Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 10.01.2012 13h38
L'Allemagne et la gouvernance de l'Europe

L'Allemagne est le principal créancier de la Grèce et des autres pays subventionnés. Berlin, la capitale allemande, est considérée comme la nouvelle locomotive de l'Europe, le lieu où les décisions concernant la crise de la dette sont prises de manière ultime. Pourtant, tout le monde ne se sent pas à l'aise avec cette domination de l'Allemagne, y compris les Allemands eux-même.

La porte de Brandenburg, l'un des sites les plus emblématiques d'Allemagne, se trouve au coeur de Berlin, une ville qui s'est réunifiée en 1989 et l'une des rares capitales européennes à être encore en plein essor.

Une douzaine de nouveaux bâtiments impressionnants sont apparus au cours de la décennie passée, alors que le prix de l'immobilier est en hausse.

L'Allemagne est la locomotive économique de l'Europe. Alors que la plupart des pays de la zone euro sont en récession, l'économie de ce pays orienté vers l'exportation continue à croître. Elle est considérée de plus en plus comme le leader politique de l'Europe.

Jan Techau, directeur

Carnegie Institute Europe

"L'équilibre original des forces établi en Europe après la Seconde Guerre mondiale n'existe plus. Tout d'abord, l'UE est composée maintenant de davantage de pays, ce qui diminue l'importance des grands pays. Mais l'Allemagne n'est pas seulement plus grande que les autres pays, mais gère aussi mieux son économie que toutes les autres nations en Europe, ce qui lui a donné par défaut plus de pouvoir."

Charles Grant, directeur

Centre pour la réforme européenne

"Ce qui a changé au cours de ces dernières années, c'est que nous avons maintenant un seul leader: l'Allemagne. Elle est devenue le pays dominant en Europe."

L'influence de l'Allemagne s'est approfondie avec l'aggravation de la crise de la dette de la zone euro. Le pays a payé la plus grande partie de la subvention pour la Grèce, l'Irlande et le Portugal, et s'attend à aider l'Italie et l'Espagne.

La Chancelière allemande Angela Merkel est devenue de plus en plus intransigeante. Elle a insisté pour que de nouveaux gouvernements prennent les choses en main à Athènes et à Rome. Elle a également exigé que la discipline fiscale germanique soit suivie par ses partenaires européens.

Charles Grant, directeur

Centre pour la réforme européenne

"D'autres pays, et pas seulement la France, s'inquiètent de cette situation parce qu'ils ne croient pas que les propositions allemandes soient propres à résoudre la crise. Les Allemands sont obsédés par l'austérité fiscale, la réduction du déficit public et le rétablissement de nouveaux règlements pour contrôler les dépenses du gouvernement. Mais tout cela ne résoudra pas le problème, et va même probablement l'empirer. Les pays du sud de l'Europe qui réduisent leurs déficits ne pourront pas se développper."

Mais en Allemagne, beaucoup ont déjà perdu patience pour leurs voisins prodigues du sud.

Herribert Mich

Berlin

"Des pays comme la Grèce ou le Portugal doivent être exclus s'ils ne jouent pas selon les règles."

Heinz Bosmans

Berlin

Il y a un vieux proverbe allemand qui dit, "celui qui paie pour la musique, décidera de ce qu'on va jouer."

Alors que les dirigeants européens ont été fortement critiqués pour n'avoir pas su contrôler la crise de la dette, l'Allemagne prend à présent les choses en main, bien que de manière tardive et quelque peu à contrecoeur.

Jan Techau

Directeur

Carnegie Institute Europe

"Ils disent que l'Allemagne peut maintenant dominer l'Europe par une sorte de diktat de Berlin. Mais ce n'est pas le cas. Les Allemands sont vraiment réticents pour accepter ce leadership. Ils n'ont plus d'appétit pour l'intégration européenne. Ils ne veulent plus mettre de leur argent sur la table et ne veulent pas endosser les responsabilités qui accompagnent la force et la gouvernance. Ils acceptent tout cela à contrecoeur."

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 9 janvier
Sélection du Renminribao du 9 janvier
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?
Faire de plus grands efforts pour pouvoir parvenir au niveau mondial des classes moyennes