Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 18.04.2012 13h36
Controverse sur le choix de la Banque Mondiale

Jim Yong Kim est devenu le premier médecin et Américain d'origine asiatique à diriger la Banque mondiale. Il a obtenu le soutien du président des Etats-Unis Barack Obama, néanmoins certains se demandent si Dr Kim est capable pour ce poste de prêteur mondial. Il innove bien sûr par rapport aux autres présidents de la Banque mondiale, car il est spécialiste en Sida avec un doctorat en anthropologie, plutôt que des formations du domaine des finances gouvernementales.

La course à la présidence de la Banque mondiale touche à sa fin, et le résultat répond exactement à l'attente de beaucoup. Un autre Américain prendra la présidence du prêteur mondial, après que les marchés émergents ont échoué à parvenir à un consensus sur un challenger. Le concours a provoqué des questions sur la transparence du processus de sélection et sur la capacité du Dr Kim à la présidence. Certains s'inquiètent de ses expériences en santé et questions de développement plutôt que de macroéconomie et de finance. Ils indiquent aussi qu'il a peu d'expérience en gestion gouvernementale. Jose Antonio Ocampo, ancien ministre colombien des Finances et haut officiel des Nations Unies, un autre candidat, a exprimé son doute sur le profil éducatif et professionnel du Dr Kim.

Jose Antonio Ocampo

Ancien ministre colombien des Finances

"Il a une formation plutôt rationnelle. Il est seulement sur les trucs de santé, je crois qu'en terme de qualifications, nous sommes très bien qualifiés."

Ce ne sont pas seulement les autres candidats qui doutent. The Economist et le Financial Times ont appuyé Ngozi Oknojo Iweala, principal concurent du Dr Kim et ministre nigérian des Finances qui est un économiste expérimenté et un ancien directeur général de la Banque mondiale. Le mécanisme de sélection a aussi suscité les critiques, surtout des économies émergeantes. Le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan, a critiqué le processus opaque pas basés sur le mérite. Un des problèmes est le manque d'unité entre les pays émergents. La Russie et le Mexique sont pour Kim, tandis que le Brésil supporte le candidat nigérian. Le dernier résultat rappelle la course pour la direction du FMI remportée par la ministre française des Finances d'alors Christine Lagarde, contre le gouverneur de la Banque Centrale du Mexique Agustin Carstens. En tout cas, selon les analystes, un autre Américain à la barre de la Banque mondiale aidera à rassurer Wall Street, le principal fournisseur de capitaux du prêteur.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Thaïlande reconnaît le rôle de la Chine auprès de l'ASEAN
Présidentielle française 2012 : qui sera le gagnant ?
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes