Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 28.02.2012 13h50
L'Allemagne va voter le deuxième plan d'aide à Athènes

En Allemagne, aujourd'hui le Bundestag va voter l'approbation de la deuxième aide financière accordée à la Grèce. L'issue de ce vote sème la discorde en Allemagne, mais on s'attend à ce que le Parlement approuve le dernier plan d'aide.

Si le Parlement donne son feu vert pour les 130 milliards d'euros d'aide, il se pourrait que cela fasse obstacle à de futurs financements allemands, incluant ce que les Etats-Unis, la Chine et le FMI espèrent être une expansion permanente du mécanisme du plan d'austérité qui sera mis en place au premier juillet.

La chambre basse du Parlement allemand doit voter aujourd'hui le dernier plan d'aide à la Grèce. L'Allemagne est le plus large donateur au fonds d'aide, et un vote contre ferait dérailler cet accord. Mais même si la Chancelière allemande Angela Merkel ne peut trouver le soutien suffisant dans son propre parti, l'opposition à dors et déjà annoncé qu'elle voterait le "oui" pour la Grèce.

Karel Lannoo

Directeur général

Centre pour les études politiques publiques européennes

"Selon moi l'Allemagne n'a pas trop le choix pour approuver et être d'accord avec ce plan d'aide. Mais je pense que c'est un développement de ce que nous avons vu ces derniers mois, certains états présentent de plus en plus ce plan à leur parlement pour qu'il soit approuvé. Selon les points de vue, on peut considérer cela comme une faiblesse ou une force, et en le considérant comme une force, ils signifient que nous voulons plus d'explications.

Par le passé, nous pourrions dire que les politiciens de chaque pays n'expliquaient pas assez ce qu'ils faisaient à Bruxelles, et maintenant si vous voyez ce qu'ils font, les Pays-Bas, les Britanniques ainsi que les Danois le font aussi. C'est ce qui devrait être effectué chaque fois.

Ces explications n'ont pas calmé les craintes de la population allemande, dont les taxes contribuent à la plus grande partie de l'aide fournie à la Grèce.

"Je ne pense pas que leur donner cet argent soit une bonne idée. Peut-être que nous pourrions nous passer d'eux."

"Ce n'est pas la peine, c'est un gouffre sans fond."

C'est un sentiment que l'on peut aussi constater au Parlement allemand. Alors que l'on s'attend à ce que celui-ci approuve le deuxième paquet d'aide, il y a cependant une forte résistance grandissante à donner encore d'argent au fonds d'aide permanent, qui sera mis en place en juillet. Des pays comme les Etats-Unis, la Chine, mais aussi le FMI croient que l'Europe a besoin d'un plus large fonds d'aide permanent, afin de créer un vrai pare-feu autour de la Grèce, et ainsi garantir une stabilité financière à de plus larges économies telles que l'Italie et l'Espagne.

Pour l'instant, tout ce que l'Allemagne est prête à offrir est le service de 160 percepteurs des taxes, qui se sont portés volontaires pour aller en Grèce afin d'aider à combattre les fraudes fiscales qui sont très répandues. Une offre controversée qui pourrait aider la Grèce, mais qui risquerait de raviver les tensions entre Berlin et Athènes.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 28 février
Sélection du Renminribao du 27 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?