Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 30.05.2012 08h23
Chine : des experts avertissent des défis en matière de réglementation des véhicules gouvernementaux

Un chercheur en administration publique a déclaré que les efforts de la Chine pour réglementer les dépenses publiques relatives aux véhicules gouvernementaux avaient réalisé certains progrès, mais que les dépenses demeuraient élevées.

Des recherches menées en 2009 par la Société chinoise de l'administration publique (SCAP) ont montré que le coût annuel d'entretien d'un véhicule du gouvernement s'élevait à plus de 50 000 yuans (7 915 dollars), et que dans certains départements du gouvernement, ce coût excédait les 100 000 yuans, a indiqué Shen Ronghua, secrétaire général adjoint de la SCAP.

Selon les statistiques officielles publiées l'année dernière par le ministère chinois des Finances, les dépenses du pays en achat de nouveaux véhicules gouvernementaux augmentent de 20% chaque année, et les dépenses annuelles pour l'utilisation de ces véhicules ont atteint 100 milliards de yuans.

En outre, l'inefficacité et le gaspillage dans l'utilisation des véhicules officiels sont de graves problèmes, a ajouté M. Shen.

Les dépenses du gouvernement en véhicules officiels ainsi qu'en voyages à l'étranger et réceptions officielles sont communément considérées par le public comme trois principales sources de corruption et de gaspillage en Chine.

L'abus des pouvoirs administratifs et le manque de surveillance nécessaire sont la cause première des excès en ce qui concerne les véhicules officiels, a estimé Zhuang Wei, membre du Comité national de la Conférence consultative populaire du peuple chinois (CCPPC), le plus haut organe consultatif politique du pays.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »