Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 20.12.2011 13h25
Fin de la 8ème Conférence ministérielle à Genève

La 8ème conférence ministérielle de l'OMC s'est clôturée à Genève. La Russie a été acceptée comme membre de l'organisation après près de 20 ans de négociations. Mais il n'y a pas eu de progrès majeurs concernant les pourparlers de Doha qui sont restés au point mort. Et certaines voix ont appelé à de radicales réformes de l'OMC elle-même, et se questionnent sur son utilité.

Ce fut une conférence difficile pour l'Organisation mondiale du commerce. Ses membres se sont réunis alors que la crise économique les frappe de plein fouet. Les délégués avaient également conscience que peu de progrès pouvaient être réalisés dans les discussions de Doha sur le développement, débutées il y a une décennie et conçues pour baisser les barrières commerciales, et qui sont à présent dans une impasse totale. Les pays les moins développés ont souligné avec insistance leur désir de progresser dans les discussions, mais rien de substantiel n'est à venir.

Lori Wallach, directrice

Public Citizen

"Je dirais que les pourparlers de Doha sont morts. Mais comme c'est le cas dans ces sommets sur le commerce, personne ne souhaite annoncer que le corps a arrêté de respirer car sinon ils seraient suspectés d'avoir causé sa mort."

Et donc l'OMC et ceux qui croient en son action soulignent le progrès que représente l'accession de la Russie, et la lutte qui continue contre le protectionnisme. Mais avec les pourparlers de Doha au point mort, certains se demandent si ces conférences valent l'effort d'être organisées.

Ronald Stewart-Brown, directeur

Centre de recherche dans les mesures commerciales

"Absolument, vous devez remonter aux origines du GATT, l'Accord général sur le commerce et les droits de douane de 1947, qui était composé à l'origine, si mes souvenirs sont bons, de 13 pays qui étaient ensemble et s'étaient mis d'accord pour décider de la manière dont le commerce mondial devait être libéralisé. Cela a conduit à un processus où les droits de douane pour les pays développés sont passés de 20 à 30 pour-cent à en dessous de 4 pour-cent aujourd'hui, ce qui a été très positif pour l'économie mondiale. Au moins c'est bien de discuter."

Mais le manque de progrès dans les discussions de Doha, et les rapides changements de l'économie mondiale, ont conduit certains à critiquer l'OMC, la jugeant inutile et que ses règles et cadres de négociation étaient dépassés.

Lori Wallach, directrice

Public Citizen

"Le problème est que l'OMC est un peu comme le cheval de Troie. Il est peint comme du commerce. Et tout le monde dit "oh, regardez, le commerce, je suis pour davantage de commerce." Mais dans le cheval il y a toutes sortes de règles, de contraintes sur les politiques intérieures, sur la santé, la régulation financière, le développement interne, les règles d'investissement qui n'ont aucun rapport avec le commerce. Cela ne sert vraiment que les grosses entreprises multinationales, et cela rend les choses très difficiles pour les gouvernements qui veulent réaliser des mesures et réduire la pauvreté. Et ces règles doivent être retirées."

Il est certain que personne à cette 8ème Conférence ministérielle n'a pensé qu'aucun accord conclu ici ne pourrait résoudre la crise de la zone euro ou stopper la baisse de l'économie mondiale. Mais ceux qui croient en l'OMC estiment que sans cette organisation, l'état de l'économie mondiale serait encore pire, et que le protectionnisme serait plus fort.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le vice-président chinois appelle à renforcer l'édification de l'organisation du PCC
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis