Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 01.08.2012 10h26
La croissance va rester une priorité pour la Chine

Dans un contexte de ralentissement mondial, la Chine vise toujours des objectifs économiques. Le maintien d'une croissance stable a ainsi été réaffirmé comme étant une priorité, tout comme celui de politiques fiscales et monétaires pour lutter contre des conditions difficiles au niveau mondial.

La croissance économique actuelle est conforme aux prévisions, mais les conditions externes demeurent sombres et constituent autant de difficultés et de défis, selon un communiqué publié mardi après une réunion du Bureau Politique du Comité Central du Parti Communiste Chinois (PCC), présidé par le Président Hu Jintao.

Cette déclaration a mis en exergue l'importance qu'il y a à comprendre les risques et d'être pleinement vigilant face à eux, selon l'Agence de Presse Xinhua.

L'affaiblissement de la demande européenne et d'autres partenaires commerciaux a eu des conséquences sur les exportations de la Chine et, combiné avec le refroidissement du marché de l'immobilier, a fait ralentir la croissance à 7,6% au 2e trimestre, son plus bas niveau depuis trois ans.

Mais les économistes estiment que l'économie va enregistrer un rebond lors du second semestre de cette année.

Le Comité a promis de réduire les taxes et de maintenir une croissance modérée du crédit.

Le Gouvernement va renforcer son soutien aux projets-clés et mettre en oeuvre des mesures qui permettront au capital privé de jouer un plus grand rôle, selon le Comité, ajoutant que les politiques en matière de commerce extérieur demeureront cohérentes.

Il s'est également engagé à élargir la demande intérieure, à développer l'économie réelle, à accélérer les réformes et à améliorer le niveau de vie lors du second semestre.

Dans le même temps, le Comité a dit qu'il appliquerait avec fermeté les mesures anti-surchauffe pour lutter contre la demande spéculative et qu'il augmenterait l'offre d'appartements plus petits et de logements subventionnés.

Et lors d'une rencontre avec un certain nombre de dirigeants d'affaires et de membres de partis démocratiques la semaine dernière, le Président Hu a appelé à l'adoption de mesures visant à renforcer le soutien de mesures fiscales et monétaires à l'économie réelle et à l'élargissement de la demande intérieure.
Le Président Hu a également demandé que davantage d'efforts soient faits pour assurer la production agricole, stimuler les petites entreprises et stabiliser l'emploi, ajoutant que les autorités doivent rester vigilantes face aux risques économiques et surveiller l'économie mondiale de près.

Et de son côté, le Premier Ministre Wen Jiabao a dit que, en dépit de certains signes de stabilisation, l'économie fait toujours face à des « risques de pression à la baisse relativement importants ».

Aussi le Gouvernement chinois va t-il renforcer ses ajustements de politiques, pour les rendre plus « ciblées, innovatrices et efficaces ».

La Chine, a ajouté M. Wen, accordera une plus grande priorité au maintien d'une croissance économique stable.

De nouvelles réductions de taxes seront introduites, les essais de taxes sur la valeur ajoutée seront étendus, et des mesures seront prises pour soutenir les petites entreprises.

Wen Jiabao a également dit que la Chine favoriserait une croissance régulière du crédit.

Le Gouvernement a baissé les taux d'intérêt par deux fois depuis le début du mois de juin et fait de même avec le taux de réserve obligatoire des banques, par trois fois depuis novembre dernier.

Certaines banques ont demandé à leurs agences de renforcer les prêts aux véhicules de financement des gouvernements locaux, a annoncé mardi le China Securities Journal, citant des sources anonymes.

Selon ces sources, les agences ont reçu pour consigne d'accorder un soutien en crédit aux projets routiers, ferroviaires, de gaz naturel et d'énergies propres.

Selon Wang Tao, économiste chez UBS AG à Hong Kong, les mesures destinées à accroître les investissements publics, qui seront largement financés par le crédit, seront les plus importantes à court terme pour soutenir la croissance.

Les économistes ont écarté la possibilité d'un lancement de mesures de relance massives comme les autorités chinoises les mirent en oeuvre en 2009. Cependant, certains gouvernements locaux ont bien annoncé des plans de relance, comme celui de Changsha la semaine dernière, qui a dévoilé un plan d'investissement de 829 milliards de Yuans (130 milliards de Dollars US).

« D'autres gouvernements locaux pourraient suivre cette voie », selon Zhang Zhiwei, économiste en chef pour la Chine chez Nomura Holdings Inc.

« Les gouvernements locaux auront besoin de financements de la part des banques pour mettre leurs projets en oeuvre », a t-il dit.

Cependant, les économistes ont mis en garde contre un éventuel assouplissement plus large du crédit. Ils estiment qu'assouplir le contrôle des prêts accordés aux gouvernements locaux pourrait faire monter la dette locale. Rappelons qu'en 2010, la dette des gouvernements locaux se montait à 10 700 milliards de Yuans.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 1er août
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam