Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 21.12.2011 13h36
La BCE tente de trouver des moyens pour répondre au risque de dégradation de la zone euro

En Europe, le président de la BCE, Mario Draghi, a déclaré lundi devant les députés du Parlement européen, que son institution cherchait des moyens de conserver l'efficacité du fonds de secours de la zone euro, en dépit du fait que la France et d'autres pays soient menacés de perdre leur note triple A. Mais alors que les ministres des Finances tentent de consolider leur système de protection contre la crise via le FMI, le fonds de secours temporaire de la zone euro, le Système de stabilité financière européen risque de perdre sa note de crédit triple A et sa capacité d'emprunter à taux préférentiels si besoin pour aider les pays en difficulté.

La note du fonds de secours européen de 440 milliards dépend des notes de ses principaux contributeurs, dont la France et l'Allemagne. Mais au début du mois, l'agence de notation Standard & Poor's a placé 15 pays de la zone euro sous surveillance, dont la France et l'Allemagne. La France, avec son large déficit et la forte exposition de ses banques aux faiblesses des pays de la périphérie de la zone Euro, est considérée comme ayant un gros risque de voir sa note baisser. Draghi a averti que si la France perdait sa note maximale, il était probable que les notes des autres nations de la zone euro seraient elles aussi affectées.

Le président de la BCE, qui est supposé soutenir le fonds de soutien européen, en intervenant sur le marché des obligations, travaille sur tous les scénarios possibles impliquant une dégradation des pays de la zone euro.

Mario Draghi

Président de la BCE

"Le nouvel accord fiscal est un signal essentiel montrant une trajectoire claire pour l'évolution future de la zone euro. Tout ceci devrait contribuer à donner une forte crédibilité aux finances publiques de la zone euro."

Lorsqu'un membre du parlement européen lui a demandé ce qu'il pensait du statut de l'euro, Draghi a répondu qu'il avait entièrement confiance dans l'euro.

Mario Draghi

Président de la BCE

"Laissez-moi vous dire que je n'ai aucun doute concernant la force de l'euro, concernant sa permanence, son irréversibilité. Ne perdons pas de vue le mot clé au moment du Traité de Maastricht. La monnaie unique est irréversible."

Draghi a ajouté que la décision des dirigeants européens lors du sommet d'il y a 10 jours était d'apporter un fonds de secours permanent, et que le mécanisme de stabilité européen était la meilleure réponse à apporter à la menace de dégradation.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine présente ses sincères condoléances pour la mort de Kim Jong-Il
Nouvelles principales du 20 décembre
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis