Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 17.08.2012 10h51
La route est encore longue pour l'internationalisation du RMB

Le renminbi (RMB), la monnaie chinoise, a fait de plus parler de lui dans le monde ces dernières années. Cependant, il doit encore passer par un long processus avant de jouer un rôle plus important dans le commerce international, selon le China Economic Weekly.

En juillet, la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication (SWIFT) a dit dans son rapport mensuel RMB Tracker que les paiements offshore en RMB ont bondi en valeur de 17,4 fois au cours des 20 mois précédents, un taux de croissance qui a dépassé celui de toutes les autres monnaies.

Selon SWIFT, le RMB est aujourd'hui la 16e monnaie la plus activement utilisée pour le règlement des transactions. A noter qu'en octobre 2010, il était 35e.

En même temps, les dernières statistiques montrent que les réserves de la Banque centrale de Chine en devises étrangères ont diminué de 65 milliards de dollars US au deuxième trimestre, s'établissant à 3 240 milliards de dollars US à la fin de juin.

Cette baisse a suscité des inquiétudes, certains craignant que ces réserves en devises étrangères, qui ont diminué, ne soient dépensées au cours des années à venir et ne puissent plus être en mesure de fournir une assurance économique pour une longue durée, a déclaré le Financial Times.

Si la banque centrale continue dans cette voie, des craintes constantes d'une possible dévaluation du RMB risquent de persister sur les marchés, ce qui aura des conséquences le rôle de cette monnaie dans le commerce, a souligné le China Economic Weekly.

Selon un expert de la Banque de Chine, il n'y a pas non plus de quoi se vanter de la progression rapide du RMB dans le règlement des échanges, parce que son rôle mondial, arrivant après le rand sud-africain, est encore faible.

Outre les valeurs de paiement, l'influence d'une monnaie peut également se refléter dans sa part de marché dans les transactions mondiales, a déclaré Zhang Guangping, chef adjoint du bureau de Shanghai de la Commission du règlement du secteur bancaire de la Chine.

En 2007, le RMB s'est classé 20e en termes de part de marché dans les transactions mondiales. En 2010, il est tombé à la 21e place. En 2011, il a grimpé à nouveau à la 20e place avant d'atteindre la 19e lors du premier semestre de 2012.

Sans parler de la croissance des valeurs de paiement, l'influence mondiale du RMB fait qu'il est encore loin de devenir l'une des monnaies dominantes telles que le dollar américain ou la livre sterling.

Au cours des six dernières décennies, les Etats-Unis ont amassé une somme moyenne de 35 milliards de dollars US chaque année par l'extension du seigneuriage (avantage financier direct d'une monnaie pour celui qui l'émet) au-delà de leurs frontières grâce à la position dominante de leur monnaie dans le monde.

C'est une des raisons pour lesquelles le gouvernement chinois espère faire avancer l'internationalisation du RMB, a dit Xu Shanda, ex-directeur adjoint de l'Administration d'Etat de la fiscalité.

Si le RMB se transforme d'une monnaie d'échange en une monnaie de placement, puis en une monnaie de réserve, il apportera de nombreux avantages à l'économie chinoise, a ajouté M. Xu.

Depuis juillet 2009, le Conseil des Affaires de l'Etat a autorisé Shanghai et certaines zones du Guangdong à utiliser, à titre expérimental, le règlement en RMB pour le commerce transfrontalier.

Selon un expert, qui s'est exprimé auprès du China Economic Weekly, le gouvernement central a plusieurs stratégies, y compris l'appréciation progressive du RMB, le règlement des transactions transfrontalières en RMB et les marchés offshore de RMB.

Mais l'influence d'une monnaie mondiale se reflète particulièrement dans l'avantage qu'elle possède d'être fréquemment utilisée entre les autres pays, et pas seulement entre son pays et les autres.

En conséquence, le gouvernement chinois a assoupli de manière progressive et sélective les restrictions sur l'entrée et la sortie de capitaux, ce qui a permis à certaines banques d'offrir des comptes de dépôt en RMB à l'étranger.

La Chine représente désormais 10 % du PIB mondial et 9 % du commerce mondial. On estime qu'elle a représenté environ un quart de la croissance du PIB mondial en 2011. Mais l'influence mondiale de sa monnaie ne correspond toujours pas à sa dimension économique.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale
Le "roi des anneaux" termine sa carrière sur un goût amer