Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 13.07.2012 16h29
L'avion gros-porteur chinois C919 en vedette au salon Farnborough International Airshow 2012

Lundi 9 juillet, le deuxième plus grand salon aéronautique du monde - Farnborough International Airshow 2012 a ouvert ses portes à Londres en Grande-Bretagne. La COMAC (Commercial Aircraft Corporation of China) a exposé les modèles de son gros-porteur C919 et de l'avion ARJ21—700, qui a suscité l'attention du grand public.

Lors du salon, la COMAC a signé des accords co et contrats concernant le gros-porteur C919 avec plusieurs compagnies aériennes, dont Monogram. Le C919 réalisera son premier vol en 2014 et après avoir obtenu les autorisations de vol, les premiers clients devraient être livrés en 2016.

Pour le moment, le nombre de commandes sur C919 provenant de Chine et de l'étranger se porte à 280. « Les commandes du marché chinois sont les plus nombreuses. Cela reflète la forte demande du marché chinois de l'aviation civile. »

Selon Han Kecen, vice-directeur de l'institut de recherches d'avions de Shanghai de la COMAC, C919 est l'avion conçu et fabriqué par la Chine, qui est équipé de systèmes les plus sophistiqués fournis par les fournisseurs de premier niveau mondial. La conception et la fabrication de l'avion répondent strictement aux normes internationales.

L'efficacité de carburant a largement évolué. Le coût d'utilisation direct a baissé de 10% par rapport aux avions similaires actifs. L'émission d'oxyde d'azote a baissé de 50% par rapport aux demandes de l'ICAO.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire