 % de son PNB pour cette année. Cet objectif est un peu inférieur à la fourchette de 6,5 à 7 % visée l'année dernière, mais reste conforme aux dernières prévisions de croissance émises en janvier par le FMI.

Abaisser les objectifs de croissance du PNB signifierait que "le gouvernement accepte une croissance légèrement plus lente, mais s'efforce de limiter les risques financiers qui s'accumulent au sein du système", a indiqué David Dollar, ancien responsable de la Banque mondiale et chercheur à l'Institut Brookings. Viser une croissance moindre en terme de masse monétaire en 2017 contribuerait également à stabiliser le niveau de rentabilité de l'économie, a-t-il ajouté.

"De manière plus générale, ce rapport de travail a mis en évidence les efforts déployés par la Chine pour rester flexible et pour diriger son économie vers une croissance plus inclusive, plus écologique et plus durable, ainsi que sa détermination à faire des réformes pour parvenir à ce but", a poursuivi M. Rice.

Le porte-parole du FMI a également estimé que les sorties de capitaux qui ont lieu en ce moment depuis la Chine n'étaient pas un sujet de préoccupation pour la deuxième économie mondiale. "Je pense que les sorties de capitaux ne deviendraient un problème que si elles entraînaient un ajustement désordonné du taux de change et de l'économie en général, mais nous ne voyons aucune raison de penser que cela va se produire pour le moment", a-t-il dit.

Pour ce qui est du taux de change, le rapport du gouvernement affirme que la Chine continuera à réformer le mécanisme de change du RMB de manière plus conforme au marché, et maintiendra la stabilité de sa monnaie au sein du système monétaire global en 2017.

M. Dollar a estimé que cette déclaration était en phase avec les récents efforts de la Banque populaire de Chine (BPC), la banque centrale chinoise, pour maintenir le yuan (ou RMB) relativement stable vis-à-vis du panier des devises. "Au cours des deux premiers mois de 2017, les perspectives du yuan ont paru stables, et le niveau de réserve a à peine bougé", a-t-il fait remarquer.

Les énormes réserves de change de la Chine s'élevaient à 3 005,1 milliards de dollars américains à la fin du mois dernier, soit une légère hausse par rapport aux 2 998,2 milliards enregistrés un mois plus tôt, selon les données de la BPC.

"Si le dollar continue à monter, je pense que l'on assistera à une modeste dépréciation du yuan face au dollar, doublée d'une appréciation face à l'euro et aux autres devises", a conclu M. Dollar.

(Rédacteurs :Yishuang Liu, Guangqi CUI)
Partez cet article sur :
  • Votre pseudo
  •     

Conseils de la rédaction :