Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 14.02.2012 13h37
Economie en chute dans les pays arabes

En 2011, les troubles survenus dans les pays arabes tels que la Tunisie, l'Egypte et la Syrie, ont plombé l'économie régionale, avec des conséquences qui affecteront le développement économique en 2012.

Touchée par les troubles de son voisin syrien, l'économie du Liban n'a augmenté que d'1% en 2011. Cependant, le taux de chômage a atteint 15%, et le chiffre de l'emprunt national s'élevait à 60 milliards de dollars américains.

Louis Hobeika

Economiste

"En 2010, la hausse de l'économie libanaise était de 4 à 5%. Au début 2011, la croissance se maintenait. Mais l'aggravation de la situation dans le monde arabe nous affecte beaucoup, en particulier l'agitation de la Syrie."

Puisque la Syrie est le point de passage des importations et des exportations du Liban, le soulèvement syrin affecte non seulement le commerce entrant et sortant du Liban, mais également les investissements étrangers au Liban. Les analystes prévoient que l'économie libanaise connaîtra une croissance négative en 2012.

Un autre pays voisin de la Syrie, la Jordanie, se trouve dans une situation similaire. Selon les statistiques publiées par le Bureau des Statistiques de la Jordanie, le taux de croissance économique au troisième trimestre en 2011 se montait à 2,6%, soit une baisse de 0,9% par rapport à la même période de l'année précédente. Auparavant, en raison du Ramadan, l'économie durant le troisième trimestre constituait d'ordinaire la période la plus active de l'année.

Mis à part les pays voisins de la Syrie, les nations du Golfe, telles que l'Arabie saoudite, le Qatar et le Koweït, ne sont pas en reste. La Bourse des Emirats arabes unis, le centre financier de la région arabe, a enregistré une baisse en raison de la mauvaise situation de l'investissement dans la région. Selon les statistiques dévoilées par le gouvernement des Emirats arabes unis, en 2011, les investisseurs étrangers ont vendu 330 millions de dirhams, soit environ 89 millions 826 mille dollars américains, à la Bourse d'Abou Dhabi.

Selon les autorités des pays arabes, la chute des échanges commerciaux, de l'approvisionnement, et de la confiance du marché, a touché toute la région arabe. La hausse du taux de chômage et les prix des articles de consommation, la fuite des capitaux étrangers, et la baisse du revenu moyen, demeurent les principales difficultés des pays arabes en 2012.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 13 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?