Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 17.02.2012 08h39
L'appréciation du yuan n'aidera pas les entreprises étrangères, selon une étude

Tandis que le taux de change chinois est un thème majeur de débat entre les législateurs américains, qui l'associent souvent au déficit commercial et aux pertes d'emplois dans l'industrie aux États-Unis, un facteur n'a pas été beaucoup discuté : l'appréciation du yuan affecterait les entreprises non financières et en particulier les entreprises manufacturières cotées sur les marchés boursiers internationaux.

Dans une étude récente sur l'impact de la réévaluation sur les entreprises, deux économistes, Barry Eichengreen, de l'Université de Californie, Berkeley, et Tong Hui, du Fonds monétaire international, ont fait valoir que l'appréciation du yuan pourrait avoir un effet globalement négatif sur les sociétés étrangères.

Les auteurs ont examiné la performance du cours des actions de plus de 6 000 entreprises manufacturières de 44 pays en réponse à deux instances d'appréciation du yuan annoncées par la Banque populaire de Chine (PBOC), en juillet 2005 et juin 2010.

La Chine a réévalué le yuan de 2,1 % par rapport au dollar en juillet 2005, et le yuan s'est apprécié de 7 % au moins par rapport au dollar depuis juin 2010.

« Dans l'ensemble, le message est que les conclusions généralistes sont trompeuses », a déclaré M. Tong.

« L'effet à long terme est difficile à estimer en raison des facteurs négatifs. Mais autour de ces deux annonces de la PBOC, les marchés boursiers américains ont connu des rendements négatifs (-0,69 % autour du 21 juillet 2005, et -0,39 % autour du 21 juin 2010), beaucoup plus faibles que d'autres pays », a-t-il ajouté.

Il a noté que les fournisseurs de matériaux et composants pour l'assemblage en Chine, en revanche, n'ont connu aucun effet net important de fluctuation du marché à chaque annonce de la PBOC.

Les deux économistes ont indiqué dans leur rapport que, bien que l'appréciation du yuan ait un effet positif sur les entreprises qui exportent des produits finis en Chine, elle est peu positive, voire négative pour celles qui fournissent des matériaux destinés à la transformation en Chine. Ce dernier phénomène est de plus en plus prévalent dans l'industrie manufacturière en particulier, parce que la Chine est considérée comme « l'usine du monde ».

« L'impact de l'appréciation du renminbi (actuelle et future) sur les entreprises, les secteurs et les pays sera très différent en fonction de leurs circonstances et la nature spécifique de leurs interactions avec la Chine », a prévenu M. Tong.

Le rapport indique que le taux de change du yuan n'est pas une question aussi simple que ceux qui prônent l'appréciation l'affirment.

Le Sénat américain a adopté un projet de loi en octobre proposant des taxes douanières sur les marchandises de tout pays soupçonné de sous-évaluer sa monnaie. Toutefois, le projet de loi n'a pas été soutenu par la Chambre des représentants ou le président Barack Obama. La question du yuan est également fréquemment soulevée dans les débats actuels entre les candidats républicains à la présidence, selon les analystes, la plupart du temps parce qu'ils veulent utiliser la Chine comme un bouc émissaire. Le favori républicain Mitt Romney a qualifié la Chine de « manipulatrice de devises ».

L'appréciation du yuan ne résoudra pas le problème du chômage aux États-Unis et elle ne contribuera pas à améliorer la compétitivité du secteur manufacturier, a déclaré M. Eichengreen, co-auteur du rapport.

« La Chine est seulement l'un des nombreux partenaires commerciaux des États-Unis, et le niveau de la monnaie est l'une des nombreuses choses qui affectent le commerce sino-américain. En considérant tout cela, même une appréciation substantielle de la monnaie chinoise n'aurait pas un grand impact global sur les États-Unis », a-t-il affirmé.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 16 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?