Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>EconomieMise à jour 25.11.2011 09h00
L'économie mondiale subira une longue récession due à la crise financière globale

Les économistes s'inquiètent de plus en plus de l'évolution de la crise de dette publique qui frappe plusieurs pays européens, et les principaux organes financiers révisent vers le bas, les uns après les autres, les perspectives de croissance mondiale pour 2012. Il est encore difficile d'entrevoir le débouché de la crise de dette souveraine européenne.

Il existe en réalité un lien évident entre les crises financières aux États-Unis et en Europe, d'autant plus qu'il s'agit partout d'un résultat de la surproduction. Il est prévisible que la crise va amorcer une nouvelle trajectoire à partir du deuxième semestre 2011 en Europe, puisque plusieurs pays concernés ont changé de chef d'État. Ceci illuminera à peine la sortie de la crise et risque de créer de nouveaux problèmes, sans pour autant apporter des solutions aux anciens. Il est naturel de compter sur les nouveaux dirigeants pour se débarrasser de la crise, mais apparemment, cela ne sera pas vraiment un remède efficace.

Les contraintes systématiques non résolues après la création de la zone d'euro sont clairement à l'origine de la crise actuelle en Europe. Les différentes autorités économiques pensent automatiquement à leurs propres intérêts dans les dépenses et la gestion des fonds, et les pays membres sont hors des contrôles dans l'émission des dettes publiques. Dépenser de l'argent fait plaisir, pourquoi pas si on n'a pas à endosser le déficit fiscal ? Qu'importe si les revenus ne peuvent pas couvrir les dépenses ? Ainsi, des conseillers ont proposé d'unifier la gestion de la trésorerie européenne, et les pays membres se verraient privés de la possibilité de privilégier leurs propres intérêts sur les plans des politiques monétaires et fiscales.

Malheureusement, la proposition n'est pas acceptable pour tous les pays. Certains d'entre eux n'ont pas envie de partager les mêmes risques que les autres, puisqu'ils sont très différents en termes de productivité et de puissance économique. Par exemple, pour le président français Nicolas Sarkozy, l'Europe est à « deux vitesses ». En fait, la proposition est irréaliste tant que tous les pays de l'UE ne sont pas submergés par la crise.

L'économie européenne a besoin d'innovation plutôt que d'aides. On trouve davantage de critiques sur les industries qui sont aujourd'hui vides dans certains pays d'Europe du Sud, sur ces gens qui sont toujours en vacances sur les plages à l'abri de la forte protection sociale. La montée du chômage et la baisse des revenus nourrissent les troubles économiques en Europe, mais elles sont aussi le résultat d'une conception erronée du développement.

Le vice-premier ministre chinois Wang Qishan a indiqué récemment que la situation économique mondiale était très inquiétante, qu'on était certain, dans toute cette incertitude, d'une longue récession due à la crise financière. Il est pourtant difficile de comprendre de manière simple la complexité de la crise de dette souveraine en Europe.

D'un point de vue macroéconomique, la crise de dette publique européenne n'est qu'une fenêtre d'observation de l'évolution de l'économie mondiale. La récession viendrait simultanément avec le développement sur une période assez longue. Il convient donc d'adopter une attitude pragmatique et de longues mesures pour contrecarrer la crise. Le même principe s'applique pour gérer le ralentissement de la croissance économique. (Ni Xiaolin, commentatrice émérite en économie et finances)

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Signature de 14 accords de coopération entre la Chine et le Turkménistan
Nouvelles principales du 24 novembre
La liste des écrivains riches ne cache pas la vie modeste d'écrivains en Chine
La Chine et les Etats-Unis assument la responsabilité du redressement économique mondial
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »