Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 22.08.2012 08h50
Augmentation de salaire pour les employés de Carrefour à la suite de négociations

Le salaire total des employés de la compagnie Carrefour de Shanghai va augmenter de 7,5 % à l'issue des négociations collectives entre la compagnie et ses employés, qui se sont tenues en mars.

La compagnie Carrefour de Shanghai, qui a été fondée par la société française de supermarchés Carrefour et le détaillant Lianhua de Shanghai, ont signé leur premier contrat collectif salarial en mars 2011. Dans le cadre de cet accord, les employés de la compagnie ont vu leur salaire total augmenter de 8 % et obtenu l'assurance que leur salaire de base serait fixé à un montant 5 % supérieur à celui du salaire minimum local.

« L'employeur avait proposé une augmentation de salaire de 6 % pour cette année, mais nous avons demandé une augmentation de 8 %, exactement comme l'année dernière », a déclaré Ma Yudong, président du syndicat des employés de la compagnie. « Les deux parties sont parvenues à un compromis, tombant d'accord sur une augmentation de 7,5 %, en grande partie du fait que la compagnie voit actuellement ses profits se réduire ».

Selon M. Ma, le contrat collectif, qui touche 6 500 personnes, stipule que les employés de Carrefour Shanghai recevront un mois de salaire supplémentaire à la fin de chaque année dès qu'ils auront travaillé un an pour Carrefour. Ce contrat assure également le droit des employés aux congés payés et d'autres avantages comme des examens médicaux gratuits deux fois par an pour les femmes.

Il n'a pas été facile d'obtenir tout cela, a dit Mao Ronghua, vice-président de la Fédération municipale des syndicats de Shanghai.

Le syndicat qui représente les employés de Carrefour Shanghai, a dit M. Mao, avait demandé l'organisation de négociations collectives à de nombreuses reprises depuis 2007, mais cela avait toujours été refusé.

En janvier 2011, le journal de Shanghai Labour Daily avait fait savoir que les salaires versés aux employés de Carrefour n'avaient pas changé depuis des années, ce qui avait poussé d'autres médias à faire des reportages sur cette question.

C'est sous la pression des médias et à la suite d'appels des autorités locales et d'organisations syndicales en faveur de salaires plus justes que Carrefour a accepté les négociations collectives, a précisé M. Mao.

Ce dernier a expliqué que lui et de hauts responsables du groupe Bailian, société mère du partenaire chinois de Carrefour Lianhua, avaient rencontré le directeur général français de la coentreprise pour discuter des possibilités de négociations.

« Nous avons tenu des discussions à trois reprises, chaque fois pendant plus de trois heures, avec le directeur français avant de procéder à dix séries de négociations collectives officielles qui ont duré deux mois », a-t-il dit.

Selon M. Mao, au début, les employés de Carrefour Shanghai étaient opposés à la tenue de négociations, disant qu'ils pensaient que le système de répartition des revenus de la compagnie était raisonnable. Ils disaient également que l'aide des employés n'était pas nécessaire pour fixer les salaires et qu'une augmentation de leur salaire n'aurait pour résultat que de coûter plus à la compagnie pour les employer.

M. Mao a dit que le contrat stipule la mise en place d'un mécanisme de négociations collectives annuelles sur les modifications de salaires et autres avantages.

« Le directeur français a également dit qu'il était prêt à négocier davantage avec les employés au sujet de leurs demandes », a-t-il dit.

Après la signature d'un contrat collectif en mars de l'année dernière, Zhu Xuefeng, employé de 36 ans du service des prix de Carrefour, a commencé à recevoir 1 750 yuans (275 $ US) par mois, soit 250 yuans de plus qu'avant que l'accord n'entre en vigueur. Et à la suite des nouvelles négociations, il gagne maintenant 1 950 yuans par mois.

Le responsable syndical Mao a déclaré que le contrat collectif de Carrefour allait accorder des augmentations de salaire à 70 % des employés de l'entreprise, qui, pour la plupart, ne recevaient que le salaire minimum local dans le passé.

En avril, le salaire minimum à Shanghai a été porté de 1 280 yuans à 1 450yuans par mois.


News we recommend

« Back to Future » par Irina Werning Le premier mariage homosexuel bouddhiste à Taiwan   Les animaux dormeurs
Qipao 2.0   Retour à la maison après quatre ans d'exil pour les pandas du Sichuan Les Chinois adorent les échasses!
L'industrie de la beauté en Chine profite d'une cure de jouvence Yu Wenxia : Miss China sacrée Miss Monde 2012 Plus de 2700 jeunes femmes veulent épouser un milliardaire

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale