Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 15.08.2012 14h53
Les constructeurs automobiles chinois construisent des usines à l'étranger

Après des années passées à exporter leurs véhicules pour conquérir des marchés en dehors de Chine, les fabricants chinois d'automobiles accélèrent aujourd'hui leur expansion à l'étranger en y créant des lignes de production locales.

Les médias chinois ont ainsi rapporté que, durant sa visite en Chine, Pongsawat Svasti, Ministre thaïlandais de l'Industrie, a discuté avec Chen Zhixin, Vice-président exécutif de SAIC Motor Corp Ltd, de la possibilité de créer une co-entreprise entre SAIC et un fabricant thaïlandais d'automobiles dans ce pays de l'Asie du Sud-Est.

Cette coentreprise à 50-50 devrait d'abord produire des voitures de sport MG6 de la SAIC, selon les médias chinois, tandis que les véhicules commerciaux Maxus de la même SAIC devraient également être produits en Thaïlande dans un futur proche. SAIC n'a toutefois pas confirmé cette information.

Un peu plus tôt ce mois, SAIC -le plus grand constructeur automobile chinois en termes de ventes et de revenus- avait annoncé qu'il commencerait la production de son nouveau modèle, la MG3 Supermini, dans son usine de Longbridge, à Birmingham, au Royaume-Uni.

Après avoir acheté la célébre marque automobile britannique MG Rover en juillet 2005, SAIC a conservé l'usine de Longbridge. En avril 2011, elle a commencé à y assembler la petite cinq portes MG6, première voiture MG vraiment nouvelle depuis 16 ans.

Le marché chinois de l'automobile –en plein boom depuis les trois dernières années- est devenu le marché le plus important pour la quasi-totalité des fabricants mondiaux d'automobiles. La plupart d'entre eux y ont d'ailleurs créé des bases de production dans l'espoir d'augmenter leurs parts de marché.

La concurrence, féroce, a handicapé le développement des marques purement chinoises sur le marché intérieur, en particulier après que la croissance ait ralenti cette année.

Ces dernières années, les fabricants d'automobiles chinois se sont battus corps et âme pour développer leurs ventes à l'extérieur de la Chine, en particulier dans les économies en développement où la demande en véhicules économiques augmente.

Les données publiées par l'Association des Fabricants d'Automobiles Chinois ont montré que, au premier semestre, les ventes totales des marques d'automobiles purement chinoises ont baissé de 0,16% par rapport à l'année dernière, à 3,15 millions d'unités en Chine. Cependant, les exportations ont elles augmenté de 28% d'une année sur l'autre, à 487 900 unités.

Les exportations totales de véhicules de la chine devraient dépasser un million d'unités en une année pour la première fois en 2012, en augmentation de 27,48% d'une année sur l'autre.

Après avoir établi leurs marques sur les marchés étrangers et obtenu un certain volume de ventes, les fabricants d'automobiles chinois y ont créé des lignes de production.
A la fin du mois de juin, les fabricants d'automobiles chinois avaient créé 546 entreprises et instituts à l'étranger grâce à des investissements approuvés par le Ministère du Commerce, dit Chen Lin, du Département des Investissements Extérieurs et de la Coopération Economique au Ministère.

« Les activités des fabricants d'automobiles chinois à l'étranger ne constituent pas seulement une étape importante pour s'étendre sur le marché mondial, mais c'est aussi un choix naturel pour l'auto-développement des entreprises », a dit M. Chen. « Nous devrions encourager leurs investissements extérieurs et les soutenir pour accroitre leurs exportations en capital sur les marchés extérieurs ».
Le Zhejiang Geely Holding Group a créé cinq chaînes d'assemblage en dehors de Chine, avec deux nouveaux investissements en Egypte et en Uruguay cette année. L'entreprise chinoise, qui a acquis son renom à la suite de l'acquisition de Volvo, envisage d'ajouter deux ou trois nouvelles usines à l'étranger dans un futur proche.

Dans le même temps, Chery Automobile Co a quant à elle créé 16 lignes de production à l'étranger, avec un réseau de vente de 1 153 concessionnaires à l'étranger.

Zhang Junyi, analyste expert en automobile chez Roland Berger Strategy Consultants, une société allemande de consultants, dit que les fabricants chinois d'automobiles s'étendent sur les marchés étrangers de la même manière que les grandes marques étrangères comme General Motors ou Ford l'ont fait en Chine il y a des années déjà.

« Pour les fabricants automobiles, c'est la meilleure façon, et ce que j'entends là va des simples exportations de véhicules aux investissements dans la production locale, pour devenir des vraies marques internationales », dit M. Zhang.

Cependant, les analystes pensent également que les fabricants chinois d'automobiles font face à une série de défis à l'étranger, allant des fluctuations des taux de change au protectionnisme et aux restrictions en termes d'émissions.

Par exemple, la récente adoption par le Brésil d'un changement de politique concernant la taxation de l'industrie automobile, ainsi que la dépréciation de la monnaie locale, pourrait bien constituer un arrêt de mort pour le projet de production de JAC Motors sur ce qui est le cinquième plus grand marché automobile du monde.

L'entreprise chinoise aurait d'ailleurs récemment arrêté la construction de son usine au Brésil, d'une valeur de 500 millions de Dollars US.

En septembre dernier, en effet, le Gouvernement brésilien a augmenté de 30% les taxes sur les voitures et camions importés et sur ceux qui n'atteignent pas un taux de localisation de 65%, dans l'espoir de remplacer les importations par des véhicules fabriqués localement.

Cette mesure, qui restera en vigueur jusqu'en décembre, aura pour conséquence de faire monter la taxe brésilienne sur les produits industriels frappant les automobiles de 7 à 25%, en fonction de la taille du véhicule, jusqu'à pas moins de 55%.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 13 août
Le "roi des anneaux" termine sa carrière sur un goût amer
Après le départ de Koffi Annan, qui va pouvoir refermer la Boîte de Pandore en Syrie ?
Pourquoi je déteste les Jeux Olympiques...