Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 30.05.2012 16h39
La cote de crédit se maintient malgré un ralentissement

Un grand organisme international a maintenu sa perspective positive sur la cote de crédit souverain de la Chine, mais a averti que la crise de la dette en cours en Europe pourrait encore risquer l'octroi d'une mise à niveau.

Moody's Investor Service a accordé une attitude positive en 2010 et l'a gardé. Moody met généralement un délai de deux ans pour entreprendre une démarche d'estimation après la publication des perspectives.
Moody a indiqué que ses perspectives reflètent à long terme les tendances budgétaires de la Chine et la croissance qui étaient «le soutien» d'une cote plus élevée.

Une baisse de l''inflation est également favorable à une plus grande place pour les politiques monétaires afin de stimuler l'économie, a déclaré lundi Tom Byrne, premier vice-président de Moody et directeur de l'analyse du risque souverain en Asie et au Moyen-Orient.

Le ratio de la dette publique au PIB pourrait baisser entre 30 à 35%, étant de plus de 40% à l'heure actuelle, a-t-il précisé.

Moody a changé ses perspectives sur la cote de crédit souverain de la Chine de A1 à positive en novembre 2009. Un an plus tard, il a relevé la note à Aa3 avec une perspective positive, soit au quatrième rang des dix investment-grade rankings .

C'est la seule des trois grands agences de notation avec une ''attitude positive", une indication de la cote pourrait être relevée, selon Bloomberg.

Les fondamentaux de l'économie à la base d'unr croissance forte et soutenue et les perspectives sont bonnes pour améliorer encore son profil de crédit, a souligné M. Byrne.

Les défis de l'explosion des crédits de 2008 à 2010 demeurent, mais l'économie a de l'espace budgétaire et monétaire pour compenser les pressions à la baisse, a-t-il ajouté.

Selon les résultats de Moody et deux tests de résistance des banques, couvrant les 18 prochains mois, l'impact de la détérioration de la qualité des actifs sur la capitalisation des prêteurs serait bien contenue, même si la croissance du PIB a ralenti à environ 7%, avec le ratio des prêts non-performants s'élevant à 6-9%.

"Mais si l'économie enregistre un taux de croissance de 4 ou 5%, le système bancaire serait en difficulté, car le ratio de prêt augmenterait jusqu'a plus de 20%», a annoncé Yvonne Zhang, vice-président de Moody 's Investors Service (Beijing) Ltd

La deuxième plus grande économie du monde perd de la vapeur et le taux de croissance du PIB a diminué à 8,1% au premier trimestre, le taux le plus bas depuis près de trois ans.

L'Indice des directeurs d'achat a chuté à 48,7 en mai à partir de 49,3 en avril, signalant un nouveau ralentissement.

"Depuis 2010, l'économie a certainement connu un ralentissement de la dynamique de croissance. Des risques systémiques se sont accumulés au cours des cinq dernières années et ont été aggravés par le stimulus - Mais nécessaire au moment où les risques sont présents dans le système économique et menacent maintenant de causer un trouble dans le système financier chinois, "a expliqué Jeremy Stevens, économiste du Standard Bank Group en Afrique du Sud.

Et de nouveaux défis surgissent à l'extérieur, car la baisse de la demande de la part des exportations de l'Europe frappe de plein fouet l'activité économique, alors que les tensions commerciales avec les Etats-Unis sont un facteur aggravant.

La compétitivité des exportations est également sous la pression de la hausse des salaires et l'appréciation du yuan, a fait remarquer M. Byrne.

Il a indiqué que la chute des exportations peut influencer si Moody élève la note de crédit souverain de la nation.

Willem Buiter, économiste en chef de Citigroup, prévoit une baisse du PIB de la zone euro de 0,6% cette année et la Grèce est susceptible de quitter le groupe économique au début de l'année prochaine.
Un tel scénario aurait de graves conséquences pour la zone euro et peut être le présage d'une période de plusieurs décennies de faible croissance, a-t-il dit.

La contraction du secteur financier européen est plus nocive que le volumes d'échanges, a noté Buiter.
Le Conseil d'Etat s'est engagé à se concentrer sur la stabilisation de la croissance économique et a exhorté les ministères à édicter des règles détaillées pour attirer l'investissement privé avant le 5 Juin.

La Commission nationale pour le dévéloppement et la réforme, le plus haut planificateur économique, a accéléré son processus d'approbation pour les projets d'avril. Le 21 mai, elle a annoncé l'approbation de près d'une centaine de projets, trois fois plus que son taux d'approbation habituel.

Zhang a confié son inquiétude du fait qu'une nouvelle série de mesures de relance apporterait des risques sur le moyen et long terme.

Et les mesures antérieures ne sont pas toujours applicables dans les circonstances actuelles, Stevens, de la Standard Bank, a déclaré.

"L'économie est diversifiée et les différences complexes et régionales sont plus prononcées. Cela est plus difficile pour les autorités de prendre le même genre de mesures audacieuses que précédemment, de peur de provoquer des perturbations majeures,'' a reconnu Stevens.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »