Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 10.02.2012 16h25
Le retrait exagéré de multinationales du marché chinois

Selon Reuters, le géant suisse Nestlé est actuellement en concurrence avec le groupe français Danone pour le rachat de Wyeth (produits pour bébé), appartenant au groupe Pfizer. Il semble que cette affaire ait alimenté les rumeurs selon lesquelles de grandes multinationales, dont Nestle, allaient quitter la Chine. Auparavant, Danone Dairy (Shanghai) avait arrêté sa production, alors que Nestlé avait temporairement suspendu la production et la vente au détail de crèmes glacées dans l'est de la Chine. Ce mouvement a déclenché des spéculations : S'agit-il pour les multinationales d'un "repli stratégique"?

Les multinationales ne vont pas se retirer du marché chinois

« Nestlé ne va pas se retirer du marché chinois », a confirmé He Tong au journalistes du « Economic Daily», « Les changements internes de la société visent à mieux exploiter le marché chinois. »

D'après Wang Zhile, chercheur à l'institut des coopérations internationales commerciales et économiques du ministère du commerce en Chine, les propos du « retrait de multinationales du marché chinois » sont exagérés. « parfois, le retrait d'entreprises est du au fait qu'elles n'ont pas pu s'acclimater. On peut prendre Best Buy pour exemple. Son retrait fait suite à la discordance de son mode de vente avec la réalité chinoise. Mais cela ne signifie pas l'arrivée d'une phase de retrait des multinationales. » a expliqué Wang Zhile au journaliste d' « Economic Daily ». Toujours selon le chercheur, maintenant, le gouvernement chinois s'efforce d'encourager la consommation intérieure et un grand nombre de grandes multinationales veulent entrer en Chine. Par ailleurs, aujourd'hui, de plus en plus d'entreprises ne prennent plus la Chine comme simple base de traitement, mais comme un marché complet. « Avec le renforcement du pouvoir d'achat des Chinois, les grosses entreprises étrangères ne vont non seulement pas se retirer, mais vont renforcer leurs investissements. » a remarqué Wang Zhile.

Zhang Qi, la vice directrice du bureau des recherches des économies extérieures du Conseil des Affaires d'Etat, a exprimé ses préoccupations sur ce phénomène. Selon elle, pour lutter contre la crise financière, les pays développés en Europe et aux Etats-Unis ont proposé une stratégie de « redressement de la construction », en mettant en application des mesures d'assistance détaillées et complètes pour encourager le retour des entreprises de construction et de recherches des industries clés. En même temps, l'annulation des politiques favorables pour attirer les investissements et la hausse sans cesse des coûts en Chine a poussé dans une certaine mesure le déplacement de certaines entreprises.

Malgré tout cela, le marché chinois possède toujours sans conteste un grand potentiel. Il reste très attrayant pour les entreprises qui recherchent les bénéfices.

La Chine est-elle toujours un pays émergent ?

Selon Wang Zhile, « le marché chinois est en train de mûrir. Cela signifie un progrès, mais exige également des normes du marché et présente des demandes plus sévères aux concurrents. Non seulement les multinationales, mais aussi les entreprises chinoises devront faire face à des limites similaires. Le point de vue selon lequel le marché émergent avec un coût bas est un bon marché est faux. »

Pour Zhang Qi, le gouvernement devrait s'efforcer de créer un environnement de marché égal pour les investissements chinois et étrangers, perfectionner la loi et les règles, normaliser le système du marché, renforcer la protection de la propriété intellectuelle, attirer les investissements à long terme des multinationales en Chine et exploiter les moyens et les domaines d'utilisation des investissements étrangers.

Selon Zhao Jinping, vice directrice du bureau des recherches des économies extérieures du Conseil des Affaires d'Etat, dix ans après l'adhésion de la Chine à l'OMC, la situation du marché chinois est complètement différente. Les politiques préférentielles dont les entreprises étrangères ont joui ont disparu, et ces dernières vont se retrouver dans les règles d'une concurrence loyales avec les entreprises chinoises. C'est un résultat inévitable suite à la perfection du marché chinois. D'après Zhao Jinping, il faudrait que les entreprises étrangères s'adaptent le plus vite possible à ce système de marché.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 10 février
Sélection du Renminribao du 10 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?