Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 24.02.2012 13h36
L'agence de notation Fitch Ratings dégrade de nouveau la Grèce

L'agence de notation Fitch Ratings a abaissé la note de la Gréce, lui donnant un C, décision largement attendue après l'annonce du gouvernement grec qu'il pourrait obliger les créanciers privés à assurer leurs pertes, s'ils ne participaient pas volontairement à l'accord d'échange de dette.

La note de la Grèce a été de nouveau dégradée, passant d'un triple C et abaissée à C, suite à l'accord établi mardi sur la décote de sa dette des créanciers privés, d'un montant de 107 milliards d'euros. Cette dégradation de la note n'est pas une surprise. En juin dernier, Fitch a annoncé qu'elle considérerait la Grèce à un niveau de défaut restreint, si cet accord était validé.

Theodore Krintas

Attica Wealth Management

"Le non-remboursement sélectif ou restreint est une notation technique. Les agences de notations ont leur propre façon de signaler un changement, afin d'être sûres qu'au cours de cette période, aucun investisseur ne sera piégé par d'anciennes obligations et qui seront échangées en de nouvelles."

Fitch annonce "un défaut fort probable à court terme". Mais l'accord d'échange de la dette de mardi permettrait à la Grèce de rembourser les obligations au cours du mois prochain et ainsi d'éviter une impossibilité à payer ses dettes.

Le ministre grec des Finances reste optimiste et pense que la dégration de la note n'est que temporaire.

Evangelos Venizelos

Ministre grec des Finances

"Lorsque les agences decident, car c'est elles qui le font, que l'échange d'obligations a été finalisé, cette note est alors levée et revue."

Le second programme de renflouement de 130 milliards d'euros a été accordé ce mardi, en échange de l'adoption de nouvelles mesures d'austérité. Jeudi, le Parlement grec votera sur une loi au sujet de nouvelles réductions budgétaires incluant l'éducation, la défense, la sécurité sociale ainsi que les salaires.

Ilias Illipolus, secrétaire général

Confédération des syndicats des fonctionnaires publics

"Nous sommes dans une lutte constante, un effort constant. Nous insisterons sur ceci : annulez ces mesures. Cela n'exprime pas notre avis. Nous ne sommes pas liés à aucun de ces accords décidés par la zone euro et le gouvernement grec.

Si la Grèce ne peut obtenir cette aide, son économie restera dans une profonde récession, qui pourrait compromettre l'accord de mardi et entraîner tout espoir de rétablissement pour la Grèce.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 23 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?