Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 23.02.2012 08h31
Augmentation de la valeur des contrats des entreprises chinoises à l'étranger
Des ouvriers chinois en train de former leurs collègues angolais à enrouler de l'acier sur un chantier de la CITIC Construction Co Ltd à Luanda, la capitale de l'Angola. Selon des responsables, le développement des entreprises chinoises de construction en Afrique se poursuivra dans les années à venir.

La valeur croissante des nouveaux contrats signés par des entreprises chinoises en Afrique aide à la reprise des activités des entreprises chinoises du secteur de la construction à l'étranger. Beaucoup ont subi de fortes pertes du fait des troubles politiques qui ont affecté l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient l'an dernier.

L'Afrique a longtemps été une destination majeure pour les entrepreneurs chinois de la construction à l'étranger. Cela s'est traduit par des augmentations de plus de 30% chaque année depuis 2006 tant pour la valeur des contrats que pour celle des revenus des entreprises chinoises opérant sur le Continent Noir.

Mais les scénarios géopolitiques incertains en Afrique du Nord et au Moyen-Orient au début de 2011 ont entraîné une stagnation de l'activité pour de nombreuses entreprises chinoises dans ces régions.
Selon l'Association Chinoise des Entrepreneurs Internationaux, la valeur des contrats nouvellement signés en Afrique lors de la première moitié de 2011 a diminué de 22% d'une année sur l'autre, à 15,28 milliards de dollars.

Toutefois, certaines entreprises de construction chinoises ont enregistré des performances positives sur ces marchés africains qui ont certes connu des troubles politiques, mais qui offrent encore de nouvelles opportunités.

« Nous avons assisté à une croissance d'activités annuelle comprise entre 10 et 20 % sur le marché africain en 2011, bien que certains contrats en Afrique du Nord aient été reportés en raison de l'instabilité politique que l'on a connu lors de la première moitié de l'année dernière », a déclaré mardi Wang Xiaoguang, Directeur général du Département étranger de la China Communications Construction Co Ltd. M. Wang a ajouté que sa société maintiendra sa dynamique de croissance en Afrique cette année.

En tant que l'une des plus grandes entreprises de construction d'infrastructures appartenant à l'Etat en termes de recettes, la China Communications Construction a réalisé plus de 150 projets dans 25 pays africains depuis sa première entrée sur le marché plus de 30 ans. Selon M. Wang, le prochain plan consistera à élargir la taille de l'entreprise dans cette région.

« L'initiative prise par les entrepreneurs de construction chinoises de se développer sur leurs marchés établis tels que l'Afrique ne s'arrêtera pas dans les années à venir. Et les efforts de reconstruction à la suite des troubles civils offrira certainement davantage d'opportunités d'affaires aux entreprises chinoises », a déclaré Zhang Xiang, une porte-parole de l'association des entrepreneurs.

« Cette année, les affaires des sous-traitants chinois en Afrique vont se développer rapidement, avec des projets immobiliers de transport qui continueront à être les points marquants du marché », a ajouté M. Zhang.

La valeur des contrats signés sur les marchés africains a atteint 45,77 milliards de Dollars US en 2011, soit une augmentation de 19 % d'une année sur l'autre, alimentée par les marchés en plein essor d'Angola et d'Algérie, selon les données de l'association.

La CITIC Construction Co Ltd, qui se concentre sur les marchés angolais et algérien, a enregistré une croissance de ses revenus située entre 5 et 10 % en Afrique l'année dernière.

Ma Chuanfu, le vice-président de l'entreprise, a déclaré que sa société continuera cette année à développer ses activités dans l'immobilier et l'agriculture dans ces pays.

Selon l'association des entrepreneurs, les entreprises chinoises ont signé des contrats de construction d'une valeur de 4,4 milliards de Dollars US en Angola et de 6,4 milliards de Dollars US en Algérie l'année dernière. Le marché angolais a représenté 10 % de la valeur totale des contrats, tandis que les affaires en Algérie en ont généré 14 %.

M. Ma a ajouté que la CITIC construction fera également la promotion de la sensibilisation de ses employés à la sécurité et de la réduction des risques lors de son développement futur sur les marchés instables.
L'Association des Entrepreneurs Chinois a quant à elle annoncé qu'il faudra un certain temps pour que les activités des entreprises chinoises recouvrent complètement sur les marchés qui ont connu des troubles politiques l'année dernière. Le contrôle des risques est devenu le facteur le plus important pour les entreprises souhaitant faire des propositions avec succès sur ces marchés.

« Dans le même temps, les entreprises chinoises vont accélérer la localisation tant des activités que des ressources humaines en Afrique, dans une démarche visant à promouvoir l'efficacité de gestion et la réduction des risques », a dit M. Zhang.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 22 février
Nouvelles principales du 21 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?