Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 29.11.2011 13h56
Le Gouvernement chinois souhaite apaiser les craintes des entreprises étrangères

D'après le Vice-Premier Ministre chinois Wang Qishan, qui s'est exprimé lundi, les entreprises étrangères qui font des affaires en Chine profitent de nombreuses politiques d'investissement préférentielles, comparées avec leurs homologues chinoises.

« Dans de nombreux secteurs, le traitement accordé aux entreprises étrangères est toujours meilleur que celui octroyé aux entreprises chinoises locales », a dit M. Wang, répondant aux plaintes de sociétés étrangères au sujet de l'environnement d'investissement en Chine. « S'il y a une chose que le Gouvernement chinois pourrait améliorer, ce serait l'accès au marché ».

Ces trente dernières années, les entreprises étrangères ont joui de politiques préférentielles, comme des taxes plus faibles et des ressources et terrains meilleur marché, comparé aux acteurs locaux, a dit M. Wang aux entreprises membres de l'Association des Entreprises à Investissements Etrangers de Chine.

« La Chine est dans une période de transition, elle est en train de passer d'un traitement super-national à un traitement national, sur une base progressive », a dit M. Wang.

Depuis décembre 2010, la Chine a ainsi commencé à percevoir une surtaxe pour entretien et construction municipales et une surtaxe pour l'éducation auprès des entreprises étrangères, signal d'une unification du système fiscal pour les entreprises, qu'elles soient chinoises ou étrangères.

Mais en accord avec une réglementation destinée à encourager les investissements étrangers, publiée par le Conseil des Affaires de l'Etat en avril 2010, certaines entreprises à capitaux étrangers jouissent toujours d'un traitement préférentiel, allant de prix plus bas pour les terrains à des politiques plus favorables pour la création de sociétés de haute technologie.

En dépit de leurs récriminations, M. Wang a dit que les entreprises étrangères sont de plus en plus intéressées par l'environnement d'investissement favorable en Chine, y compris par son « système légal et sa gouvernance, son équité et sa transparence ».

« La protection des droits de propriété intellectuelle est le plus grand souci pour tous », a dit M. Wang, ajoutant que la Chine s'est engagée à créer un environnement favorable pour eux.

En octobre dernier, le Conseil des Affaires de l'Etat a lancé une campagne d'une durée de six mois destinée à lutter contre les contrefaçons, l'effort le plus important que le Gouvernement chinois a entrepris pour encourager la protection des droits d'auteur ces dernières années.

La semaine dernière, le Gouvernement chinois a annoncé qu'il envisageait de faire de la protection des droits d'auteur une tâche à long terme en créant un bureau ad hoc chargé de superviser ses efforts.
Pour le Secrétaire américain au Commerce, John Bryson, c'est un pas dans la bonne direction.
« Nous avons créé nos propres règles et réglementations pour la protection des droits d'auteur, mais le problème réside dans l'application », a dit M. Wang.

Chen Deming, Ministre du Commerce, a dit lors de la réunion de l'Association des Entreprises à Capitaux Etrangers de Chine que la Chine « travaillera encore mieux pour la protection des droits d'auteur, car c'est dans l'intérêt des entreprises, tant en Chine qu'en dehors de Chine ».

En ce qui concerne les marchés publics, M. Wang a dit que la Chine, en particulier ses gouvernements locaux, ont déjà acheté un grand nombre de produits venant soit de co-entreprises en Chine, soit de sociétés étrangères.

Li Xiaogang, Directeur du Centre de Recherche sur les Investissements Etrangers à l'Académie des Sciences Sociales de Shanghai, partage cet avis.

« De nombreuses entreprises étrangères sont fortement protégées par les gouvernements locaux, qui préfèrent acheter auprès des sociétés étrangères plutôt qu'auprès des entreprises locales, et cela malgré un prix plus élevé », a dit M. Li.

Jusqu'à aujourd'hui, la Chine a absorbé des investissements étrangers directes cumulés de 1 200 milliards de Dollars US, et plus de 730 000 entreprises étrangères ont établi une présence en Chine.

Depuis 19 ans, la Chine est, parmi les pays en développement, la destination la plus attractive pour les entreprises étrangères, et le flux global des investissements étrangers directs devrait continuer à augmenter, a dit M. Chen.

« Les politiques et l'environnement politique stables de la Chine, ainsi que son énorme potentiel de marché, permettront de contribuer à maintenir son attrait auprès des entreprises étrangères », a t-il dit.

D'ailleurs, de janvier à octobre de cette année, les investissements étrangers directs en Chine ont augmenté de 15,8%, à 95 milliards de Dollars US, soit l'équivalent de presque la totalité des investissements de l'année dernière.

En avril 2010, le Conseil des Affaires de l'Etat a lancé de nouvelles directives de développement des investissements étrangers directs, disant que la Chine encourageait les entreprises étrangères à investir dans des secteurs comme les services, les hautes technologies et les énergies nouvelles ; ainsi que dans les zones centrales et occidentales du pays.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Environ un million de Chinois participent au concours de la fonction publique
Nouvelles principales du 28 novembre
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie
Pour faire entrer l'Afrique dans le futur...
Routes chinoises : à quand la fin du massacre ?