Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 27.02.2012 13h09
La menace iranienne de stopper ses ventes de pétrole provoquent l'envolée des prix

Alors que l'Iran a annoncé sa volonté de stopper ses ventes de pétrole à destination de la Grande-Bretagne et de la France en réaction à un projet européen d'embargo sur son prétrole, les prix du pétrole ont atteint un plus haut de 9 mois. Le ministre iranien du Pétrole a averti que son pays pourrait agir de manière préventive, avant que l'interdiction de l'UE ne prenne effet en juillet. Cette annonce a attisé les craintes que cet arrêt soudain des ventes des approvisionnements du pétrole iranien en Europe ne ralentisse la croissance mondiale.

Le mois dernier, l'Union européenne s'est accordée pour interdire les achats de pétrole iranien, dans le cadre des mesures de pression prises par les pays occidentaux contre le programme nucléaire de Téhéran. En réponse, l'Iran, qui est le 2ème plus gros pays producteur de l'OPEP après l'Arabie saoudite, a déclaré qu'il stopperait ses exportations de pétrole brut à destination des compagnies françaises et britanniques, et qu'il "livrerait à la place son pétrole à de nouveaux clients". Cette dernière décision a agité des marchés déjà préoccupés, faisant grimper les prix du pétrole vers leur plus haut depuis mai 2011.

Cette hausse des prix du marché du pétrole intervient alors que les prix du diesel britannique ont atteint le montant record la semaine dernière. Les contrats à terme de pétrole brut ont terminé à 2,5% cette semaine, à environ 105 dollars, la valeur la plus élevée de ce genre de contrats en 9 mois. Le London Brent du brut a également augmenté de 55 cents à environ 120 dollars.

Les analystes craignent que cela ne soit qu'un début. Selon leurs prévisions, la montée des tensions liées au programme nucléaire iranien pourrait déclencher une nouvelle envolée des prix du pétrole et mener à des problèmes de ravitaillement du brut, ainsi qu'à un ralentissement de la croissance mondiale.

David Morrison

Analyste des marchés mondiaux

GFT

"Une hausse des prix du pétrole n'est une bonne chose pour personne. Le pétrole influence les coûts de tout ce que nous achetons, tout ce que nous fabriquons, et l'économie est encore fragile."

Mais pour le moment, les experts estiment que les prix du pétrole se trouvent toujours en dessous des niveaux qui représenteraient une menace sérieuse à l'encontre de l'économie britannique. La principale raison est que les importations de pétrole en provenance d'Iran ne comptent que pour moins d'1% du total des importations. Dans le même temps, certaines compagnies de prospection pétrolière basées aux Emirats arabes unis, ont indiqué qu'elles pourraient supporter les sanctions actuelles et que leurs opérations n'en seraient pas affectées.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 24 février
Nouvelles principales du 24 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?