Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 10.04.2012 13h44
L'exploitation des terres rares trop coûteuse pour l'environnement, selon le ministère de l'Industrie

« La gestion de l'environnement n'est pas du tout un prétexte pour l'augmentation du prix de vente des terres rares », a assuré le 8 avril Su Bo, vice-ministre de l'Industrie et des Technologies de l'information, lors de la fondation de l'Association chinoise des terres rares, rejetant les reproches sur la politique chinoise en matière de gestion des terres rares.

L'extraction abusive, le grave gaspillage de ressources, la contrebande et la destruction de l'environnement sont des problèmes qui existent réellement dans l'exploitation des terres rares, selon M. Su.

"Ganzhou au sud et Baotou au nord", ce sont les deux villes piliers de l'industrie des terres rares en Chine. A la fin du mois de mars, le vice-ministre Su Bo s'est rendu à Ganzhou, et s'est senti le cœur lourd devant la grave pollution causée par l'extraction de terres rares. « Il faut injecter sept ou huit tonnes d'ammonium sulphate dans le sol pour extraire une tonne d'oxyde, ces liquides toxiques vont résider longtemps et les conséquences seraient épouvantables si l'eau souterraine était polluée », a indiqué le vice-ministre Su.

Selon les estimations préliminaires, le rétablissement de l'environnement coûtera 38 milliards de yuans à la ville de Ganzhou. Par ailleurs, les opérations d'extraction de terres rares de l'Aciérie de Baotou n'ont toujours pas passé le contrôle d'Etat pour la protection de l'environnement.

Ce qui est frappant, c'est que ce chiffre a largement dépassé les bénéfices de l'extraction de terres rares. A la fin de 2011, les 51 entreprises du secteur de la province du Jiangxi ont réalisé un bénéfice de 6,4 milliards de yuans, occupant le premier rang du secteur national. Le bénéfice résulte pourtant de la multiplication par quatre du prix de vente de leurs produits au cours de ces dernières années. Et selon les rapports annuels du secteur des terres rares, les 13 entreprises cotées du secteur, dont l'Aciérie de Baotou, ont affiché en tout un bénéfice de 6,075 milliards de yuans en 2011, soit une multiplication par plus de deux du bénéfice de 2010 (2,438 millliards de yuans). Mais cela reste incomparable avec le coût nécessaire pour couvrir le traitement de la pollution sectorielle.

En raison de la rareté et de la haute valeur stratégique des terres rares, les disputes ne se sont jamais apaisées entre les fournisseurs et les demandeurs. A propos de la plainte portée par le Japon, les Etats-Unis et l'UE sur la gestion des terres rares par la Chine et les divers reproches médiatiques, M. Su a indiqué que le secteur chinois des terres rares avait énormément contribué à l'économie mondiale en dépit du coût énorme à endosser dû à la pollution, qu'il faudrait de grands efforts pour redéfinir le secteur. « Certains nous reprochent de chasser le profit et le monopole sous le prétexte de gestion, nous ne pouvons que rejeter ces fausses perceptions ».

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Mali : triomphe du régime constitutionnel
Les Etats-Unis sont responsables de la hausse des dépenses militaires en Asie
L'aide aux pays en développement victime de la récession mondiale