Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 07.12.2011 13h17
Livre blanc : la Chine promeut une croissance équilibrée du commerce extérieur

L'excédent commercial de la Chine est le résultat de la mondialisation et de la division internationale du travail, car le pays possède des avantages dans les industries de la transformation et de l'assemblage, révèle un livre blanc publié mercredi par le Bureau de l'information du Conseil des affaires d'Etat (gouvernement central).

"En raison du transfert vers la Chine de nombreux secteurs demandant une main-oeuvre importante dans la transformation et l'assemblage depuis le Japon, Singapour et d'autres nations et régions, l'excédent commercial de ces pays avec les Etats-Unis et l'Europe a également été transféré en Chine", indique le livre blanc intitulé "Le commerce extérieur de la Chine".

Cela explique pourquoi la Chine possède des excédents commerciaux avec les Etats-Unis et l'Europe, mais des déficits à long terme avec le Japon, la République de Corée, l'ASEAN et d'autres grands producteurs intermédiaires.

Selon le document, l'excédent commercial chinois dans les marchandises provient principalement des entreprises à investissements étrangers et de l'industrie de la transformation.

Grâce aux efforts du pays pour promouvoir un développement équilibré du commerce extérieur, l'excédent chinois dans le commerce des marchandises a enregistré une baisse régulière depuis 2009, et la proportion de l'excédent dans le volume total du commerce d'import-export et dans le PIB a également diminué depuis 2008, ajoute le livre blanc.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : nouveau record du nombre de dépôts de brevets
Nouvelles principales du 6 décembre
Il nous faut observer avec sang-froid l'escalade du tapage anti-chinois déclenché par Washington
La Chine se tourne aussi maintenant vers la fabrication de vin à Bordeaux...
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre