Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 26.04.2012 08h31
L'accord avec Volvo, un pont entre la Chine et la Suède
Le Premier ministre Wen Jiabao salue les employés lors de sa visite à l'usine Volvo de Göteborg, en Suède, mardi.

La reprise de la société suédoise va créer des emplois et augmenter les recettes fiscales, a dit le Premier Ministre chinois Wen Jiabao.

Mardi, lors de sa visite au siège de la société à Göteborg, Wen Jiabao a appelé le constructeur automobile suédois Volvo Cars, qui appartient désormais à la société chinoise Zhejiang Geely Holding Group, à s'appuyer sur une gestion moderne, des technologies de pointe et sur l'amitié entre la Chine et la Suède.

Geely a acheté Volvo Cars à Ford en 2010, ce que Wen Jiabao a appelé un mariage qui marque la coopération « non seulement des capitaux, mais aussi en matière de technologie, d'expertise de gestion et des marchés », mais aussi un pont entre les peuples chinois et suédois.

L'activité du géant de l'automobile est «en très bon état » deux ans après la fusion, a dit M. Wen. Volvo a vendu 100 881 véhicules en Chine au premier trimestre, soit une augmentation de 24,2 % d'une année sur l'autre.

L'acquisition a bénéficié au personnel de l'entreprise, a créé des emplois et a contribué à la fiscalité, a-t-il dit, faisant écho à une remarque du PDG de Volvo Stefan Jacoby au début de sa visite spéciale, qui a duré 90 minutes.

Qualifiant Volvo de « partie de l'âme suédoise », la Ministre suédoise des entreprises Annie Loof a déclaré que le constructeur automobile a maintenant deux patries, une propriété responsable du plus grand marché mondial de l'automobile, et une main-d'œuvre compétente.

Lundi soir, M. Wen a déclaré que la coopération de Geely avec l'emblématique marque suédoise est un bel exemple des efforts des deux pays pour « faire face avec succès à la crise financière et obtenir des avantages mutuels et une situation gagnant-gagnant ».

Grâce à une technologie de pointe et une expertise en matière de gestion du côté suédois et un énorme marché potentiel en Chine, la coopération peut être meilleure à tous points de vue, a déclaré Lars Backstrom, Gouverneur du Comté de Västra Götaland en Suède.

Wen Jiabao, qui fait une tournée dans quatre pays d'Europe l'ayant déjà conduit en Islande et en Allemagne, s'était envolé ensuite pour Stockholm, où il a rencontré mardi le Roi Carl XVI Gustaf, après avoir terminé sa visite à l'usine Volvo.

Il devait également discuter plus tard mardi avec Fredrik Reinfeldt, son homologue suédois, et assister à la cérémonie de signature d'une série d'accords sur la protection de l'environnement et les économies d'énergie.

Le Premier Ministre chinois a donné une importante conférence sur le développement durable à Stockholm mercredi avant de s'envoler pour la Pologne.

Lors de son voyage européen de huit jours, Wen Jiabao a mis l'accent sur l'économie, l'innovation réelle et la coopération, qui, selon lui, sont propres à stimuler la reprise économique mondiale.

Jusqu'à présent, c'est exactement ce que semblent d'ailleurs faire Volvo Cars et Volkswagen, dont Wen Jiabao et son homologue allemande, Angela Merkel, ont visité lundi le siège de Wolfsburg.

Volkswagen, avec son partenaire chinois SAIC Motor, a accepté d'ouvrir une usine en Chine du Nord-Ouest, dans la Région Autonome Ouïgoure du Xinjiang. La société allemande s'est également engagée à étendre sa coentreprise avec China First Automobile Works (FAW) pour 25 nouvelles années.

Les dirigeants du groupe disent que le projet d'usine dans le Xinjiang suit les recommandations du Gouvernement chinois visant à développer les régions reculées et relativement pauvres du Nord-Ouest.

Le PDG de Volvo, M. Jacoby, a déclaré mardi à Wen Jiabao que son entreprise fait la même chose en ouvrant des usines d'assemblage dans les régions du Nord-Ouest de la Chine. Volvo contribue également à faire revivre des bases industrielles en Chine du Nord, un autre effort de Beijing depuis dix ans, selon M. Jacoby.

En outre, la société est « prête à jouer un rôle important dans la coopération en matière de sécurité routière qui est sur le point d'être mise en oeuvre par les Gouvernements chinois et suédois », a-t-il dit.

La visite de M. Wen à l'usine Volvo a montré que la Chine souhaite renforcer son industrie manufacturière grâce à des accords avec des marques de renommée mondiale, a déclaré Ding Yifan, Directeur adjoint de l'Institut de Développement Mondial, qui dépend du Centre de Recherches sur le Développement du Conseil des Affaires de l'Etat.

« Ces visites intensives au secteur automobile ont montré que Wen Jiabao accorde une attention particulière à cette industrie, et il a confirmé ses conseils d'encouragement à l'économie réelle pour faire face à la crise de la dette européenne, prononcés plus tôt dans un discours », a-t-il dit.

La Chine dispose d'un vaste marché et d'une main-d'œuvre abondante, tandis que l'Europe dispose elle d'une technologie de pointe et une expertise de gestion, a-t-il dit. « La Chine et l'Europe peuvent parvenir à une situation gagnant-gagnant si elles coopèrent pleinement et améliorent la compétitivité des deux côtés ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Une flagornerie exagérée qui vise à déstabiliser la Chine
Pourquoi la Chine accepte-t-elle d'accroître ses ressources du FMI
Le 6 mai, ce sera un duel Sarkozy-Hollande