Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 06.07.2012 09h42
Le plus grand fabricant chinois de trains en quête de fusions-acquisitions en Europe

La China Southern Locomotive and Rolling Stock Industry Group Co Ltd (CSR) le plus grand fabricant chinois de trains, a annoncé être en contact avec une entreprise de signalisation des chemins de fer britanniques, et avec plusieurs autres, au sujet d'acquisitions possibles au moment où la crise de la dette européenne amène des difficultés de financement à ses homologues européens.

« La crise a généré de bonnes possibilités de fusions et d'acquisitions, en ce que les prix actuels sont attractifs », a dit le Président de la CSR, Zhao Xiaogang.

« Cependant, le meilleur moment n'est pas encore arrivé, car la crise actuelle n'a pas encore touché le fond », a dit M. Zhao, ajoutant qu'aucune décision concrète n'a encore été prise.

« Nous ne sommes pas encore fixés sur la valeur des objectifs ».

Le Sunday Times a rapporté que la CSR envisageait une offre de reprise de la société britannique Invensys Plc, qui produit des systèmes de signalisation ferroviaire.

On se souvient que des défauts dans les équipements de signalisation avaient été cités comme une des raisons de l'accident de train à grande vitesse qui avait fait l'année dernière des dizaines de victimes à Wenzhou, dans la Province du Zhejiang. Depuis, les autorités ont fait des efforts pour renforcer la sécurité des chemins de fer.

Les investissements à l'étranger sont l'une des plus importantes stratégies de l'entreprise, selon M. Zhao.
Comme la CSR, un certain nombre d'autres entreprises chinoises ont renforcé leurs activités de fusions et d'acquisitions cette année, ce qui, selon les experts, peut leur permettre d'acquérir un accès au marché et des technologies avancées.

Sany Heavy Industries Co Ltd a ainsi achevé son acquisition du fabricant allemande de machines à béton Putzmeister Holding GmbH en janvier, suivie par l'acquisition par Liugong Machinery Corp de la société polonaise d'équipements lourds HSW SA, et enfin par la prise de contrôle par la Shandong Heavy Industry du fabricant italien de yachts Ferretti Group le même mois.

M. Zhao estime que les exportations de la CSR devraient augmenter de 50% cette année, contribuant à hauteur de 20% de ses revenus totaux. Dans le même temps, les nouvelles commandes devraient augmenter très fortement, doublant par rapport à l'année précédente, en partie parce que ses prix compétitifs et la haute qualité de ses produits remportent une reconnaissance croissante dans le monde.

Les marchés émergents, comme l'Asie du Sud-Est, l'Afrique et l'Amérique Latine, représentent plus de 90% des ventes de CSR à l'étranger.

Les bénéfices de CSR ont augmenté de 50% d'une année sur l'autre en 2011, à 5 milliards de Yuans (787 millions de Dollars US).

Son principal concurrent, la China Northern Locomotive and Rolling Stock Industry Corp (CNR), est aussi en train d'accélérer ses activités à l'étranger, et la demande venant de l'étranger pourrait bien dépasser celle enregistrée dans le pays cette année.

La CNR a livré des trains de marchandises à l'Australie, à la Nouvelle-Zélande, à la France, ainsi qu'à des pays d'Asie Centrale et d'Amérique du Sud. A part des trains, l'entreprise a aussi exporté récemment des technologies de systèmes de contrôle au Bangladesh.

La Chine envisage de dépenser 400 milliards de Yuans cette année en projets ferroviaires, en baisse par rapport aux 469 milliards de Yuans de 2011 et des plus de 700 milliards de Yuans de 2010.

D'après les estimations de la CSR, la Chine comptera 100 000 kilomètres de voies ferrées d'ici la fin de cette année.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire