Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 27.06.2012 08h15
Chine : la SDIC investit 30 milliards de yuans dans le gaz de schiste à Chongqing

La State Development and Investment Corp. (SDIC), la plus grande société holding d'investissement appartenant à l'Etat chinois, investira 30 milliards de yuans (4,75 milliards de dollars) dans l'exploration et le développement du gaz de schiste dans la municipalité de Chongqing (sud-ouest).

L'investissement sera également utilisé pour construire un port charbonnier ainsi qu'une base nationale pour les réserves d'urgence de charbon, selon l'accord-cadre de coopération stratégique signé mardi entre la société et le gouvernement municipal de Chongqing.

Les deux parties ont aussi fondé une joint-venture pour le projet de gaz de schiste, selon l'accord.

Le gaz de schiste, une ressource énergétique non polluante et à haute efficacité, est produit à partir de schiste à travers un processus complexe appelé fracturation hydraulique, ou "fracking".

La Chine vise à produire 6,5 milliards de m3 de gaz de schiste d'ici 2015. Liu Tienan, directeur adjoint de la Commission nationale pour le développement et la réforme, a indiqué lundi que les départements du gouvernement s'efforçaient d'introduire des politiques avantageuses, telles que des aides fiscales, pour encourager le développement du gaz de schiste.

Les réserves chinoises de gaz de schiste sont estimées à environ 31 000 milliards de m3, soit l'équivalent du total des réserves de gaz naturel traditionnel. Les bassins du Sichuan, d'Ordos et de Tarim, ainsi que la municipalité de Chongqing et les provinces du Hubei, du Guizhou et du Hunan, possèdent d'importantes réserves de ce gaz, selon une enquête du ministère chinois du Territoire et des Ressources.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent