Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 17.01.2012 08h32
La Chine va mettre de nouveaux réacteurs nucléaires en service

Bien que freiné par la crise nucléaire du Japon, le premier réacteur chinois AP1000 devrait entrer en service d'ici la date prévue en 2013, a annoncé hier le responsable d'une entreprise nucléaire nationale.

Wang Binghua, président du conseil d'administration de State Nuclear Power Technology Corporation (SNPTC), a déclaré que la construction des réacteurs de troisième génération du pays était globalement « sous contrôle ».

Le pays a commencé à construire ses premiers réacteurs à eau pressurisée de troisième génération en 2009, les premiers au monde à utiliser les technologies AP1000 développées par Westinghouse, une société siégeant aux États-Unis.

Les travaux se sont ralentis après qu'un gigantesque tremblement de terre et un tsunami ont dévasté et déclenché une crise de l'énergie nucléaire au Japon en mars dernier, provoquant des retards de six à douze mois pour les réacteurs en construction sur les côtes chinoises, selon M. Wang.

Il a également attribué les retards aux ajustements de conception de Westinghouse durant les travaux et des exigences plus strictes sur les questions d'endurance.

Le personnel des travaux et de la gestion a aussi eu besoin de temps pour s'adapter aux méthodes de construction des réacteurs de troisième génération.

Mais M. Wang estime qu'avec un calendrier de construction optimisé et une plus grande supervision des équipements, le projet nucléaire de l'unité n1 de Sanmen dans la province orientale du Zhejiang en opération en 2013.

M. Wang a également noté que les concepteurs du projet avaient renforcé leur évaluation de sécurité suite à la crise japonaise.

« La SNPTC et Westinghouse s'accordent à dire que les nouveaux réacteurs sont capables de résister au choc qui a frappé la centrale japonaise », a-t-il affirmé. Les deux entreprises étudient encore de nouveaux efforts pour assurer la sécurité nucléaire.

Jack Allen, le président pour la zone Asie de Westinghouse, a indiqué que l'entreprise a également obtenu un permis de construction de centrales nucléaires utilisant les technologies AP1000 avec l'accord de la Commission américaine de réglementation nucléaire pour sa 19e révision du document de contrôle du design de l'AP1000.

La version chinoise de l'AP1000, connue sous le nom de CAP1000, est également en cours, selon la SNPTC.

« Le transfert des technologies et logiciels clés de Westinghouse est achevé », a déclaré l'entreprise.

Selon M. Wang, 55 % des quatre unités de réacteurs en construction ont été réalisés avec des équipements chinois, et il estime que la cinquième unité sera une production purement nationale.

Les concepteurs chinois travaillent aussi sur une mise à jour des technologies AP1000, ou du système CAP1400.

La Chine a suspendu son processus de validation pour les centrales nucléaires en attendant la révision des normes de sécurité après les explosions survenues à la centrale de Fukushima, a annoncé le gouvernement l'an dernier.

« La révision ne changera pas le plan de développement nucléaire du pays, mais elle servira à établir des fondations plus solides et à convaincre l'opinion publique de sa sûreté et de son efficience économique », a assuré M. Wang.

Les autorités de sécurité nucléaire chinoises ont complété et soumis leurs rapports sur la sécurité et le développement de l'énergie nucléaire, et le Conseil des affaires d'État examinera ces rapports et en tirera des directives claires pour le développement futur de l'énergie nucléaire du pays, a-t-il déclaré.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Sélection du Renminribao du 16 janvier
Nouvelles principales du 16 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?