Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 24.08.2012 13h10
La Turquie ouvre une partie de son marché immobilier aux Chinois

Une nouvelle loi immobilière turque, approuvée récemment par le président Abdullah Gül, ouvre sous condition le marché immobilier aux ressortissants chinois, a annoncé jeudi un avocat à Istanbul.

Par rapport à l'ouverture du marché immobilier aux individus de 89 nationalités auparavant, la nouvelle loi autorise 183 nationalités à investir dans l'immobilier en Turquie.

Berk Cektir, avocat de la firme turque Yingke, a déclaré à Xinhua que les ressortissants chinois doivent demander une permission au ministère turc de l'Intérieur avant de pouvoir acquérir dans le pays, décision qui boostera les investissements chinois en Turquie.

D'après la loi, les citoyens chinois ne peuvent acheter des maisons en Turquie qu'à des fins d'y habiter, mais ne peuvent pas acheter des terres turques.

La nouvelle loi représente la plus grande ouverture du marché de l'immobilier turc aux investisseurs étrangers, a expliqué l'ancien vice-président de l'Administration de privatisation du gouvernement, Suleyman Yasar, ajoutant qu'elle a été conçue pour rendre la Turquie plus accessible aux investissements étrangers et faire d'Istanbul une ville mondiale.

Prévoyant plus de 300 milliards de dollars américains d'investissements étrangers dans l'immobilier, les marchés des propriétés turcs s'attendent à une augmentation importante des investissements en provenance de Chine, d'Europe et des Etats du Golfe.


News we recommend

« Back to Future » par Irina Werning Le premier mariage homosexuel bouddhiste à Taiwan   Les animaux dormeurs
Qipao 2.0   Retour à la maison après quatre ans d'exil pour les pandas du Sichuan Les Chinois adorent les échasses!
L'industrie de la beauté en Chine profite d'une cure de jouvence Yu Wenxia : Miss China sacrée Miss Monde 2012 Plus de 2700 jeunes femmes veulent épouser un milliardaire


Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
De l'« usine du monde » vers la « marque mondiale »
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?