Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 10.05.2012 08h26
Une nouvelle plateforme pour donner plus de poids aux négociants de minerai de fer

Une nouvelle plateforme de transaction de minerai de fer a fait ses débuts en Chine mardi, au moment où le plus gros acheteur au monde de ce produit cherche à améliorer son influence sur la fixation des prix.

Le volume des échanges devrait atteindre environ 100 millions de tonnes d'ici la fin de cette année. Cela représente environ 14 % des importations annuelles chinoises de minerai de fer, a déclaré Xu Xu, Président de la Chambre de Commerce Chinoise des Exportateurs de Métaux, de Minéraux et de Produits Chimiques, l'un des organisateurs de la plateforme.

Quelques minutes après son lancement officiel, la plateforme a enregistré sa première transaction avec 165 000 tonnes vendues pour 145 Dollars US la tonne, port compris. Selon les analystes, ce prix est en accord avec les prévisions du marché.

La plateforme permettra non seulement d'assurer les approvisionnements de la Chine, mais bénéficiera également aux négociations mondiales de ce minerai, a déclaré Su Bo, Vice-ministre de l'industrie et des technologies de l'information.

« La plateforme aidera à stabiliser les prix », a dit M. Su.

Presque tout le minerai vendu à la Chine l'est sur la base de prix au comptant, avec une évolution du secteur au cours des deux dernières années, après quatre décennies de contrats annuels préétablis.
La Chine, avec un rôle de premier plan sur le marché, a longtemps soutenu qu'elle devrait avoir une plus grande voix au chapitre en matière de tarification.

Cette nouvelle plateforme va lui permet d'arracher un certain contrôle sur les plus importants producteurs, comme Vale, Rio Tinto et BHP Billiton.

Zhang Lin, chercheur au Lange Steel Research Information Center, estime que la plateforme sera vraiment bien établie quand elle pourra attirer la moitié des importations de la Chine environ.

Les plus grands conglomérats miniers internationaux, ainsi que les principaux producteurs d'acier chinois, comme Baosteel, Hebei Steel et Wuhan Steel, ont tous signé en tant que membres de la plateforme électronique, exploitée par China Beijing International Mining Exchange.

En tant que plus grand importateur de minerai de fer au monde, la Chine représente environ 60 % du marché mondial.

La plateforme a fait l'objet d'essais de fonctionnement depuis le début de l'année.

« Apparemment, c'est la recette du succès », a déclaré Rory MacDonald, courtier chez Freight Investor Services. « Mais le système doit faire ses preuves et se montrer performant ».

La bourse au minerai a déclaré que la plateforme proposera des contrats établis en Dollars américains et en Yuans. Les chargements qui peuvent être échangés comprennent ceux qui sont stockés dans les entrepôts sous douane, transportés par mer ou stockés dans des ports nationaux, ainsi que des contrats à terme, et du minerai qui n'a pas encore été exploité.

La bourse prendra une commission de 0,125 yuans sur les acheteurs et les vendeurs, soit 0,02 Dollar US par tonne.

Diverses qualités et formes sont négociables, avec une teneur en fer allant de 52 à 67 %. Les boulets et les concentrés peuvent également être vendus.

Selon la bourse, les banques et les sociétés financières ne seront pas autorisées à participer à une offre, cela afin de lutter contre la spéculation, et il n'y aura pas de négociation de produits dérivés.

Actuellement, les transactions sur le marché au comptant pour les chargements transportés par mer se font directement entre l'acheteur et le vendeur. Les grandes compagnies minières mondiales peuvent joindre par courriel ou par fax les acheteurs potentiels chaque fois qu'ils vendent des chargements via des offres au comptant, un système jugé efficace et sans frais de courtage.

Selon les courtiers, à moins que la Chine offre des incitations, comme des remises de taxes ou des réductions de commission, il est peu probable qu'ils migrent de sitôt vers la plateforme.

Les horaires de transaction vont de 9h30 à 15h30 (01h30-07h30 GMT) avec une pause de deux heures à partir de 11h30. Le prix de négociation de référence sera fixé en fonction du prix moyen de transaction de la veille.

La plateforme compte plus de 150 entreprises membres à ce jour.

Angang Steel, qui est membre de la plateforme, va mettre 30 % du minerai de fer de l'entreprise pour transaction sur la plateforme, a déclaré Li Daguang, Directeur général adjoint d'Angang Group International Trade Corp.

Les compagnies minières étrangères ont quant à elles adopté une approche attentiste.

« Il est encore trop tôt pour prédire la quantité de minerai de fer que nous mettrons sur la plateforme », a déclaré Luiz Meriz, président de Vale Minerals China Co Ltd.

« Toutefois, cela a créé une nouvelle façon de considérer les prix du minerai, ce qui est un point-clé de la plateforme et nous sommes très heureux de cela ».

Vale Limited, le plus grand producteur mondial de minerai de fer, vend toujours ses produits à ses clients chinois principalement par l'intermédiaire de contrats à long terme, mais la plateforme permettra aussi à Vale de toucher les petits producteurs d'acier chinois, selon M. Meriz.

« Nous croyons que le nouveau système apportera plus de transparence parce que les prix ne sont pas créés par la plateforme, mais reflètent la réalité des transactions », a-t-il dit. « Donc, nous y sommes très favorables ».

La China Iron and Steel Association a reproché aux « pratiques monopolistiques » des compagnies minières étrangères d'être responsables de la flambée des coûts, et voit dans la nouvelle plateforme un moyen de maintenir des prix bas.

« L'indice du minerai de fer Platts, largement utilisé, est regardé avec un certain scepticisme quant à sa transparence et son équité par les entreprises sidérurgiques et les négociants de minerai de fer chinois, japonais et sud-coréens », selon Wang Xiaoqi, vice-président de l'Association.

Il pense que la nouvelle plateforme ne permettra pas aux organisations financières et aux banques de participer, afin d'éviter la spéculation et qu'elle ne négociera pas non plus de dérivés de minerai de fer.

La pression chinoise

La plateforme va également rivaliser avec la future bourse d'échange GlobalOre, soutenue par BHP Billiton et qui possède des bureaux à Singapour et à Londres.

Mais pour certains courtiers, la taille du marché donne un avantage à la Chine.

« Cette plateforme bénéficie du soutien du Gouvernement chinois », selon un commerçant de Shanghai.
Avec le ralentissement de la croissance de la demande chinoise de minerai de fer cette année, tout comme pour l'économie mondiale, la dynamique des prix évolue à l'avantage de la Chine.

« L'équilibre de l'offre et de la demande va changer au cours des prochaines années et on devrait voir les fonderies chinoises dans une position beaucoup plus forte, alors que les dernières années ont pour beaucoup été un marché de vendeurs », a déclaré Christopher Ellis, analyste chez Metal Bulletin.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale