Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 10.02.2012 08h02
La crise de la dette de la Zone Euro crée des opportunités pour les entreprises chinoises
Le groupe Lenovo présente ses produits au centre des expositions de Berlin. Les responsables du Ministère du Commerce disent que les entreprises chinoises voient des possibilités d'achat d'actifs en Europe dans un contexte de crise de la dette qui frappe le Vieux Continent, ce qui a conduit à un ralentissement économique et à un taux de chômage élevé.

Davantage d'industriels chinois bien pourvu en liquidités devraient débarquer dans les nations européennes endettées, la propagation de crise économique et financière créant des opportunités d'acquisitions, viennent de déclarer des responsables du Ministère chinois du Commerce.

« Les entreprises chinoises voient des opportunités intéressantes d'achat d'actifs en Europe en raison des problèmes d'endettement qui ont conduit au ralentissement économique et à un taux de chômage élevé », a ainsi dit Sun Yongfu, Chef du département des affaires européennes du Ministère.

M. Sun s'est exprimé mercredi au Forum Economique des Diplomates 2012, dont le thème était « La situation économique mondiale et la mondialisation des entreprises chinoises ».

Les entreprises « du secteur manufacturier qui bénéficient d‘une compétitivité industrielle» devraient mener la vague d'acquisitions à venir, a ajouté M. Sun.

Les chiffres publiés par le Ministère en 2011 montrent que les investissements chinois dans l'Union Européenne ont bondi de 94,1% à 4,28 milliards de dollars, à comparer avec une croissance totale de 1,8% des investissements directs de la Chine à l'étranger (IDE).

M. Sun a dit qu'il était très optimiste quant à la croissance en 2012. « Nous avons vu un bon début. Elle (la croissance) sera probablement forte », a-t-il dit.

L'Europe pourrait être un moteur de la croissance des IDE chinois cette année, a-t-il ajouté.

La transaction la plus récente et la plus importante en Europe a justement été due à une entreprise chinoise, le fabricant de matériels de construction Sany Heavy Industry Co Ltd, qui a annoncé qu'il débourserait 324 millions d'Euros (426 millions de Dollars US) pour acquérir 90% de Putzmeister, le plus grand fabricant allemand de pompes à béton.

La Chine étant devenue un des leaders industriels mondiaux, de nombreuses industries chinoises, dont les machines et les véhicules - ont atteint un niveau de compétitivité mondiale, et c'est aujourd'hui le bon moment pour elles pour s'aventurer en Europe, où de nombreuses entreprises manquent d'argent, a dit M. Sun.

Au cours de l'année écoulée, avec l'aggravation de la crise de la dette européenne, il y a eu beaucoup d'appels de haut niveau en provenance du Vieux Continent, notamment de France et d'Allemagne, en faveur des investissements chinois.

Lors d'une visite en Chine la semaine dernière, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré : « L'Allemagne est un pays qui est ouvert à tous. Nous accueillons chaleureusement les investissements en provenance de Chine ».

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a quant à lui déclaré lors de la visite de Mme Merkel que la Chine songeait à une manière de devenir « plus profondément impliquée » dans la résolution de la crise de la dette européenne.

« Aujourd'hui, les Nations européennes accueillent volontiers les investissements chinois et elles sont généralement plus favorables aux transferts de technologies vers des entreprises chinoises. Le tableau général est plutôt favorable », a dit M. Sun.

L'UE est le partenaire commercial le plus important de la Chine et son principal marché d'exportation. La région est également une source importante de transferts de hautes technologies en faveur d'entreprises chinoises.

Mei Xinyu, chercheur émérite à l'Académie Chinoise du Commerce International et de la Coopération Economique, qui dépend du Ministère du Commerce, a déclaré : « Nous pouvons voir dans la crise de la dette des conditions favorables d'occasions d'achat ».

« Les nations européennes avaient auparavant l'habitude d'imposer des restrictions aux investisseurs chinois, mais elles ont changé leur fusil d'épaule et ont commencé à tendre la main au cours des deux dernières années», a-t-il dit.

Les fonds d'investissement ont rejoint la vague d'investissements. China Investment Corp, le principal fonds souverain chinois, a déclaré la fin de l'année dernière qu'il prévoyait d'investir dans des infrastructures obsolètes au Royaume-Uni grâce à des partenariats.

Le Sommet Chine-UE devrait se tenir la semaine prochaine, et les dirigeants discuteront de nombreux sujets, y compris de la façon de renforcer les investissements bilatéraux.

Lors de sa rencontre avec Angela Merkel la semaine dernière, Wen Jiabao a déclaré que la Chine souhaitait que toutes sortes d'entreprises chinoises puissent investir davantage en Allemagne. Mais il a également souligné cela ne signifiait pas que la Chine voulait «acheter l'Europe ».

Un état embryonnaire

« La morosité économique mondiale va stimuler les investissements chinois à l'étranger par le biais de fusions et d'acquisitions», a dit M. Sun.

À la fin de l'année 2011, les IDE cumulés de la Chine avaient atteint 322 milliards de Dollars US, et 70% de cette somme avait été investie dans la région Asie-Pacifique.

La Chine a dépassé le Royaume-Uni et le Japon en tant que cinquième plus grand pays investisseur au monde en 2010.

« La dynamique de croissance est robuste, mais les IDE de la Chine sont encore à un stade embryonnaire », a indiqué M. Sun.

«Les entreprises chinoises ne manquent pas d'argent, mais elles sont aussi désireuses d'améliorer leurs marques, d'améliorer leurs technologies et d'élargir leurs réseaux de vente ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 9 février
Sélection du Renminribao du 9 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?