Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 16.02.2012 08h33
Beijing tend la main à l'Europe

La Chine est prête à aider l'Europe à faire face à ses problèmes d'endettement, a déclaré mardi le Premier ministre chinois Wen Jiabao.

Mais l'Europe doit résoudre elle-même sa propre crise et la Chine attend de la Zone Euro qu'elle envoie des signaux clairs et positifs au monde qu'elle peut faire face à cette situation, a dit M. Wen.

« La volonté de la Chine de soutenir l'UE dans sa lutte contre ses problèmes d'endettement est sincère et résolue », a dit M. Wen lors d'une conférence de presse conjointe tenue à Beijing avec le Président du Conseil Européen Herman Van Rompuy et le Président de la Commission Européenne José Manuel Barroso.

« La Chine est disposée, et continuera à l'être, à se joindre à l'Union Européenne pour le bénéfice mutuel des deux parties, en dépit de l'évolution rapide de la situation économique mondiale », a dit M. Wen.

Wen Jiabao avait dit la semaine dernière lors d'une réunion avec la chancelière allemande Angela Merkel que la Chine envisageait de s'impliquer davantage dans la résolution des problèmes de la crise de la dette européenne, notamment par l'entremise du Mécanisme Européen de Stabilité et le Fonds Européen de Stabilité Financière.

Cependant, M. Wen a souligné que l'Europe ne doit pas dépendre trop fortement de la Chine et que ses propres efforts sont essentiels.

« La résolution de la crise de la dette repose essentiellement sur les efforts déployés par l'UE elle-même. Nous attendons en particulier que les nations frappées par la dette, en fonction de leur situation respective, renforcent leur assainissement budgétaire, réduisent leurs déficits et leurs risques de dette », a dit le Premier Ministre chinois. M. Van Rompuy a déclaré au cours de la conférence de presse qu'il se félicitait de l'intérêt de la Chine pour la Zone Euro.

« Dans le passé, la Chine a déjà montré, d'une manière concrète, son intérêt pour la Zone Euro en investissant dans des obligations souveraines des différents pays et dans des instruments de stabilité européens », a déclaré M. Van Rompuy.

Mais « c'est à la Chine de décider elle-même de sa contribution à la stabilité de la Zone Euro », a-t-il ajouté.

Ces derniers jours, responsables et entrepreneurs ont exprimé leurs inquiétudes au sujet des obligations d'État européennes et des progrès dans la résolution des problèmes de la dette européenne.

La crise de la dette souveraine européenne est à un « stade critique », et les dirigeants européens doivent prendre des mesures énergiques, a déclaré le porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères Liu Weimin.

S'exprimant lundi lors d'un forum, Lou Jiwei, président de la China Investment Corp, le fonds souverain chinois, a déclaré qu'il est difficile pour investisseurs à long terme, y compris son organisme, d'acheter de la dette publique européenne, et que les opportunités d'investissement se trouvent plus volontiers dans les infrastructures et les projets industriels.

Des liens économiques

M. Barroso a déclaré que la Chine et l'UE doivent renforcer leur coopération, en particulier dans cette période de crise.

Le sommet, qui devait à l'origine se tenir en décembre dernier, a porté sur les questions de la dette européenne, des liens économiques, du commerce et des affaires internationales.

La Chine et l'UE ont trouvé un consensus sur les principaux aspects économiques, a dit M. Wen.

Il s'agit notamment de la promotion des investissements bilatéraux et de l'expansion du commerce. Il s'agit également de renforcer la coopération dans les domaines de la recherche scientifique, de l'innovation, de l'énergie et de la protection de l'environnement et de l'approfondissement de la coopération en matière d'urbanisation entre les deux parties, a dit Wen Jiabao.

La Chine et l'UE vont entamer cette année des négociations sur toute une série de questions. L'une des questions les plus importantes sera d'entamer des pourparlers sur les accords d'investissement Chine-UE.

M. Barroso a également souhaité que la Chine offre un meilleur environnement d'affaires et une plus grande ouverture pour les entreprises européennes qui font des affaires en Chine.

M. Wen a dit que les succès des entreprises européennes sont la preuve des opportunités qui existent sur le marché.

« Les entreprises européennes ont fait des bénéfices à long terme et beaucoup ont des projets de stimulation des investissements, ce qui montre bien que la Chine est un marché plein d'opportunités et de dynamisme », a dit le Premier Ministre chinois.

L'UE est le plus grand partenaire commercial de la Chine et une importante source de transferts de technologie vers la Chine.

Depuis 2008, la Chine a envoyé plus de 30 délégations commerciales et de promotion des investissements en UE, aboutissant à des accords d'une valeur de 150 milliards de Dollars US.

La question syrienne

Se référant aux récents développements en Syrie, M. Wen a déclaré : « Ce qui est le plus urgent et le plus impérieux » est d'« empêcher la guerre et le chaos », de sorte que le peuple syrien soit préservé de souffrances encore plus grandes.

« La Chine ne soutiendra aucune des parties en cause », a dit M. Wen.

Certains pays ont cependant critiqué la Chine pour avoir bloqué un projet de résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur la Syrie.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 14 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?