Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 15.02.2012 10h53
La Saint-Valentin réchauffe le cœur de la Chine, mais l'amour coûte cher

À Nanjing, sur la côte orientale, Xiao Ning prévoit dépenser le cinquième de son salaire mensuel à l'achat d'un flacon de parfum Coco Chanel. Il veut l'offrir à son amie afin de la rendre heureuse à l'approche de la Saint-Valentin.

Ce parfum coûte plus de 1 000 yuans (158,9 $), et pour cet homme de 28 ans, employé d'une entreprise étrangère, c'est plus cher que tout autre cadeau qu'il a acheté à son amoureuse depuis les deux ans qu'ils sont ensemble.

« Si je ne lui donne pas un cadeau qui se compare, tant sur le plan du prix que de la marque, avec ce que d'autres filles de son entourage vont recevoir le jour de la Saint-Valentin, elle sera certainement contrariée, même si elle ne l'exprimera pas ouvertement, dit-il. Cela vaut la peine d'économiser pour la rendre heureuse. »

De même, à Beijing, un technicien en droit du nom de Yang Lei a pris congé un matin, plusieurs jours avant le « jour important » du 14 février, pour aller choisir un collier Swarovski pour son amoureuse. Ce collier a coûté 980 yuans, le quart de son salaire mensuel.

Bien que ces amoureux sortent ensemble depuis plus de trois ans, ce sera la première fois que le couple pourra passer la Saint-Valentin ensemble à Beijing.

« Avant, nous travaillions dans des villes différentes, indique M. Yang, 27 ans, et la prochaine fête de la Saint-Valentin sera très spéciale et vaudra la peine d'être célébrée ».

Vu que les deux doivent travailler durant la journée, M. Yang songe à ce qu'ils aillent voir un film après le travail et à présenter le collier à son amie pendant le dîner. Lors de la Saint-Valentin des années précédentes, il avait l'habitude d'envoyer des chocolats ou des albums faits maison à son amoureuse, car ils travaillaient alors dans des villes différentes.

Les Chinois, et plus particulièrement ceux de la jeune génération, se sont accoutumés à célébrer la Saint-Valentin, une fête occidentale, en offrant une variété de produits exprimant leur amour, notamment des bijoux, des fleurs, des dîners ou des films, déclare Gu Jiang, professeur d'économie à l'université de Nanjing, province du Jiangsu.

« Un souvenir que l'on fabrique soi-même, pas nécessairement coûteux, peut mieux exprimer l'amour, mais de nos jours, les gens n'ont pas le temps ni l'énergie de le faire, ce qui laisse la place à des produits pratiques de fabrication industrielle, ce qui évoque un peu la restauration rapide », note M. Gu.

Dans la ville de Shenyang (Nord-Est), le commerçant Liu Linlin a dit à un vendeur de fleurs : « Une rose coûte cinq yuans maintenant, mais 10 yuans à la Saint-Valentin. »

Un peu partout au pays, les cinémas sont également prêts à faire de meilleures affaires lors du grand jour. Cinq films romantiques ont été ou seront lancés pour l'occasion, y compris « The Burma Conspiracy », un film français qui a déjà connu du succès aux box-offices en France.

« Le nombre de personnes qui iront au cinéma ce jour-là augmentera sûrement, même si c'est un jour ouvrable », prévoit Yu Chao, directeur général adjoint du Capital Cinema à Beijing.

Les détaillants en ligne ont également préparé leurs stratégies de marketing pour profiter du jour de la Saint-Valentin. Les géants du détail Taobao et Jingdong Mall ont lancé une promotion à moitié prix sur les cadeaux à thème amoureux, y compris les fleurs, le vin et les chocolats, par exemple.

En réalité, la coutume de célébrer la Saint-Valentin de différentes manières constitue, pour beaucoup de Chinois, la tentative d'avoir une vie de qualité, et leurs conditions de vie qui se sont grandement améliorées leur ont permis de le faire, souligne le professeur Gu.

Mais il est également préoccupé par le fait qu'un certain nombre de jeunes ont été « happés » par cette coutume et qu'ils y prennent part en dépensant bien au-delà de leurs moyens financiers.

La Saint-Valentin ne devrait pas être plus qu'une journée pour exprimer l'amour, mais cette fête est probablement devenue trop commerciale pour conserver son essence originale », affirme Liu Qingzhu de l'Académie des sciences sociales de Chine.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 14 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?