Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 17.08.2012 08h35
Louis Vuitton accusé de faire de la publicité via sa lutte contre la fraude en Chine

Dernièrement, certaines marques de luxe ont lancé des mesures contre la fraude en Chine. En juillet, dans les seules villes de Nanjing et Hefei, Louis Vuitton a déposé des plaintes contre une trentaine de commerçants indépendants. Chaque commerçant s'étant vu réclamé une indemnité de 500 000 yuans, l'indemnité totale demandée dépasserait donc les 20 millions de yuans. Pourquoi les grandes marques de luxe jettent-elles des bâtons dans les roues des petits commerçants ? Le but de leurs mesures contre la fraude est-il la défense de leurs droits ou s'agit-il d'une campagne publicitaire ? Comment doit réagir le marché du faux ?

« Louis Vuitton pense que la lutte contre la fraude est un chaînon important pour le développement durable de notre marque », explique Tan Zhiyu, responsable du service public de Louis Vuitton. La société défend ses droits non seulement en Chine, mais aussi dans le reste du monde. En 2009, elle a lancé 9 489 contrôles, soit 39 par jour, et a engagé 26 843 procès contre la fraude dans le monde.

Différant de l'explication officielle, une personne en contact étroit avec la société a révélé que la lutte contre la fraude à Nanjing à cet instant précis était due à l'ouverture d'une boutique mère à Nanjing. Parallèlement, une boutique franchisée sera ouverte au centre Yintai de Hefei.

Pourquoi les multinationales créent des difficultés aux petits commerçants ?

Selon Zeng Mingyue, expert du centre de recherches des produits de luxe de l'Université de l'économie et du commerce extérieur, l'année dernière, la croissance des achats de produits de luxe en Chine était plus élevée que dans les autres pays. La contrefaçon est provoquée par désir fou des Chinois de se procurer ces produits. La raison pour laquelle la Louis Vuitton a demandé aux petits commerçants de leur verser une indemnité est que c'est moins cher, plus rapide et plus dissuasif que de rechercher les contrefacteurs.

D'après Hu Jianhua, avocat de Jiangsu Sundy Law Firm, lorsque ces grandes sociétés de produits de luxe attaquent des petits commerçants, c'est probablement davantage pour se faire une publicité. Il faut avouer que ces sociétés profitent des activités juridiques pour défendre leurs droits, mais aussi faire de la publicité.

La lutte contre la fraude montre l'ambition des marques de luxe en Chine

Aux yeux des professionnels, même s'ils sont conscients que ce sont des produits copiés, les gens veulent les acheter pour satisfaire leur vanité. Cette notion est la raison de l'existence des contrefaçons. « L'intensification de la lutte contre la fraude par les marques de luxe en Chine rappelle aux consommateurs d'établir un concept de consommation correcte et de réduire la consommation aveugle guidée par la vanité », explique Wang Hongtao, avocat du cabinet Rogers de Beijing.

« Le fait d'être copié est depuis toujours un indice pour mesurer la réputation d'une marque de luxe, et c'est aussi la raison pour laquelle ces sociétés ne s'efforcent pas de lutter contre la fraude. Mais depuis cette année, la lutte contre la fraude ciblée sur la vente montre l'ambition de ces marques sur le marché chinois », dit Zeng Mingyue.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale
Le "roi des anneaux" termine sa carrière sur un goût amer