Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 06.07.2012 14h35
Cuba signe des accords avec la Chine sur des secteurs clés, en particulier sur l'économie

Le Président chinois a rencontré le dirigeant de l'île des Caraïbes, alors qu'une nouvelle ère de coopération s'ouvre entre les deux pays.

La Chine et Cuba ont signé jeudi un certain nombre d'accords couvrant plusieurs domaines, alors que l'île se concentre sur les sujets économiques.

Le leader cubain, Raul Castro, fait une visite de quatre jours en Chine, dont les analystes pensent qu'elle lui donnera une bonne occasion d'appréhender le succès des réformes mises en oeuvre par la Chine.

Après des discussions entre le Président Hu Jintao et Raul Castro, les deux pays ont signé huit accords, couvrant, entre autres secteurs, l'agriculture, les soins de santé et la technologie.

La Chine et Cuba sont tous les deux dans une phase importante de leur développement, a dit M. Hu à M. Castro, qui est arrivé mercredi en Chine pour sa première visite d'Etat en Chine depuis son entrée en fonctions en 2008.

Renforcer et développer les relations sino-cubaines améliorera le développement commun et favorisera la coopération entre la Chine et l'Amérique Latine, a dit le Président Hu.

Il a ajouté que l'accent devrait être mis sur l'augmentation du commerce et de la coopération dans un certain nombre de domaines, comme l'énergie et la construction.

M. Hu a également suggéré que les deux pays se coordonnent davantage sur certains sujets-clés, comme la réforme des Nations-Unis, le changement climatique et le développement durable. Le Président chinois a également salué les réalisations socialistes de Cuba et dit que la Chine apportera toujours son soutien à ce pays pour la protection de sa souveraineté.

De son côté, M. Castro, âgé de 81 ans et Président du Conseil de l'Etat et du Conseil des Ministres de Cuba, a dit que les Cubains sont fiers des liens qui unissent les deux pays et de l'augmentation de leur coopération.

M. Castro a ajouté que Cuba encourageait fermement la réforme et cherchait une voie de développement compatible avec ses conditions nationales, afin de favoriser un développement économique et social complet et coordonné.

Cuba, a t-il ajouté, attache une grande importance à l'expérience réussie de la Chine en matière de développement.

Il a insisté sur le fait que le commerce, les investissements et les énergies renouvelables étaient des secteurs à qui une meilleure coopération serait bénéfique.

Selon les analystes, Cuba considère la Chine comme un modèle et souhaite apprendre de son expérience économique.

Cuba attache une attention particulière à la coopération économique depuis que Raul Castro a mis l'accent sur le développement et la réforme, a dit Qi Fengtian, expert en études latino-américaines à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales.

Pour Cuba, la coopération avec la Chine et d'autres pays est importante pour sortir de ses difficultés économiques, mais Cuba n'en oublie pas pour autant la riche tradition de coopération politique qui existe entre les deux pays, a dit M. Qi.

Cuba a établi des relations diplomatiques avec la Chine le 28 septembre 1960, étant le premier pays d'Amérique Latine à le faire.

La Chine est le deuxième plus grand partenaire commercial de Cuba après le Venezuela. Le volume de commerce entre les deux pays a atteint 2 milliards de Dollars US en 2011.

S'agissant des relations, Cuba a adopté une approche complète afin d'en tirer le maximum, a ajouté M. Qi.
Après sa visite en Chine, Raul Castro se rendra aussi au Vietnam, qui est le principal fournisseur de riz de Cuba.

Selon Yang Jianmin, expert au Centre des Etudes Cubaines à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales, Cuba peut tirer les leçons de l'expérience des autres pays socialistes qui ont réussi économiquement.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire